Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 3,00 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n°62, 61, 60, 59, 58, 57, 56, 55, 54, 53, 52, 51, 50, 49, 48, 47, 46, 45, 44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 63
                 
L'éditorial :

Le mau mélé de Lou Paté

Jean-Pierre Ravaux : le meilleur des Catalauni : un érudit dans son temps

De la chambre des merveilles au musée : exposition Charles Picot

Châlons en 1908

Comment se termina la mutinerie des gad’zarts

Les vitraux de la cathédrale

La transformation de Châlons depuis 1870

La collection Joannès

Chronique historique de la Haute-Mère-Dieu

A lire

Société

Haute-Mère-Dieu : quand on veut noyer son chien

 

Les pétillants champenois font la France en courant

Manger bio coûte-t-il plus cher ?

Alerte radioactive sur la Champagne-Ardenne

Un référendum pour les éoliennes et pas pour les déchets nucléaires ?

A quand les baignades au Der avec masque à gaz ?

Etre un enfant

   

 
L'éditorial
de Bruno Malthet

président de l'association

De la chambre des merveilles...

La chambre des merveilles de Charles Picot, une impressionnante exposition du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie dont nous vous invitons à découvrir l’histoire, Jean-Pierre Ravaux l’a connaissait bien. Conservateur des musées de Châlons pendant 32 ans, il nous a quitté ce printemps en nous laissant un grand vide et une grande tristesse. Le Petit Catalaunien a entrepris sa biographie et nous fait découvrir l’homme dont la discrétion n’avait d’égale que son érudition.

Parmi ses collections, le musée en détient une, celle du chanoine Joannès, qui suscita une polémique en 1908 entre l’évêque et la Ville de Châlons, chacun en revendiquant la propriété. La justice trancha pour le premier et la seconde s’inclina devant le droit mais laissa son musée entrer en possession des 91 tableaux composant cette collection ! De cette même année 1908, Le Petit Catalaunien Illustré poursuit sa lecture de la presse locale commencée avec son numéro 61.

A cette époque, la Haute-Mère-Dieu était un hôtel florissant et prestigieux. Louis Grignon nous conte l’histoire de ses heures de gloire. Du XIVe au XXe siècle, il s’est considérablement agrandi en annexant ses riverains, fit l’objet d’une reconstruction en 1829 et unifia le style de ses façades. Leur intérêt esthétique leur vaut aujourd’hui d’être inscrites à l’inventaire du patrimoine local réalisé dans le cadre de la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager. La municipalité, qui met en place cette zone de protection, voudrait cependant faire table rase de ce patrimoine. L’association Nouvelle Catalaunie a réagi.

L’éventuelle transformation de la Catalaunie en poubelle nucléaire l’a également fait réagir. Elle a interpellé le maire de Châlons à ce sujet et donne la parole au CEDRA, le collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs qui mène un combat légitime contre ce projet mené, paraît-il, « dans la plus grande transparence » ! Ce sujet a été sciemment ignoré des pouvoirs publics lors du Grenelle de l’environnement, contrairement à la problématique du développement de l’agriculture biologique. Ses produits devront entrer pour 20% dans la composition des menus des cantines scolaires et administratives en 2012. A quel prix ? Le Petit Catalaunien Illustré a mené son enquête.

Avant de partir en vacances, les adhérents de l’association Nouvelle Catalaunie ont tenu leur assemblée générale. Ils nous ont renouvelé leur confiance en votant les rapports d’activité et de trésorerie ainsi que les orientations que nous leur avons présentés et que nous insérons dans ce numéro.

... à la poubelle nucléaire ?

. Retour au sommaire

Jean-Pierre Ravaux :
le meilleur des Catalauni


Jean-Pierre Ravaux nous a quitté le 11 avril 2008 à l’âge de 66 ans après une vie consacrée à l’histoire et au patrimoine de Châlons-en-Champagne. Le Petit Catalaunien Illustré, qui, comme beaucoup de ses amis, se retrouve orphelin, rend un hommage biographique à ce grand érudit à qui les musées, l’histoire et le patrimoine de Châlons doivent beaucoup.
Erudit, Jean-Pierre Ravaux le fut pleinement. Il n’est, pour s’en convaincre, qu’à parcourir l’imposante bibliographie composée de 140 articles et ouvrages qu’il publia sur l’histoire et le patrimoine. Ou encore d’avoir eu le privilège de pénétrer dans sa bibliothèque, dont les rayonnages occupaient pas moins de deux cents mètres linéaires dans une des pièces de sa maison. Il n’en demeurait pas moins dans son temps et une de ses lectures favorites était celle du Canard enchaîné.

 


Charles Picot collectionneur (1799-1861) de la chambre des merveilles au musée, catalogue d’exposition, 2008, 5 €.
Charles Picot, collectionneur
De la chambre des merveilles
au musée


Le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne expose du 17 mai 2008 au 11 janvier 2009 l’impressionnante collection d’œuvres d’art et d’inventions utiles que Charles Picot légua au musée en 1861. Ce legs, à l’origine de la refondation du musée de Châlons, était rassemblé de son vivant à son domicile dans une “ chambre des merveilles ”. Avec la Société des Amis des Musées de Châlons-en-Champagne, Le Petit Catalaunien Illustré a reconstitué son histoire à partir d’extraits1 du catalogue de l’exposition.
 

Les pestiférés, Flandres, XVIIe siècle, huile sur tableau attribuée à Abraham van Diepenbeeck. Pièce n°170 du testament de Charles Picot.

Femme assise sur Rome, XVIIe siècle,
albâtre sculpté en ronde-bosse. Pièce n° 115 du testament de Charles Picot.

 


Saint Hubert, France, XVIe-XVIIe siècles. Bois de noyer sculpté. Pièce n° 39 du testament de Charles Picot n° 39 qui y est ainsi décrite : " Un joly petit meuble sculté en bois de noyer représentant les ornements d’un beau stile avec deux cariathide et des armoiries sur un écusson, du règne de Henry II ". (NB : l’orthographe originelle de Charles

 

Modèle d’échafaudage mobile exécuté au dixième, bois, acier. Pièce n° 100 du testament de Charles Picot qui y est ainsi décrite : "  Un modèle de machine télégraphe portatif pour l’armée en cas de guerre, sa charpente peut également servir comme sauvetage en cas d’incendie et d’échafaudage pour la restauration de grands édifices ".

Comment se termina
la mutinerie des gad’zarts

Pour sortir de la crise, née du licenciement en février 1908 de deux des trois divisions de l’Ecole des Arts de Châlons, le ministre du Commerce dut arbitrer entre la clémence que certains lui demandaient face à ce qu’ils appelaient des gamineries et la nécessité de sanctionner sévèrement l’indicipline qui menaçait les fondements de l’autorité hiérarchique.
Cet article fait suite à celui publié sous le titre «Les gad’zarts se mutinent» dans le Petit Catalaunien Illustré n° 61, hiver 2007-2008, page 28). Elaboré à partir de la presse locale de 1908, Le Journal de la Marne est mentionné par le signe JdM et L’Union Républicaine par UR.

Programme des Fignos en 1898 extrait du livre publié en 1980 à l’occasion du bicentenaire de l’école.

Ces deux dessins de Ph. Blanchard, représentant en 1851 ci-dessus l’atelier des forges et ci-dessous la cour d’honneur de l’Ecole des Arts et Métiers de Châlons, sont extraits du livre publié en 1980 à l’occasion du bicentenaire de l’école.

Les vitraux de la Cathédrale
Le chanoine Lucot publia en 1908 une brochure consacrée aux verrières de la cathédrale de Châlons. Voici la deuxième partie de l’article qu’y consacra le Journal de la Marne, la première partie ayant été publiée dans le Petit Catalaunien Illustré n° 61, hiver 2007-2008, page 13.

Cathédrale de Châlons, vitrail de l’enfance du Christ, XIXe siècle

 


Pour en savoir plus :

Vitraux des églises de Châlons-en-Champagne, itinéraires du patrimoine, Dominique Guéniot, éditeur, 2005

 

La transformation de Châlons depuis 1870 Cet article fait suite à celui publié sous le titre «Les transformations de Châlons passées au crible» dans le Petit Catalaunien Illustré n° 61, hiver 2007-2008, page 7).
La collection Joannès

Le Tribunal civil de Châlons a rendu, dans son audience d’hier, son jugement dans l’instance engagée par la Ville de Châlons-sur-Marne contre Mgr l’Evêque de Châlons et l’administration des Domaines.

JdM du 2 juin 1908

 

Chronique historique
de la Haute-Mère-Dieu


D’après Louis Grignon, si la maison appartenait à l’abbaye de Haute-Fontaine dès avant 1285, l’enseigne de la Haute-Mère-Dieu n’est avérée que depuis 1467. L’historien nous conte la chronique de cet hôtel qui fut reconstruit quasi intégralement en 1829 et s’ouvrait alors sur la rue aux Toiles.
L’Hôtel de la Haute-Mère-Dieu vers 1905
Cette carte postale, publiée par Raymond Nominé dans «Châlons-en-Champagne et ses environs», comparée à la photo publiée page ci-contre, laisse apparaître les transformations dues au XXe siècle :
• extension de la Haute-Mère-Dieu à l’immeuble voisin dont les encadrements de baies et la corniche ont été traités comme ceux de l’hôtel,
• disparition du balcon (dans les années 1990), qui surplombait l’entrée de l’hôtel située à droite, et des cheminées surplombant les toits ;
• transformation des fenêtres du rez-de-chaussée, alignées sur celles des étages, par des vitrines et l’entrée de la Galerie [commerciale] République.
 
L’Hôtel de la Haute-Mère-Dieu en 2002
Haute-Mère-Dieu :
Quand on veut noyer son chien...

Non entretenue, la Haute-Mère-Dieu tombe en ruine. La ville, qui en est propriétaire, voudrait la raser pour y construire un hôtel quatre étoiles en faisant fi de l’intérêt patrimonial de sa façade. L’association Nouvelle Catalaunie a réagi.
Les pétillants Champenois
font la France en courant

Les Pétillants Champenois, une dynamique équipe composée de Châlonnais issus de l’ASPTT Athlétisme, s’apprêtent à courir la 20ème “ France en courant ”. Cette course en relais se fait en équipe de 8 coureurs, dont une femme, sur une distance totale de 2800 km en 14 étapes. Elle traversera la Marne le 31 juillet 2008.
Manger bio coûte-t-il plus cher ?

A l’heure où le Grenelle de l’Environnement s’est fixé comme objectif d’introduire 20% de produits bio dans les assiettes des cantines scolaires et administratives, cette question a le mérite d’être claire et directe. Sa réponse aussi, si on s’en tient à une simple comparaison des prix de vente au détail.
Si par contre l’on retient les coûts environnementaux et de santé publique, la réponse est tout autre !
Alerte radioactive sur la Champagne-Ardenne
L’annonce dans L’Union du 19 juin n’est pas passée inaperçue : « Déchets radioactifs : un site près de Châlons ? ». La recherche d’un site pour une décharge nucléaire supplémentaire touche la région Champagne-Ardenne de plein fouet. Le CEDRA et l’association Nouvelle Catalaunie ont réagi.
 
Un référendum pour les éoliennes et pas pour les déchets nucléaires ?
Des sénateurs, dont l’ancien président du Conseil régional de Champagne-Ardenne Jean-Claude Etienne, proposent de rendre obligatoire la consultation des citoyens pour l’implantation d’éolienne. Et Bure, dans tout ça? Le CEDRA met les pieds dans le plat.
 
A quand les baignades au Der avec masque à gaz ?

L’affranchi de Chaumont du 16.05.08
La presse nationale se fait l’écho (mercredi 14 mai) de la colère des propriétaires de camping dans la Manche : le gouvernement les oblige à signaler la présence des installations nucléaires de la Hague et Flamanville, avec affichage des consignes en cas d’accident. Ce qui la fiche mal vis-à-vis des touristes.

 

"Etre un enfant aujourd’hui, ici et ailleurs, dans le monde" : tel était le thème du concours national lettres et poèmes pour la fraternité de la Ligue des Droits de l’Homme. Une école de l’agglomération, Compertrix, est doublement lauréate nationale de ce concours : une classe de CP, lauréate collective, est en effet arrivée 1ère et un élève de CM2, Damien, 3ème. Ils ont été invités à la LDH à Paris le 28 juin pour recevoir leurs prix. Le jury local a, quant à lui, récompensé Robin. Le Petit Catalaunien Illustré publie les poèmes que Damien et Robin ont récité devant les représentants locaux de la LDH venus les féliciter en présence des autorités locales et de leurs parents. Deux émouvants poèmes à méditer.

 

 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2008 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés