n° 100 - automne 2017
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 100
32 pages

disponible

 

Au sommaire

 L’édito : Et de 100 !
4 La vie en transparence
4 Le retour de l’archéologie
5 Lucien Chardon, dernier maître d’hôtel de la Haute-Mère-Dieu
7 Un dépliant publicitaire
8 L’histoire de la Haute-Mère-Dieu racontée à ses clients
9 La renaissance d’une façade
11 Les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons
12 Une histoire unique et exceptionnelle
12 Un hommage à Roger Canard ?
13 Une confusion au XVIIIe siècle
14 Les conférences de la SACSAM.
15 Le jard et l’hygiène publique
16 Grand jard : Vive le cynisme !
18 La fin d’une pelouse classée
20 Hôtel Kyriad : Un badinage inconséquent
 


20 Augustins : une première réponse
21 Des vestiges à restaurer
23 L’éclairage de la société civile

24 Le PLU passé au crible
- 24 Redynamisation et sauvegarde du centre-ville
- 25 Un secteur U1(s) qui pose problème
- 27 Des modifications à fort impact patrimonial
- 28 Des éoliennes en zones urbanisées
- 29 L’énergie solaire
- 30 Des emplacements réservés oubliés
- 31 Des demandes de clarifications
32 A lire et à voir
32 Art, guerre et contestation
32 Souvenir de vacances

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 6,50 € dans nos
points de vente habituels et sur abonnement.

L'éditorial

 

 

 
 

de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

et de Bruno Malthet
président de l'association

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et de 100 !

Lors de la création du Petit Catalaunien Illustré, nous avions enfouis au fond de nos mémoires une ambition secrète : sortir un jour le numéro 100 de notre journal. Voilà qui est fait ! Une fois de plus, il nous montre que si la vie est un long fleuve tranquille, la barque sur laquelle nous naviguons nécessite de la part de ses rameurs de bien garder le cap afin de ne point dériver face aux bourrasques qui agitent le fil de l’eau.

Passer de l’actualité à l’histoire, et vice-versa, nécessite de savoir prendre du recul par rapport aux événements, ce que ce numéro effectue avec le dossier de la Haute-Mère-Dieu. Le conflit qui a opposé notre association à son promoteur fait désormais partie de l’histoire de cet immeuble prestigieux. A l’heure où cette réalisation va être inaugurée, nous nous devions de revenir sur les grandes heures de cet hôtel, en honorant la mémoire de son dernier grand maître d’hôtel, Lucien Chardon, et sur les malheurs qui, depuis 40 ans, l’ont conduit à la ruine.

L’actualité et l’histoire, c’est aussi le Grand Jard, une promenade transformée en parc d’attraction, voire en décharge à ciel ouvert, et où une pelouse classée est désormais remplacée par plus de 1000 tonnes de béton. Notre combat, soutenu par une partie non négligeable des Châlonnais, n’en demeure pas moins incompris par une autre frange de la population. Ce paradoxe montre combien il est difficile de protéger le patrimoine et l’environnement face à l’immédiateté et la brutalité d’un projet répondant à une réelle attente. Il nous faut maintenant tourner cette page, ce que nous avons fait en inaugurant symboliquement et satiriquement une stèle à la mémoire de cette pelouse, sans pour autant renoncer à notre objet social.

L’actualité, c’est encore notre investissement afin que l’avenir de la Catalaunie soit respectueuse de son histoire. Il nous a conduit à passer au crible le projet de modification du plan local d’urbanisme et à l’analyser au regard de la préservation du patrimoine, de l’environnement et du cadre de vie. Cet investissement a également bénéficié au Conseil de Développement, dont notre association est membre, ce qui nous a conduit à suspendre nos permanences en septembre et à retarder la sortie de ce numéro.

Lorsque l’histoire d’aujourd’hui rejoint l’actualité d’hier, cela donne un numéro hors-série du Petit Catalaunien Illustré, à paraître en novembre, sur les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons. Ce numéro fera date à l’heure où Châlons s’apprête à célébrer le 40e anniversaire du vœu de Roger Canard et le 20e de sa réalisation : le retour au nom historique de Châlons-en-Champagne.


Sabine Schepens            Bruno Malthet
rédactrice en chef          président de l’association

     
La vie en transparence : Le Musée de Châlons présente jusqu’au 29 janvier 2018 une exposition temporaire, « La vie en transparence ». Réalisée à partir d’une collection de photographies recueillie en 1982, elle nous montre la vie quotidienne à Châlons de 1920 au milieu des années 1950.
 
Le retour de l’archéologie : Avec l’exposition « Archéologie de la Grande Guerre. La vie et la mort quotidienne dans le camp de Borrieswalde », l’archéologie fait enfin son retour au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons.
 
Lucien Chardon, dernier maître d’hôtel de la Haute-Mère-Dieu : Ancien aviateur de la Grande Guerre, Félicien Chardon, dit Lucien, est le dernier des maîtres d’hôtel de la Haute-Mère-Dieu a avoir porté cet établissement au sommet de sa renommée.
 
Un dépliant publicitaire : Ce dépliant publicitaire de l’hôtel de la Haute-Mère-Dieu n’est pas daté, mais il est très probablement de la fin des années 1940 ou du début des années 1950.
 
L’histoire de la Haute-Mère-Dieu racontée à ses clients : Le dépliant publicitaire publié par Lucien Chardon reprend et complète l’histoire de l’hôtel que l’on pouvait trouver, au début du XXe siècle, sur un semblable document édité par ses prédécesseurs, la famille Meunier.
 
La renaissance d’une façade : En août 2017, la société ADIM-Est a livré le nouvel immeuble de la Haute-Mère-Dieu dont la façade retrouve son éclat d’antan. Le Petit Catalaunien Illustré retrace l’histoire mouvementée de ses quarante dernières années.
 
Les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons : Pour le 40e anniversaire du voeu de Roger Canard et le 20e du retour définitif au nom historique de Châlons-en-Champagne, l’association Nouvelle Catalaunie publie un numéro hors série racontant, par le détail, les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons.
 
Une histoire unique et exceptionnelle : Peu de villes en France ont un nom à la vie aussi tourmentée que celui de Châlons. Son histoire, unique et exceptionnelle, se devait d’être contée par le détail à tous ceux qui aiment Châlons.
 
Une confusion au XVIIIe siècle : Deux correspondances du XVIIIe nous révèlent de précieux renseignements sur l’usage du nom de Châlons et les confusions existant à l’époque avec une ville bourguignonne autre que Chalon-sur-Saône.
 
Les conférences de la Sacsam : Chaque mois, la Société académique tient une conférence salle de Malte. Ses séances sont publiques, libres et gratuites.
Le jard et l’hygiène publique : Peut-on laisser impunément des individus fumer et déféquer au jard ? Cette question d’hygiène publique est sans réponse depuis 1809. Mais la transformation du jard en parc d’attraction doublé d’une décharge à ciel ouvert mérite de la poser à nouveau.
 
Grand jard : Vive le cynisme ! En violant délibérément le jugement rendu par le Tribunal administratif, la ville de Châlons a fait preuve de cynisme, malgré la plainte déposée par l’association, afin de pouvoir inaugurer le millier de tonnes de béton qu’elle a injecté dans le site classé du grand jard.
 
La fin d’une pelouse classée : Le 20 septembre 2017 a eu lieu au grand jard l’inauguration d’une stèle à la mémoire de la pelouse classée ayant disparu sous les mille et une tonnes de béton qui recouvre désormais son bassin. Cette manifestation donna lieu à un discours satirique que nous reproduisons.
 
Augustins : une première réponse Nous avons reçu la lettre suivante suite à celle que nous avions adressée à Bruno Bourg-Broc, Président de la Communauté d’Agglomération, à propos d’une pierre gravée de la devise des Augustins (cf. Petit Catalaunien Illustré, n° 99, p 25).

 
Hôtel Kyriad : Un badinage inconséquent Le 13 juin 2017, après un étourdissant silence de près de huit mois, la ville de Châlons s’est enfin décidée à répondre aux moyens soulevés par l’avocat de notre association. Décidément incorrigible, elle se lance dans un long développement pour soutenir l’indéfendable
Des vestiges à restaurer : Un échafaudage, rue de la Marne, laisse apparaître les traces d’un ancien massacre et des vestiges qui, selon la réglementation du site patrimonial remarquable, doivent être restaurés.
 
L’éclairage de la société civile : Le Conseil de développement du territoire de Châlons-en-Champagne vient d’apporter la contribution de la société civile en présentant ses rapports à son assemblée plénière et à la communauté d’agglomération. Pour les consulter, cliquer sur les liens ci-dessous.

les notes de synthèse des rapports : commission 1 - commission 2 - commission 3 - commission 4

les rapports : commission 1 - commission 2 - commission 3 - commission 4
 

Le PLU passé au crible : Cet automne, le Conseil municipal sera amené à adopter les modifications à apporter au plan local d’urbanisme. L’association Nouvelle Catalaunie a passé au crible le projet soumis à enquête publique et présenté ses observations au commissaire enquêteur. Redynamisation et sauvegarde du centre-ville -  Un secteur U1(s) qui pose problème -  Des modifications à fort impact patrimonial - Des éoliennes en zones urbanisées - L’énergie solaire - Des emplacements réservés oubliés - Des demandes de clarifications.
 
Souvenir de vacances : Dans le chœur de la chapelle Saint-Julien de Quiberon (56), le visiteur découvre une magnifique crucifixion de G. Le Roy. Il s’agit d’une copie d’un vitrail du XIIe siècle de la cathédrale de Châlons-en-Champagne.
© 2017 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés