numéro 71 - été 2010
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 5,00 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation
des numéros antérieurs

 

Au sommaire

Culture

1870-181 : la guerre oubliée
Les sombres nuages d’août

Châlons à la croisée des armées - La fête de l’Empereur mise en berne - Regards intérieurs - La Croix-Rouge à Châlons - La garde mobile en vadrouille - Les Prussiens à Châlons - L’armée française à Châlons - Comment l’euphorie de juillet changea de camp - La patrie en danger - Sur qui compter ? - Des élections sans passion  - Eugène Perrier

Société

Le Comité de jumelage Châlons-Bobo fait la fête

S’ouvrir et partager - Un peu d’histoire

Il paraît que... - A chacun sa vérité

Le roman de la rentrée :

Les trompettes de l’apocalypse

Les principaux personnages

Extraits

Une révélation - Le château du baron de la Gauche-Rive - Le Graal - Le grand tournoi en 1445 - Vivement une bonne guerre !... - et un bulldozer... - Auguste, Vénus et les autres - Sodomie de coléoptère - Un Grenelle des monts et merveilles - L’art d’anticiper les critiques - La statue - Le déluge - Amours et colombes -

A lire et à voir

 
L'éditorial
de Sabine Schepens

rédactrice en chef

Rendez-vous à la foire

A la veille de partir en vacances, le Petit Catalaunien était fort débordé. L’actualité du printemps et la préparation de la rentrée ne lui avaient guère laissé de temps pour mettre en forme ce numéro. Il l’amena donc dans ses bagages et, entre une baignade et un sentier côtier, il l’acheva et, la place lui manquant, lui ajouta quatre pages et renvoya la suite à un prochain numéro.

L’été dernier, son numéro 68 nous avait laissé sur l’euphorie du mois de juillet 1870 où, en ce début de guerre franco-prussienne, nos soldats n’ont qu’une expression à la bouche : « A Berlin ! » En août, avec des demi-victoires et de sérieux revers, le soufflé commence par redescendre sérieusement et rapidement. Le 15 août, la fête de l’Empereur est mise en berne. Châlons grouille de soldats et de blessés qui rapportent des nouvelles alarmistes du front de l’Est. Malgré les recommandations du ministère, « plusieurs journaux recommencent à donner sur les mouvements des troupes françaises des renseignements de nature à compromettre le succès de nos opérations1 ». Le Journal de la Marne, bien que proche du pouvoir, ne fait pas exception. Comment aurait-il pu passer sous silence Châlons soudainement désertée par l’armée de Mac-Mahon qui se replie sur Reims avant de prendre la route des Ardennes ? Alors peut commencer l’invasion de la ville par les armées prussiennes lancées à ses trousses. Puis leur soudaine évacuation le 29 août 1870. L’heure suprême arrive, celle où l’orage gronde avant de dissiper les sombres nuages d’août et où Châlons retient son souffle en croyant entendre le canon tonner au loin.

C’était il y a 140 ans. Il y a quarante ans, les événements étaient beaucoup plus joyeux. On célébrait la naissance de l’amitié entre Bobo l’Africaine et Châlons l’Européenne. Elle se porte on ne peut mieux et le Comité de Jumelage Châlons-Bobo nous invite à fêter ce quarantième anniversaire en nous rendant sur son stand à la foire exposition. Les festivités commenceront sur le parvis, sous chapiteau, les 28 et 29 août 2010. Ne les manquez surtout pas. Ces mêmes jours et à cette même foire exposition, aura lieu la sortie officielle du 3e roman de notre président. Bruno Malthet sera présent pour dédicacer ce livre au titre fort mystérieux : Les trompettes de l’apocalypse. Ce numéro en fait une présentation qui, j’en suis sûre, vous mettra l’eau à la bouche.

Avec tout cela, il ne nous restait que bien peu de place pour exprimer notre colère face à la destruction de l’ensemble médiéval rue de Marne qui, paraît-il, sentait le sapin. Et plus du tout pour vous dire deux mots sur le parc des expositions qui, paraît-il, n’a pas besoin de notre recours pour prendre l’eau. On en reparlera à la rentrée. D’ici là, bonne fin de vacances et rendez-vous à la foire.

1 JdM du 26 août 1870

Retour au sommaire

 

1870-181 : la guerre oubliée
Les sombres nuages d’août

 

Châlons à la croisée des armées

Tout au long du mois d’août, Châlons va se trouver à la croisée des chemins empruntés par les armées pour rejoindre les champs de bataille. La presse locale nous permet de revivre ces moments tragiques. Après les blessés et les prisonniers, c’est au tour d’une grande armée de réserve d’affluer un temps sur la ville avant qu’elle ne lève le camp pour Reims et laisse le champ libre à l’invasion prussienne.

Regards intérieurs

Dans son « Journal d’un élève du collège de Châlons en 1870-1871 », Henri Gali nous livre ses souvenirs d’adolescent de ce mois d’août 1870 à Châlons. Nous en publions quelques extraits qui viennent compléter notre revue de presse tirée du Journal de la Marne.

Ci-dessus et ci-dessous : annonces parues dans le JdM des 12 et 20 août 1870


un turco vers 1870

La Croix-Rouge à Châlons

Fin août, l’arrivée à Châlons de personnes portant les insignes de la Société internationale de secours aux blessés fait l’objet de « préventions défavorables dans certains esprits », l’accomplissement de leur mission humanitaire n’étant pas toujours bien comprise...

La garde mobile en vadrouille

Pour les Parisiens incorporés dans la garde mobile, le début de la guerre prend plus l’allure d’un départ de colonie de vacances que celui d’une armée...

Les Prussiens à Châlons

Dans ses éditions du 24 au 30 août 1870, Le Journal de la Marne nous décrit par le détail l’invasion de Châlons par les Prussiens lancés à la poursuite de l’armée de Mac-Mahon. Nous en publions de larges extraits.

Illustrations de Dick de Lonlay dans son ouvrage consacré à la guerre de 1870-1871

ci-dessus : l'unité allemande

à droite : la bataille de Beaumont

 

L’armée française à Châlons

Sous le pseudonyme de Dick de Lonlay, Georges Hardouin (1846-1896) publie en 1887-1888 ses quatre tomes de « Français et Allemands, histoire anecdotique - guerre de 1870-1871 ». Du premier, nous avons extrait sa relation de la concentration des troupes françaises à Châlons en août 1870.

Toutes ces troupes […] continuent à se masser autour de Châlons. La gare de cette ville semble véritablement vomir des bataillons. […]

 

Comment l’euphorie de Juillet changea de camp

Pour les Châlonnais qui vécurent la guerre de 1870, la lecture de la presse fut le moyen privilégié d’obtenir des nouvelles du front de l’Est. En ce mois d’août 1870, plus les jours passaient et plus elles se firent rares, contradictoires et partiales. Elles leur firent attendre avec anxiété l’arrivée du maréchal Bazaine que l’on disait vainqueur devant Metz et qui devait rejoindre l’armée de Mac-Mahon partie du camp de Châlons pour Reims et les Ardennes. Mais avec les premiers uhlans entrant à Châlons, comme l’écrivit Hugo pour Waterloo, l’espoir changea de camp et le combat d’âme.

Annonce parue dans le JdM du 22 août 1870

Zouaves montant la garde au camp de Châlons vers 1857

La patrie en danger

Les premiers revers de l’armée française alimentent l’agitation politique parisienne menée par les députés de gauche du Corps législatif, l’ancêtre de l’Assemblée nationale. On crie à l’incapacité du ministère et Gambetta fustige le gouvernement sur l’entrée des uhlans à Châlons.

ci-contre : Gambetta

Sur qui compter ?
Nous n’avons pas un allié, pas un. […] L’Angleterre […] fait des vœux pour nos ennemis. […] Nous n’avons que mensonges et trahisons à espérer du peuple anglais. […] Ecrivains et lecteurs anglais aspirent à l’abaissement de la France. […] Ils enflent les victoires de la Prusse, ils cachent ses défaites, ils voudraient voir le prince royal à Paris...
Des élections sans passion

Si Paris s’agite, Châlons reste calme en ce mois d’août 1870 où les électeurs sont appelés aux urnes pour renouveler leur conseil municipal.

Eugène Perrier est né en 1810 et mort en 1879 à Châlons-en-Champagne, sur Marne à l’époque.

C’est son dévouement pendant cette guerre de 1870 qui sera reconnu par le conseil municipal du 27 juin 1932 qui lui dédiera le quai devant le palais de Justice qui fut construit sous sa mandature.

 

40 ans de solidarité
Le Comité de jumelage Châlons-Bobo fait la fête

Entre Bobo-Dioulasso et Châlons-en-Champagne, c’est une vieille amitié. Bobo l’africaine et Châlons l’européenne : que font-elles ensemble ? Qu’est-ce qui les rapproche ? Pourquoi ce jumelage ? Quarante ans, c’est l’âge de la maturité, celui où l’on fait le point sur son passé et où l’on envisage l’avenir. C’est ce que font les deux comités, l’un à Châlons et l’autre à Bobo. Et ils font la fête ensemble pendant un an à partir du 28 août 2010 avec tout un programme de concerts, d’expositions, d’animations, de rencontres à suivre sur le site :
www.jumelage-chalons-bobo.fr

S’ouvrir et partager

Patrick Denis, président du Comité de Jumelage Châlons-Bobo, voit le jumelage-coopération comme un moyen pour s’ouvrir sur le monde et partager beaucoup de richesse humaine.

[...] Faire vivre un jumelage-coopération entre deux villes si lointaines et si différentes, c’est d’abord témoigner que le monde est riche de sa diversité, c’est découvrir d’autres cultures et d’autres réalités sociales, c’est avoir envie de rapprocher les peuples, d’être solidaires, de partager des échanges, des émotions, mais c’est aussi mieux prendre conscience et toucher du doigt la dure réalité des pays victimes des inégalités du monde économique et des inégalités climatiques. [...]

Contacts :

Comité de jumelage Châlons-Bobo
7 bis rue de la Charrière
51000 Châlons-en-Champagne
Tél. : 03 26 73 01 34
ou 03 26 21 22 34


Courriel : jumelage.bobo@orange.fr


www.jumelage-chalons-bobo.fr

 

Il paraît que…


Il paraît que l’ensemble immobilier que l’association Nouvelle Catalaunie voulait sauver du massacre sentait le sapin. Il paraît du reste beaucoup de choses...


Il paraît que le recours que nous avons introduit sur le parc des expositions a mis très en colère le Député-Maire de Châlons. A-t-il songé à la nôtre lorsque nous assistâmes à la démolition de l’ensemble médiéval qui ouvrait la rue de Marne ?

Bon à savoir

Le 25 mai, l’association Nouvelle Catalaunie a proposé au Député-Maire de Châlons d’organiser avec la RIC une concertation, avant la tenue de son assemblée générale fixée au 18 juin, au sujet de l’ensemble médiéval sis 88-92 rue de Marne. Lorsque l’assemblée s’est ouverte, cet ensemble n’existait plus et le Député-Maire n’avait pas encore jugé utile de répondre à l’association. Il ne le fera que dix jours plus tard, le 28 juin 2010 et il s’en suivra un échange épistolaire dont nous reproduisons ci-contre le dernier.

A chacun sa vérité...

Châlons, le 9 août 2010

Monsieur le Député-Maire,

A mon tour de vous remercier de votre lettre du 23 juillet en réponse à la mienne du 15. Je prends acte de ses silences et, pour ce qui est des explications qu’elle contient, je m’autorise à publier les commentaires qui suivent. [...]

Vous m’assurez – la main sur le cœur ? – que l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France vous serait parvenu au-delà des délais légaux. Mais vous vous abstenez bien, cependant, de me préciser sa date de réception. C’est d’autant plus regrettable qu’aucun tampon dateur de son arrivée en mairie ne figurait sur l’avis qui figurait dans le dossier du permis lorsque je l’ai consulté, que la délivrance d’une copie de cet avis m’a été refusée et que sa date d’émission le plaçait largement dans les délais légaux. [...]

     
Les trompettes de l’apocalypse

Bruno Malthet sort son troisième roman, Les trompettes de l’apocalypse, à l’occasion de la 64e foire exposition de Châlons-en-Champagne. Elles résonnent à tous vents dans cette fiction où il vaut mieux être en quête de vérités que chercher le graal.

L’histoire et le patrimoine de la mystérieuse capitale de la Catalaunie se reflètent dans le miroir des romans de Bruno Malthet. Cependant, souligne-t-il à qui veut bien l’entendre, les ressemblances avec la réalité sont purement fortuites...

Le roman de la rentrée :

Les trompettes de l’apocalypse

Voir notre page de présentation

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2010 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés