n° 107 - été 2019
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 107

40 pages


disponible

 

Au sommaire

3 L’édito : La bonne conscience
4 Les incendies de la cathédrale de Châlons et de sa grande flèche
4 Et Notre Dame en Vaux ?
5 Donner pour reconstruire Notre-Dame de Paris
6 La paix victorieuse à Châlons
6 Proclamation du Préfet de la Marne aux Maires du Département
7 La soirée de mardi à Châlons
8 Le « Te Deum » à la Cathédrale
9 La signature de la paix
9 À Versailles
9 La ratification
10 L’histoire d’Hercule enfant au musée de Châlons
13 De Cusset au Louvre
14 Maurice Pierrat (1891 - 1978)
16 La collection Maurice Pierrat
17 Quand Garinet prend l’eau
17 Le signalement de l’association
 


18 La réponse de la ville
19 Les jardins suspendus de Notre-Dame-en-Vaux
20 Une réponse incomplète
20 Vers l’inscription du centre ancien… après sa disparition !
22 Quand Châlons voulait un « secteur sauvegardé »
23 Grand jard : piqûre de rappel
24 Rue des Lombards
25 L’association en assemblée générale
29 Comment repenser l’agriculture ? 30 Contribution pour une agriculture durable sur le territoire de Châlons Agglo
31 AVAP : notre contribution à l’enquête publique
38 La Paix par la Solidarité des Peuples
39 Vers une restauration de la tombe de Léon Bourgeois ?
40 A lire

 

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 6,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

L'éditorial

 

 

 
 

de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

et de Bruno Malthet
président de l'association

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bonne conscience

Peut-on valoriser le patrimoine en programmant sa dégradation ? Ainsi posée et de prime abord, la question peut sembler saugrenue ou provocatrice pour nos adhérents et pour la plupart de nos lecteurs. Un professeur de philosophie y verrait, quant à lui, un excellent sujet de dissertation au baccalauréat et inviterait ses élèves à puiser dans ce numéro une partie des arguments leur permettant de répondre à l’énoncé. Nos élus, eux, hausseraient sans doute les épaules, voire le ton, et useraient de la langue de bois pour expliquer de façon péremptoire que la question est fort mal posée. Pour eux, l’intérêt général, dont ils ont la charge, se doit de répondre avant tout aux intérêts particuliers de leurs administrés qui, étant aussi leurs électeurs, peuvent les sanctionner s’ils ne répondent pas à leurs attentes. Aussi est-il plus simple de les autoriser à transgresser la règle établie pour valoriser leur patrimoine plutôt que d’affronter leur courroux si cette transgression ne leur était pas permise.

A quoi bon, dans ce cas, établir une règle ? Pour se donner bonne conscience, à l’évidence. L’aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine (AVAP) prétend tracer une voie vertueuse sans laquelle le label Ville d’art et d’histoire n’aurait plus aucun sens. Tout un chacun est invité à la suivre ou à emprunter un des chemins de traverse lui garantissant l’indulgence plénière s’il contribue à dégrader le patrimoine au lieu de le valoriser. La vertu est, il est vrai, un art difficile - comme en témoignent notre couverture et notre contribution à l’enquête publique sur l’AVAP - où la bonne conscience sans volonté politique forte ne suffit pas.

Il en va de même face à l’urgence écologique et climatique. D’où la lettre ouverte de l’association Châlons Initiatives 21 aux élus de l’agglomération et aux participants du forum Planet A. Sa contribution, fort (im)pertinente, vise à leur faire prendre conscience de l’urgence d’une agriculture durable sur notre territoire, qui constitue l’archétype de l’agriculture intensive, pour lutter contre le réchauffement climatique et préserver la biodiversité. Cette contribution tend, en définitive, à reformuler le questionnement ouvrant cet éditorial : peut-on sauver la biodiversité en perpétuant sa dégradation ?

Répondre positivement à ce double questionnement serait faire preuve d’une grande inconscience. Mais répondre négativement pour se donner bonne conscience ne suffit pas. Il y a urgence à agir pour notre patrimoine et pour notre biodiversité.

Sabine Schepens               Bruno Malthet
rédactrice en chef             président de l’association

 

Les incendies de la cathédrale de Châlons et de sa grande flèche  L’incendie, qui a ravagé le 14 avril 2019 Notre-Dame de Paris, ne peut que nous affliger en tant qu’association de protection du patrimoine. Pareil incendie a ravagé la cathédrale de Châlons, il y a 351 ans, le 19 janvier 1668, dans des circonstances différentes et pour la 4e fois de son histoire...

Et Notre Dame en Vaux ? L’histoire de Notre-Dame-en-Vaux ne fait pas état d’un quelconque incendie ayant ravagé l’édifice et ses flèches Celles-ci eurent cependant à souffrir de la Révolution, quatre d’entre elles ayant été rasées pour récupérer le plomb de leur couverture, la cinquième devant sa survie au guet qu’elle abritait dans son lanterneau.

Donner pour reconstruire Notre-Dame de Paris A la suite de l’incendie ayant ravagé une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les actions se sont multipliées pour récolter des dons en vue de sa reconstruction. Afin de faciliter la levée de fonds pour rebâtir la cathédrale, le gouvernement a lancé le portail : http://www.rebatirnotredame.gouv.fr

La paix victorieuse à Châlons Les Châlonnais ont fêté la paix victorieuse, sans attendre la signature du traité de Versailles, en manifestant leur joie dans les rues de la ville.
Hier, pendant le courant de l’après-midi, nos concitoyens ont attendu avec une vive impatience les nouvelles de Versailles...

Proclamation du Préfet de la Marne aux Maires du Département Aussitôt la bonne nouvelle reçue, M. Thibon, préfet de la Marne, a transmis à MM. les Maires du département la belle dépêche suivante...

La soirée de mardi à Châlons Ce fut hier [mardi 24 juin] à Châlons une soirée de liesse et d’enthousiasme exubérant. La retraite organisée par le 106e a fourni à nos concitoyens l’occasion qui leur avait manqué la veille de témoigner leurs sentiments...

Le « Te Deum » à la Cathédrale Hier, à 11 heures, en l’église Cathédrale décorée sobrement et avec le goût aux couleurs nationales, était chanté le solennel Te Deum d’actions de grâce pour la conclusion de la paix...
La signature de la paix En ce qui concerne la date historique du 28 juin 1919, celle du traité de Versailles, il y a lieu d’observer certaines coïncidences qui frappe l’observateur attentif...

La ratification M. Léon Bourgeois, dont la haute autorité et la remarquable compétence sont unanimement reconnues, a été désigné comme rapporteur général [du traité de Paix au Sénat]. En outre, et comme il convenait, M. Léon Bourgeois a reçu le rapport concernant la Société des Nations...

Erratum La note 7 de l’article «Le souvenir de Léon Bourgeois à l’épreuve du temps», publié dans le n° 106 du Petit Catalaunien Illustré, est en partie erronée.  Il n’existe en effet pas de liens avérés entre les vissicitudes financières du Comité d’érection du Monument Léon Bourgeois et le départ, volontaire ou contraint, du Trésorier-Payeur-Général en 1928.

L’histoire d’Hercule enfant au musée de Châlons Un article, publié les 19 et 20 novembre 1954, nous conte l’histoire d’une esquisse de Taraval, Hercule enfant, conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons. L’artiste en a tiré, 20 ans plus tard, un tableau à la recherche duquel est parti le Petit Catalaunien Illustré...

De Cusset au Louvre Parti à la recherche du tableau Hercule enfant de Taraval à Cusset dans l’Allier, Le Petit Catalaunien Illustré vous invite à pousser la porte du Département des Peintures du Louvre...

Maurice Pierrat (1891 - 1978) Acteur, journaliste et collectionneur d’art Fils d’un graveur et d’une couturière, deuxième enfant d’une fratrie de trois garçons et une fille, Maurice [Eugène] Pierrat naît le 2 juillet 1891 à Châlons. Attiré par le théâtre..

Maurice Pierrat au théâtre de Châlons Un article, publié dans l’Union Républicaine, lève le voile sur les débuts de Maurice Pierrat sur les planches...

La collection Maurice Pierrat Avec plus de 200 objets et films, l’« Exposition Maurice Pierrat, le goût de l’exotisme » met en valeur la richesse de la collection léguée par cet amateur d’art. Visible jusqu’au 17 janvier 2020 dans les trois musées châlonnais, elle est accompagnée par de nombreuses animations...

Quand Garinet prend l’eau… Mal entretenu, le musée Garinet se fissure et l’eau s’y infiltre sans que son propriétaire, la Ville de Châlons, ne s’en soucie jusqu’à ce que l’association Nouvelle Catalaunie intervienne…

Le signalement de l’association Bonjour, Les gouttières des façades et pignons Sud et Est du musée Garinet sont bouchées et, malgré plusieurs signalements, rien ne paraît avoir été fait..

La réponse de la ville En réponse, je vous informe que mes services sont intervenus le 20 mai dernier pour désengorger les gouttières...

Les jardins suspendus de Notre-Dame-en-Vaux  Le défaut d’entretien chronique de Notre-Dame-en-Vaux a pour effet de laisser pousser des jardins suspendus un peu partout sur l’édifice. L’association Nouvelle Catalaunie a procédé à un signalement qu’elle a accompagnée de photos...

Notre-Dame : Une réponse incomplète Pour faire suite à votre sollicitation, je vous informe que l’entretien de la Collégiale Notre-Dame est effectué chaque année. Pour 2019, il sera réalisé courant juillet...

Nos observations Notre-Dame-en-Vaux est la seule église de Châlons à connaître un tel enherbement. Nous serons attentifs à l’exécution de ces travaux de nettoyage pour lesquels il n’existe qu’un seul traitement curatif : la restauration de l’église. Le silence de cette réponse sur ce sujet en dit bien plus long qu’un grand discours..

Vers l’inscription du centre ancien… après sa disparition ! L’histoire du site inscrit de Châlons commence avec la rénovation urbaine du quartier Saint-Dominique que l’ouvrage « Ouvrez le massacre » de Boeglin, illustré par Cabu, a rendu tristement célèbre. Les archives municipales de Châlons conservent trois correspondances qui permettent de dater à 1972 l’origine de la prise de conscience de la nécessité de protéger le patrimoine devant subsister après rénovation du centre ancien de Châlons...

Quand Châlons voulait un « secteur sauvegardé » Jusqu’à la transformation de ces deux dispositifs en Site Patrimonial Remarquable, l’association Nouvelle Catalaunie militait pour la transformation de la ZPPAUP en secteur sauvegardé. Cette proposition fut déjà faite en 1974, et aussitôt abandonnée, par la municipalité dans le contexte très particulier de la rénovation du centre ancien de Châlons...

Grand jard : piqûre de rappel
Châlons, le 12 juin 2019 Madame la Procureure,
Par lettre recommandée du 17 juillet 2017, notre association a déposé plainte contre X, entre les mains de votre prédécesseur, suite à la réalisation sans permis de travaux d’aménagement au grand Jard de Châlons-en-Champagne...

Rue des Lombards La ville de Châlons a accordé un permis de démolir et de construire à Châlons Habitat portant sur un immeuble intéressant, au sens du règlement de la ZPPAUP, situé à l’angle des rues des Lombards et Gobet-Boisselle et faisant face à l’église Saint-Alpin, classée monument historique. L’impact visuel du projet a conduit l’Association Nouvelle Catalaunie a déposé un recours gracieux le 17 mai dernier...

L’association en assemblée générale L’Association Nouvelle Catalaunie a tenu son assemblée générale annuelle le 19 juin dernier à l’Espace Catalaunien. Nous publions les rapports annuels adoptés à l’unanimité des membres qui poursuivirent la soirée avec le spectacle métamorph’EAUse proposé par l’Office de Tourisme.

Comment repenser l’agriculture ? Châlons Initiatives 21 s’inscrit dans une perspective de transition écologique durable qui concilie préservation de l’environnement, développement humain solidaire et équitable, activité économique responsable. L’association, créée en février 2019, a adressé une lettre ouverte aux participants du forum Planet A qui s’est tenu à Châlons les 27 et 28 juin 2019, ainsi qu’aux élus de l’agglomération et de la ville de Châlons. Sa contribution, fort (im)pertinente, vise à leur faire prendre conscience de l’urgence d’une agriculture durable sur notre territoire, qui constitue l’archétype de l’agriculture intensive, pour répondre à l’urgence écologique et climatique et préserver la biodiversité...

Contribution pour une agriculture durable sur le territoire de Châlons Agglo Un constat accablant : Les actions humaines ont considérablement modifié la nature à travers le monde. Les trois quarts de l’environnement terrestre et environ 66% de l’environnement marin ont été sensiblement altérés. Plus du tiers de la surface mondiale et près de 75% des ressources en eau douce sont maintenant consacrés à la production végétale ou animale. Près d’un million d’espèces animales ou végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction dans les décennies à venir...

Notre contribution à l’enquête publique L’enquête publique préalable à la transformation de la ZPPAUP en AVAP sera close le 5 juillet 2019. L’association Nouvelle Catalaunie a remis le 19 juin 2019 sa contribution à la Commissaire enquêtrice. Celle-ci remettra au plus tard le 5 août son rapport qui devrait être mis en ligne début septembre 2019....
Conclusion : Ce dossier laisse particulièrement pantois quant aux objectifs recherchés par la ville de Châlons. Si la délibération de son Conseil municipal du 4 avril 2019 a jugé utile d’auto décerner « les félicitations du jury » au projet de transformation de la ZPPAUP en AVAP, l’association Nouvelle Catalaunie n’en fait pas de même. En prétendant inscrire son projet d’AVAP « dans la dynamique du projet de revitalisation du centre-ville », la municipalité confond la valorisation du patrimoine et son urbanisation. Si, en soi, on ne peut que souscrire à la nécessité de revitaliser le centre-ville, ce projet d’AVAP manque singulièrement d’ambition. Il oublie que Châlons est une ville d’art et d’histoire. De ce fait, il tourne le dos à la protection du patrimoine et fait l’impasse sur les mesures d’accompagnement qu’appelle une véritable politique de valorisation de l’architecture et du patrimoine digne d’un Site Patrimonial Remarquable comme celui de Châlons.

La Paix par la Solidarité des Peuples Il y a 100 ans, le 28 juin 1919, était signé le traité de paix mettant fin à la Grande Guerre et créant la Société des Nations. A l’initiative de l’Association Nouvelle Catalaunie, un hommage a été rendu à Léon Bourgeois, doctrinaire et visionnaire de la Paix par la Solidarité des Peuples, devant sa tombe au cimetière de l’Ouest à Châlons. Il donna lieu au dépôt des fleurs du souvenir en présence de Bruno Bourg-Broc, président de Châlons Agglo, Rudy Namur, conseiller départemental de Châlons, Martine Thibert, conseillère municipale de Châlons, Philippe Comby, président départemental du Souvenir français, Bruno Malthet, président de l’association de Nouvelle Catalaunie, et de nombreuses personnalités châlonnaises. Nous publions le discours prononcé à cette occasion...

Vers une restauration de la tombe de Léon Bourgeois ? L’hommage rendu à Léon Bourgeois a permis de sensibiliser les élus présents à la nécessité d’entreprendre une restauration de sa tombe. Ils ont constaté combien le temps et la pollution avaient terni la pierre de sa stèle, taché son marbre blanc, désolidarisé les dalles du caveau, rongé et ébranlé la grille de son enclos, dégradé un de ses quatre décors d’angle et fait disparaître l’un d’eux. Son entretien, signala Bruno Malthet, était jadis réalisé par la ville. Elle avait reçu à cet effet en 1933 une rente de Georges Bourgeois, fils de l’homme d’État, et elle a renouvelé son engagement en 1972 en acceptant un don (cf. Le Petit Catalaunien Illustré n° 106).

A lire : Les batailles des Monts de Champagne 1914-1918, de Patrick Facon. La bataille de la Marne à Vitry-le-François, septembre 1914, de Jean Lasnier.

Georges Bourgeois (1877-1938) Médecin militaire, donateur de la bibliothèque et du musée de Châlons, Georges Bourgeois veilla, avec sa femme, à entretenir la mémoire de son père.
Léon Bourgeois, peintre Un article, publié en 1896 dans Le Figaro et reproduit dans le n° 15 du Petit Catalaunien Illustré (printemps 1996), nous avait fait découvrir les talents de sculpteur de Léon Bourgeois... Mais qui connaît les talents picturaux du sculpteur Léon Bourgeois ?
Le souvenir de Léon Bourgeois à l’épreuve du temps Dès le lendemain de la mort de Léon Bourgeois, survenue le 29 septembre 1925, ses amis, qui lui portaient une infinie affection, et tous ceux qui admiraient son immense stature d’homme d’État reconnue internationalement, mettent tout en œuvre pour perpétuer son souvenir. Un siècle plus tard, Le Petit Catalaunien Illustré analyse comment, à Châlons, ce souvenir a résisté à l’épreuve du temps.
Regard d’un critique d’art sur le monument Léon Bourgeois Henri Bernard, ami de Léon Bourgeois, critique d’art et un des éditorialistes de L’Union Républicaine entre les deux guerres, a livré aux lecteurs de ce journal l’impression qu’il a ressentie lors de l’inauguration le 28 mai 1933 du monument Léon Bourgeois.
La stèle funéraire de Léon Bourgeois Située au Cimetière de l’Ouest, la tombe de Léon Bourgeois est à l’abandon depuis des décennies et justifierait une restauration.
Vers un « Hôpital Léon Bourgeois » ? Notre dernier numéro faisait état de la proposition du président du Souvenir français de donner le nom de Léon Bourgeois à l’hôpital de Châlons. Depuis, cette idée a fait son chemin.
L’enracinement électoral de Léon Bourgeois Peu d’hommes politiques ont eu auprès de leurs électeurs la popularité de Léon Bourgeois. En témoignent les résultats de sa première élection, face au général Boulanger lors de l’élection législative partielle du 26 février 1888, et de sa dernière élection sénatoriale en 1920 où sa popularité a tiré vers le haut les scores de ses amis politiques, MM. Vallé et Montfeuillart.
Des bombardements non recensés ... mais localisés ! Le numéro hors série consacré à «La Grande Guerre à Châlons et ses environs» contient, page 327, un court article illustrant trois cartes postales et intitulé « Des bombardements non recensés ». Arnaud Dubois1 les a datés ou localisés et il nous fait partager sa découverte.
Cugnot : d’où vient ce nom ? La rue du Cugnot porte-t-elle le nom d’un docteur et, si oui, qu’a-t-il fait de suffisamment mémorable pour que son patronyme soit attribué par certains à une rue de la ville de Châlons ?
Le Queu-Gneu A la Noël, il est de coutume et d’obligation charmantes pour les parrains et marraines d’offrir à leurs filleuls et filleules, une brioche...
La recette du queugneux Le Queu-Gneu s’est perpétué chez Philippe Chaumeille, boulanger châlonnais...
Notre-Dame-en-Vaux : bientôt une ruine sublimée dans un bel écrin ? La municipalité projette d’aménager les abords de l’église Notre-Dame-en-Vaux pour sublimer ce joyau dans un écrin dont, en dehors de son coût, on ne sait pas grand-chose. La restauration de l’édifice, que la pollution ruine inexorablement depuis plus de 50 ans, n’est toutefois pas à l’ordre du jour.
« Les gaz d’échappement : cette lèpre qui ronge les pierres de Notre-Dame-en-Vaux » « On peut difficilement croire qu’en circulant chaque jour en voiture, rue de Vaux ou quai Perrier, on abîme Notre-Dame. Et pourtant c’est vrai...
Comment « sublimer Notre-Dame » sans la restaurer « La collégiale Notre-Dame-en-Vaux, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, est sans conteste le joyau de notre ville. […] Elle est malheureusement trop peu mise en valeur...
Qui s’y frotte… Suite au « tacle appuyé » dont elle a fait l’objet lors du Conseil municipal du 31 janvier dernier, auquel elle ne participait pas, l’association Nouvelle Catalaunie se devait de réagir. Ce tacle était en effet la énième attaque dirigée contre elle en conseil municipal et dans d’autres aréopages. Elle a en conséquence fait valoir son droit de réponse et apporté des précisions utiles dont l’Union s’est fait l’écho le 8 février dernier.
A quoi sert l’Architecte des Bâtiments de France ? La question mérite d’être posée lorsque l’on voit la banalité urbanistique à laquelle aboutissent ses prescriptions...
Conseil de développement L’assemblée plénière de mise en place du nouveau Conseil de développement (Codev) s’est tenue le 8 février dernier...
Que retenir du « Grand débat » ? Plusieurs membres communs aux associations Nouvelle Catalaunie et Châlons Initiatives 21 ont participé aux réunions publiques organisées à Châlons dans le cadre du « Grand Débat » voulu par le Président de la République pour tenter de répondre au mouvement des gilets jaunes.
La nouvelle place de la République En mai 2019, la place de la République aura un nouveau visage. Voulue plus belle et spacieuse, elle sera modulable afin de pouvoir s’animer et être attractive. Le Petit Catalaunien Illustré est allé consulter le dossier.
Pesticides : La honte ! Tandis que 40 000 jeunes manifestent pour le climat le 15 mars 2019, l’Assemblée nationale cède au lobby des pesticides. La honte !
Plan écophyto : Constat d’échec Les écosystèmes se meurent et pourtant le recours aux pesticides continue de progresser.
Une réponse incomplète La route solaire implantée rue Thiers à Châlons a fait l’objet d’un dossier dans le n° 105 du Petit Catalaunien Illustré (hiver 2018-2019). Nous publions et analysons la réponse reçue.
Comment combattre l’antisémitisme ? L’antisémitisme est redevenu d’actualité en février dernier du fait d’individus qui ont la mémoire courte, qui ont oublié ce que l’histoire nous enseigne, qui cultivent l’antisémitisme, profanent les lieux de mémoire, taguent des croix gammées sur le portrait de Simone Veil, sont assez lâches pour s’en prendre aux morts...

A lire

© 2019 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés