n° 105 - hiver 2018-2019
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 105

32 pages


disponible

 

Au sommaire

3 3 L’édito
4 Les adjoints de la Grande Guerre :
- Paul-Emile Petit
- Ulysse Lallement
5 Jean Tanton
6 Léon Bourgeois et la naissance de la Société des Nations
10 Léon Bourgeois, visionnaire de la Paix par la solidarité des peuples
10 La France et la Société des Nations
13 Histoire de l’hôpital Léon Bourgeois
13 Quel nom pour l’hôpital de Châlons ?
14 Un timbre Léon Bourgeois ?
14 Que faire du socle du monument Léon Bourgeois ?
15 Visite de la Duduchothèque
15 La convention créant la Duduchothèque
16 La peinture en regard
16 Les liaisons mystérieuses
17 Vers la gratuité des musées ?
17 La Grande Guerre à Châlons
18 Nos déchets en 2017


20 Regard croisé sur le réseau de chaleur
20 Chaleur fatale et valorisation de chaleur
21 Déperdition de chaleur
21 Et le maraîchage ?
22 Notre route solaire s’inscrit-elle dans le développement durable ?
24 Vu sur le web
25 Route solaire : les questions de l’association
25 Objectif et affichage
26 enquête sur les marchés
27 Rejoindre l’UFC-QC
28 En attendant le nouveau Conseil de développement
28 La société civile et le grand débat national
29 Toussaints : une restauration exemplaire
30 Pauvre grand jard !
30 A la claire fontaine…
31 Percée Saint-Dominique : un curieux anniversaire
32 L’affaire du siècle
32 A lire

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 6,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

L'éditorial

 

 

 
 

de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

et de Bruno Malthet
président de l'association

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La paix par la solidarité

La solidarité était la colonne vertébrale de la pensée politique de Léon Bourgeois. Paul-Emile Petit et Ulysse Lallement, nos deux Châlonnais célèbres, qui étaient de ses amis, ont suivi les efforts qu’il déploya en 1919, pendant la Conférence de la Paix, afin que sa grande idée soit inscrite dans le marbre du traité de Versailles. Il plaida avec conviction, au nom de la France, pour que la Société des Nations, voulue par le Président Wilson et conçue par les conférences de La Haye de 1899 et 1907 où Léon Bourgeois eut une part active, ait les moyens de ses ambitions afin de maintenir durablement la Paix universelle entre les peuples.

Ulysse Lallement ne connaîtra pas la déception qu’a dû ressentir Léon Bourgeois. Ses amendements, qui auraient pu nous préserver d’une seconde guerre mondiale, n’ont pas été intégrés dans le titre I du traité de Versailles créant la Société des Nations. Mais, en homme d’État ayant une stature internationale, Léon Bourgeois dépassa son ressentiment et, poursuivant sa grande idée, va présider cette institution et verra son œuvre couronnée en 1920 par le prix Nobel de la Paix.

L’histoire de l’hôpital qui porta son nom nous rappelle également que Léon Bourgeois fut empli de compassion pour les victimes des gaz moutardes et de la tuberculose dont il se sentait solidaire. Si ses contemporains lui rendirent un hommage mérité en lui édifiant un monument rue Juliette Récamier, son souvenir est aujourd’hui oublié. Son bronze fut fondu en 1942 et son socle de pierre déposé sur une pelouse de l’hôpital en 1969.

Cinquante ans plus tard, à l’heure de célébrer le centenaire de la Société des Nations, la paix par la solidarité des peuples ne fait plus recette, malgré l’urgence d’agir face au dérèglement climatique. Certes, le développement durable est régulièrement évoqué, comme dans les dossiers du réseau de chaleur et de la route solaire que nous analysons. Mais, outre que leurs résultats risquent de ne pas être à la hauteur des ambitions affichées, l’ampleur de la tâche à accomplir est immense et la France a pris un retard conséquent. La pétition sur l’affaire du siècle, à laquelle nous nous sommes associés, est là pour nous le rappeler.

Ces considérations ne nous font pas pour autant oublier la protection du patrimoine local ni de nous inquiéter du retard pris par la mise en place du Conseil de Développement. L’absence de cette forme de démocratie participative se fait cruellement sentir à l’heure où le mouvement des Gilets Jaunes, faisant le lit des extrêmes, dérive dangereusement en véhiculant une haine des élites et une contestation violente de nos institutions républicaines. La Paix, qu’elle soit entre les peuples ou au sein d’une même communauté nationale, ne peut régner durablement sans le principe de solidarité cher à Léon Bourgeois, ni sans respecter la démocratie, en laquelle il croyait profondément. Nous aussi.

Puisse l’année nouvelle qui commence, et durant laquelle nos voeux les plus sincères vous accompagnent, ramener cette paix dans les esprits.
 

Sabine Schepens               Bruno Malthet
rédactrice en chef             président de l’association

 

Les adjoints de la Grande Guerre
Durant la Grande Guerre, le maire provisoire de Châlons, Joseph Servas, eut à ses côtés deux adjoints, MM. Paul-Emile Petit et Ulysse Lallement, qui le secondèrent avec efficacité au Conseil municipal, sans ménager leur santé.
Paul-Emile Petit (1855-1928), premier adjoint au maire : naît le 22 mars 1855 à La Neuville-au-Pont, arrondissement de Sainte-Menehould, où son père est maçon et sa mère vigneronne. A une époque non définie, il s’installe à Châlons où son expérience professionnelle de...
Ulysse Lallement (1854-1919), adjoint au maire : Fils de cultivateurs, Ulysse Emile Lallement naît le 3 mai 1854 à Dommartin-Lettrée, arrondissement de Vitry-le-François. Après ses études primaires, il vient au début de 1871 à Châlons, alors occupée par les Allemands, pour entrer à...
Jean Tanton : figure dans le « Dictionnaire des Châlonnais célèbres ».
Léon Bourgeois et la naissance de la Société des Nations
L’année 2019 marque le centenaire de la création de la Société des Nations. Théorisée dès le début du XXe siècle par Léon Bourgeois, informelle lors des « Conférences de la Paix » réunies à La Haye en 1899 et 1907, cette ligue des Nations va être institutionnalisée par le titre 1 du traité de Paix de Versailles signé le 28 juin 1919. Elle se donne pour ambition de maintenir la Paix universelle en recourant à l’arbitrage pour régler les conflits pouvant naître entre les nations...
Léon Bourgeois, visionnaire de la Paix par la solidarité des peuples
Un article, publié dans le Manschester Guardian et reprit par l’Union Républicaine du 2 avril 1919, nous rappelle le rôle important joué à Londres par Léon Bourgeois pour créer la Société des Nations. Il y explique la position de la France visant à mettre à disposition de cette future institution internationale des moyens militaires pour faire régner la paix. Cette vision implique d’imposer à chaque nation, pour qui la neutralité serait exclue, des limitations maximum et minimum de ses forces armées et de vérifier le respect de ses engagements. S’il avait été entendu et suivi, sa Paix par la solidarité des peuples aurait pu nous éviter la seconde guerre mondiale...
Histoire de l’hôpital Léon Bourgeois
Il a existé à Châlons dès 1922 un sanatorium qui, comme l’hôpital qui lui succéda, prit le nom de Léon Bourgeois et dont les bâtiments, désaffectés en 1964, furent démolis en 1974. Le Petit Catalaunien Illustré nous conte son histoire..
Quel nom pour l’hôpital de Châlons ?
L’actuel Centre hospitalier de Châlons n’a pas de nom. La ville souhaitait honorer la mémoire de Simone Veil en le dénommant ainsi, mais l’hôpital de Troyes l’a devancée et elle a dû y renoncer. Certains ont suggéré de lui donner celui des docteurs Priollet, qui y ont exercé avant de créer la clinique privée éponyme venant de fermer pour rejoindre le Centre hospitalier. Mais ce serait créer une confusion. Le président du Souvenir français, quant à lui, a écrit au maire de Châlons pour que l’hôpital de Châlons prenne le nom de Léon Bourgeois dont on va bientôt fêter le centenaire de son prix Nobel de la Paix.
Que faire du socle du monument Léon Bourgeois ?
L’association Nouvelle Catalaunie a suggéré en décembre 2017 au maire de Châlons que, dans le cadre des manifestations devant entourer le centenaire du prix Nobel de Léon Bourgeois, le socle de son monument soit redressé. Nous reviendrons, dans un prochain numéro, sur l’histoire mouvementée de ce monument.
Visite de la Duduchothèque
La Duduchothèque, qui a ouvert ses portes le 1er décembre 2018, est bien plus qu’un espace d’exposition dédié aux œuvres de jeunesse de Cabu. Elle est aussi et avant tout le lieu de conservation du « Fonds d’Archives Châlonnais Jean Cabut »...
La convention créant la Duduchothèque
Une convention, établie entre la Ville de Châlons-en-Champagne et Mme Véronique Brachet Cabut, veuve et ayant droit unique de Cabu, a formalisé les conditions du prêt gracieux que l’intéressée a fait des dessins de jeunesse originaux réalisés par Cabu et intitulé « Fonds d’Archives Châlonnais Jean Cabut »...
La peinture en regard Les liaisons mystérieuses
Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons présente une exposition originale jusqu’au 25 février 2019. Elle met en regard de mystérieuses liaisons entre des œuvres sorties de ses collections et la peinture contemporaine de Laurent Navarre...
Vers la gratuité des musées ?
Telle est la proposition faite par l’association Nouvelle Catalaunie au maire de Châlons...
La Grande Guerre à Châlons
Avec le hors-série du Petit Catalaunien Illustré consacré à « La Grande Guerre à Châlons et ses environs », le père Noël a fait de très nombreux heureux et suscité bien des questions. Les conférences et séances de dédicaces tenues fin 2018 ont rencontré un très bon écho auprès de la presse et du public. Pour ceux qui partagèrent ces moments de convivialité, la satisfaction était grande de découvrir cette mémoire oubliée de Châlons, capitale du front de Champagne. Parmi les questions posées...
Nos déchets en 2017
Le Syndicat de Valorisation des Ordures ménagères de la Marne (Syvalom) a mis en ligne son rapport annuel 2017. Malgré ses lacunes et contradictions, il offre un aperçu sur ce que deviennent nos poubelles...
Le rapport annuel 2017 du Syvalom est disponible sur son site internet : https://syvalom.fr/le-rapport-annuel-2017-est-disponible/
Regard croisé sur le réseau de chaleur
La ville de Châlons prévoit de créer un réseau de chaleur d’ici 2020 en utilisant la chaleur fatale de l’incinérateur de La Veuve. Le Petit Catalaunien Illustré a croisé les informations du rapport soumis au Conseil municipal avec celles du dernier rapport annuel du SYVALOM d’une part, du projet de Plan régional de Prévention et de gestion des déchets d’autre part...
Chaleur fatale et valorisation de chaleur
La chaleur fatale est la chaleur qui est produite par un processus dont l’objet n’est pas la production de cette chaleur...
Déperdition de chaleur
Avant d’arriver à Châlons, le réseau de chaleur devra parcourir neuf kilomètres en empruntant les fossés, talus et bas-côtés des voies publiques qu’il longera. Il s’en suivra une déperdition de chaleur dont l’importance et l’incidence ne sont aucunement évoquées dans le rapport commandé par la ville de Châlons...
Et le maraîchage ?
L’étude réalisée par le cabinet mandaté par la ville de Châlons pour étudier la faisabilité du réseau de chaleur s’est concentrée sur les 130 chaufferies des clients potentiels recensés...
Notre route solaire s’inscrit-elle dans le développement durable ?
Au printemps 2018, la ville de Châlons a aménagé la portion de la rue Thiers allant de la rue des Fripiers à l’Espace Catalaunien pour implanter une route solaire. De quoi attiser notre curiosité sur les performances de cette technologie innovante en terme de développement durable...
Vu sur le web
Le Petit Catalaunien Illustré a recueilli sur le web ces commentaires sur la route solaire de Tourouvre
Route solaire: le désastre annoncé est consommé : https://www.contrepoints.org/2018/08/10/322159-route-solaire-le-desastre-annonce-est-consomme
Le solaire tient-il vraiment la route ? : https://www.constructioncayola.com/environnement/article/2018/10/05/121048/solaire-tientil-vraiment-route
Une fausse bonne idée, cette route solaire ? https://www.science-et-vie.com/technos-et-futur/route-solaire-voie-royale-ou-cul-de-sac-45894
Route solaire : les questions de l’association
La route solaire de Châlons suscite bien des interrogations auprès de nos adhérents et des Châlonnais-es franchissant la porte de notre local sis au 7 bis rue Thiers. Aussi l’association Nouvelle Catalaunie a-t-elle écrit à l’adjoint au maire en charge de la voirie afin d’obtenir les quelques précisions suivante...
Objectif et affichage
Sur l’hélioroute de Tourouvre, la production peut être suivie en temps réel sur un panneau installé au bord de la route ...
Un panneau électronique a été implanté rue Thiers, à côté de la route solaire. Sa fonction n’est pas de permettre de suivre en temps réel les performances de la route solaire...
Enquête sur les marchés
Le numéro 70 (décembre 2018) de « Conso’Marne », le bulletin de communication de l’UFC-Que Choisir de la Marne, comporte une enquête très intéressante. Elle compare les prix pratiqués dans les grandes surfaces alimentaires et sur les marchés. Nous la publions avec son aimable autorisation.
En attendant le nouveau Conseil de développement
Le nouveau Conseil de développement du pays de Châlons devait entrer en fonction le 1er novembre 2018. Il le fera, au mieux, fin janvier 2019. L’association Nouvelle Catalaunie, qui a accepté d’y participer, s’est inquiétée de ce retard...
La société civile et le grand débat national
Pour l’association Nouvelle Catalaunie comme pour la Conférence Régionale des Conseils de Développement, le futur Codev, représentant la société civile du Pays de Châlons, a vocation à participer au grand débat national voulu par le Président de la République...
Toussaints : une restauration exemplaire
Le chantier de réhabilitation générale de l’abbaye de Toussaints est en phase d’être achevé de façon exemplaire...
Pauvre grand jard !
« Là où passe mon cheval, l’herbe ne repousse pas », faisait-on dire à Attila dans nos manuels scolaires. Au grand jard, le cheval d’Attila a cédé la place à des dalles en formica. Pour un résultat tout autant garanti...
A la claire fontaine…
Place de la République, les fontaines n’ont décidément par l’heur de plaire à nos municipalités ! ...
Percée Saint-Dominique : un curieux anniversaire
Les démolitions prévues « rue de la Marne » pour réaliser la percée Saint-Dominique est contestée par les associations de protection du patrimoine. Ces démolitions célébreront, à leur façon, le cinquantième anniversaire du projet municipal qui, en 1969, prévoyait de casser la rive nord de l’artère principale de la ville...
L’affaire du siècle
Quatre organisations d’intérêt général veulent assigner l’État français en justice devant le Tribunal administratif de Paris pour inaction face aux changements climatiques. Leur objectif est de faire reconnaître par le juge l’obligation de l’État d’agir pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, afin de protéger les Français face aux risques induits par les changements climatiques. L’association Nouvelle Catalaunie a signé en ligne cette pétition sur https://laffairedusiecle.net/ et vous invite à en faire de même.
A lire
« Petite Histoire de Champagne des origines au début du XXe siècle » de René Crozet. (voir notre rubrique)..\..\03-catalaunie\03-5_a-lire\alire-2016-2017.html
© 2019 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés