n° 111 - été-2020
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 111

28 pages


disponible

 

Au sommaire


3  Aux défenseurs de la Patrie
3 Germaine Jeulin, conservatrice de
la bibliothèque et des musées
4 Le musée de Châlons en 1968
7 A propos des lions de l’hôtel de ville
10 Paysage châlonnais
11 La guerre de 1870 dans le Petit
Catalaunien Illustré
11 N° 68 automne 2009
11 N° 71 été 2010
12 N° 73 printemps 2011
13 Les fourgons pris à l’ennemi
par les Châlonnais
15 Une tombe orgueilleuse à l’origine
du monument de 1870
 


16 Avant l’inauguration
17 Le monument aux morts
de la guerre 1870-1871
18 L’inauguration du monument
aux morts de 1870-1871
18 A la cathédrale
19 Au cimetière de l’Ouest
22 Quand même !
23 Remise de drapeaux par
Léon Bourgeois Président de
la Chambre
25 Léon Bourgeois retrouve les siens
27 L’affaire du siècle
28 A lire et à voir

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 6,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

L'éditorial

 

 

 
 

de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

et de Bruno Malthet
président de l'association

 

 

 

 

Aux défenseurs de la Patrie

 Il y a 150 ans, le 19 juillet 1870, Napoléon III déclarait la guerre à la Prusse. Il s’en suivit Sedan le 1er septembre, la proclamation de la République le 4 septembre et la poursuite de la guerre. Nous avons déjà consacré trois numéros du Petit Catalaunien Illustré à l’aspect châlonnais de cette guerre. Ce numéro les synthétise et retrace un épisode inédit de nos courageux concitoyens prenant des fourgons de vivres à l’ennemi et les livrant à l’armée française.

Si on ne célèbre jamais ses défaites, on ne peut pour autant oublier ceux qui ont donné leur vie pour défendre la Patrie. Aussi Châlons accueillit-elle au cimetière de l’Ouest les restes de la cinquantaine de soldats français morts à l’hôpital ou dans ses ambulances. Leur dernière demeure aurait pu rester modeste si les vainqueurs n’avaient pas érigé à leurs morts, enterrés à quelques pas de là, deux tombes jugées orgueilleuses.

D’anciens officiers prirent en conséquence l’initiative de glorifier les défenseurs de la Patrie en leur élevant un monument aux Morts, le premier de l’histoire châlonnaise, à l’entrée du cimetière de l’Ouest. Il illustre notre couverture avec, en toile de fond, le tableau d’Ernest Meissonier représentant le siège de Paris. Les discours prononcés lors de son inauguration, le 6 mai 1886, sont riches d’enseignements. Ils nous éclairent sur l’état d’esprit de la IIIe République. Elle entretient le souvenir et l’espoir d’une revanche qui rendrait à la France ses provinces perdues, reconstruit son armée et, tout en proclamant que le droit prime la force, la fortifie en exaltant le patriotisme. Tel est aussi l’état d’esprit de Léon Bourgeois lorsqu’il remet en 1902 des drapeaux aux vétérans et combattants de 1870.

Nous poursuivrons ce récit dans un prochain numéro avec l’histoire du monument voisin dédié aux quatre fusillés du 20 janvier 1871. Il laisse sa place dans ce numéro à Germaine Jeulin, qui nous livre sa description du musée de Châlons en 1968, et au Docteur Chevron, qui nous fait partager sa nostalgie d’enfant lorsqu’il chevauchait les lions de l’Hôtel de Ville. De ce fait, notre partie «Société» se résume à un point d’actualité sur l’Affaire du Siècle, les changements climatiques. La crise sanitaire que nous traversons ne saurait nous faire oublier l’urgence d’y apporter des solutions.

Sabine Schepens, rédactrice en chef
Bruno Malthet, président de l’association

Germaine Jeulin Conservatrice de la bibliothèque et des musées Germaine Plique naît le 16 mai 1903 à Lille. Sortie archiviste paléographe de l’école des Chartes, promotion 1932, elle est connue sous son nom marital, Jeulin, que l’on trouve accolé avant le sien dans ses publications. Elle est en fonction à Troyes lorsqu’en 1946 le poste de conservateur des musées et de la bibliothèque de Châlons se libère...
Le musée de Châlons en 1968 A l’heure de prendre sa retraite, Germaine Jeulin, conservatrice de la bibliothèque et du musée de Châlons, dresse l’histoire et un portrait de ce dernier. ..
A propos des lions de l’hôtel de ville Joseph Chevron, médecin et poète châlonnais, nous a laissé un récit intemporel sur l’attachement que, de tous temps, jeunes et vieillards ont pour les lions de l’hôtel de Ville.
Paysage châlonnais En été, la Marne est un long fleuve tranquille dans sa traversée de Châlons, surtout lorsque le service de la navigation épuise ses réserves en eau pour alimenter les canaux ou, comme cette année, entretenir le barrage. Le phénomène n’est pas nouveau, comme le montre cet article, publié en 1902 par le Journal de la Marne.
La guerre de 1870 dans le Petit Catalaunien Illustré Il y aura 150 ans le 19 juillet 2020, Napoléon III déclarait la guerre à la Prusse. Le Petit Catalaunien Illustré y a déjà consacré trois numéros dont nous publions la synthèse.
Les fourgons pris à l’ennemi par les Châlonnais Publié par l’Union Républicaine trente-trois ans après la guerre de 1870, ce récit relate un fait de bravoure commis par des Châlonnais s’emparant de fourgons ennemis et les livrant à l’armée française.
Une tombe orgueilleuse à l’origine du monument de 1870 L’érection de pierres tombales rendant hommage aux soldats allemands suscite un tel émoi que l’érection d’un monument aux morts de 1870 est envisagé.
Avant l’inauguration Retardée d’une semaine, la cérémonie d’inauguration du monument donne lieu à une polémique. En cause : la messe de requiem la précédant.
Le monument aux morts de la guerre 1870-1871 Nous empruntons au Journal de la Marne la description du monument qu’il fit à l’occasion de son inauguration le 6 mai 1886.
L’inauguration du monument aux morts de 1870-1871Après un requiem à la Cathédrale, l’inauguration du Monument aux Morts de 1870 se poursuit au cimetière de l’Ouest. Les discours prononcés nous renseignent sur la ferveur patriotique qui animait la population.
 
Remise de drapeaux par Léon Bourgeois, Président de la Chambre Le 13 juillet 1902 à 9 heures 30, veille de fête nationale, Léon Bourgeois, Président de la Chambre des Députés, préside à Châlons la remise des drapeaux aux Sociétés des Vétérans des Armées de Terre et de Mer et des Combattants de 1870–1871.
Léon Bourgeois retrouve les siens Resté au chevet de sa fille gravement malade, Léon Bourgeois est réélu député en 1902 sans faire campagne. De retour à Châlons, il retrouve ses amis à qui il doit son succès.
L’affaire du siècle Le numéro 105 du Petit Catalaunien Illustré (hiver 2018-2019) s’est fait l’écho de l’action portée devant le tribunal administratif de Paris par quatre organisations d’intérêt général regroupées dans « l’Affaire du siècle ». Objectif : contraindre l’État à agir vraiment face aux changements climatiques. Nous publions les dernières informations reçues sur ce dossier.
Invitation Royale ! à la cour de Louis XV Présentée dans les salles dédiées aux collections permanentes du Musée des Beaux-arts et d’Archéologie, l’exposition donne à voir une cinquantaine d’œuvres issues des collections des musées châlonnais choisies pour leur lien avec le siècle de Louis XV. Nouvelles acquisitions ou œuvres jamais présentées sont à découvrir pour la première fois jusqu’au 28 septembre.
 
© 2020 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés