Le Petit Catalaunien Illustré

 
Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 2 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

 Au sommaire du n° 41

Culture

Le mau mêlé catalaunien
L'édito :
Le petit apôtre de la Catalaunie
La Bible et l’art : de l’objet de lecture à la lecture de l’objet
Le courrier des
lecteurs
Charles Hermant,
le petit apôtre de la botanique
L’
arboretum du petit Jard
Débats autour de
Notre-Dame-en-Vaux
Pollution et patrimoine
Enterrement de
carême-prenant
A lire : les nouveautés du trimestre

Société

A propos d’une porte charretière
ZPPAUP : un sigle pour protéger intelligemment son patrimoine
ZPPAUP et ruelle du Nau
Non au pigeoncide
Un pigeonnier dans la ville
Incinération : ni ici, ni ailleurs
Nuisances olfactives : un plan si parfait...
Un toit pour Yérétaso
Ces drames qui secouent le Burkina
Lutter contre la pauvreté, pas contre les pauvres
Un «collectif Paix» à Châlons

infos associatives en bref

 
L'éditorial
de Sabine Schepens, rédactrice en chef du Petit Catalaunien Illustré

 Le petit apôtre de la Catalaunie
 Cinquante ans après la disparition de l’abbé Hermant, Roger Canard rend hommage à ce Châlonnais, co-fondateur de l’arboretum du Petit Jard. Son « Petit Apôtre de la Botanique » professait une science aimable, la botanique, érigée en religion naturelle. Il la faisait partager à ses contemporains. Comme lui, le Petit Catalaunien ne ménage pas sa peine pour professer cette autre religion naturelle qu’est la Catalaunie. N’en serait-il pas le petit apôtre ?

Un petit apôtre certes tout empreint de laïcité, mais d’une laïcité de tolérance s’ouvrant sur les expositions consacrées à la Bible par la Bibliothèque et le Musée de Châlons après avoir présenté, dans son précédent numéro, celle de l’église Saint-Alpin. Un petit apôtre qui va rechercher dans l’histoire locale l’étrange enterrement de carême-prenant à la Cathédrale. Et qui se mobilise pour la sauvegarde de Notre-Dame-en-Vaux et pour protéger intelligemment notre patrimoine.

Bref, un petit apôtre qui n’ignore rien du passé religieux de la Catalaunie, qui le respecte et y puise une grande part des sources de son apostolat, tout en gardant ses distances, laïcité oblige, avec les différentes pastorales des religions du Livre. Comme il les garde, neutralité oblige, avec le politique, même si souvent sa pastorale tend à dessiner la Catalaunie de demain.

Pour autant, notre petit apôtre appelle un chat un chat. Et ce numéro n’échappe pas à la règle. Ainsi se fend-il d’un billet d’humeur sur une affaire de porte où, manifestement, nos élus se sont payés la tête des associations patrimoniales. Ainsi dénonce-t-il également la cécité de la municipalité qui refuse tout pigeonnier contrôlé sous prétexte de déclarer une guerre totale aux pigeons.

La guerre ! Le mot est lâché. Assurément, la fatuité de ceux qui s’en servent comme d’une menace fâcherait notre grand apôtre de la paix, Léon Bourgeois. Il aimait à dire que “ Le suffrage universel donne certes la légitimité, mais pas ipso-facto la compétence ”. Et de la paix à la guerre, il n’y a qu’un pas que refuse de franchir le “ collectif Paix ” de Châlons. Face à la menace d’intervention américaine en Irak, il lance un appel que relaie Le Petit Catalaunien.

Une menace qui ne nous fait pas pour autant oublier les plus démunis, qu’il s’agisse de nos amis Bobolais ou, à nos portes, des exclus de la société à qui le projet de loi sur la sécurité intérieure n’offre d’autre avenir qu’ un traitement pénal de leur existence.

Je ne sais si notre Petit Catalaunien sera aussi bon apôtre de la Catalaunie en 2003 qu’il a essayé de l’être depuis sa naissance. Mais, si j’avais un voeu à formuler pour cette nouvelle année, ce serait qu’il trouve en vous tous des disciples sur qui compter pour encore mieux le faire connaître. Retour au sommaire

 Expositions

La Bible et l’Art, de l’objet de lecture à la lecture de l’objet

Expositions du 7 décembre 2002 au 9 février 2003 : Entrée libre Groupes sur réservation au 03 26 69 38 53 (Musée)
03 26 26 94 30 (Bibliothèque)

Formes et narration : Musée municipal, place Godart, tous les jours sauf mardi et jours fériés, de 14h à 18h, dimanche de 14h30 à 18h30.

Support et figures : Bibliothèque Georges Pompidou, rue Léon Bourgeois, mardi, mercredi, samedi de 10h à 18h, jeudi de 15h à 19h, vendredi de 14h à 18h.

Retrouvez les principales vitrines de ces expositions dans l’exposition virtuelle que leur consacre le site internet du
Petit Catalaunien Illustré : www.catalaunien.info
Retour au sommaire

 Courrier des lecteurs

Une rue Poterlet à Châlons

Il y a eu une rue Poterlet à Châlons. Elle faisait partie de 4 rues parallèles qui reliaient la rue saint Dominique au Boulevard Léon Blum...Ces rues ont fait place, pour une grande partie, à la Chambre Régionale des Comptes.

Georges Lallement

 Avis de recherche

Raymond Nominé, auteur du livre «Châlons-en-Champagne et ses environs» envisage la rédaction d’un second document historique retraçant la vie des villages de l’arrondissement de Châlons.

Il recherche des cartes postales, des photographies anciennes (1900-1950) ainsi que des récits historiques sur certains villages ne figurant pas dans ses collections. Vous pouvez l’appeler au 03.26.21.04.11 ou bien lui transmettre par fax au 03.26.68.51.95, dans le cadre d’une première approche, les documents proposés. Retour au sommaire

Le Châlonnais célèbre

Charles Adrien Hermant
le petit apôtre de la botanique

Voici 50 ans disparaissait Charles Adrien Hermant. Roger Canard, qui suivit les cours de ce savant botaniste, nous invite à découvrir ce Châlonnais célèbre. Nous lui devons la création de l’arboretum du Petit Jard dont l’allée principale porte son nom. .Retour au sommaire


Né le 24 novembre 1873 à Francheville et mort le 7 juin 1953 à Châlons, l'abbé Hermant fut un botaniste émérite.

Ci-dessous : supplément au n° 39 du Petit apôtre de la botanique publié à l'occasion de son jubilé (collection privée de Roger Canard)  Cliquez sur les images pour les agrandir

 
De gauche à droite, ci-dessus : l'aconit ou capuche de moine ; la datura ou pomme épineuse ; la mercuriale ou foirolle ; le serpolet, cousin sauvage du thym ; quelques unes des plantes étudiées par l'abbé Hermant.

 
 L’arboretum du Petit Jard
A partir de 1938, le Petit Jard va prendre une dimension supplémentaire. Simple lieu de promenade, il devient arboretum. Cette métamorphose progressive est avant tout le fruit de deux personnalités, de deux cultures, et de deux hommes passionnés et amoureux de Châlons : Pierre Gauroy (1908-1967) et Charles Adrien Hermant (1873-1953). Retour au sommaire


Après la tempête du 29/12/1999
(cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 Patrimoine :
Débats autour de la restauration de Notre-Dame-en-Vaux

Notre dossier sur Notre-Dame paru dans le n° 40 du Petit Catalaunien Illustré a suscité des réactions de nos lecteurs et dans la presse locale. Une mise en valeur artistique de l’édifice devrait voir le jour sur le site internet du Petit Catalaunien en 2003. Retour au sommaire

signalétique de Notre-Dame

 

 Il existe des similitudes entre le portail sud de Notre-Dame-en-Vaux (à gauche) et celui de Saint-Pierre-le-Vif à Sens (à droite).
 

 Pollution et patrimoine

La pollution atmosphérique constitue la principale source de dégradation de notre patrimoine. Dans notre numéro 39, nous avons présenté la première des deux orientations envisagées par le plan régional pour la qualité de l’air afin de le protéger efficacement.
Ce numéro publie la seconde portant sur la "Limitation ou interdiction de la circulation automobile à proximité du patrimoine".
Retour au sommaire 

     

Enterrement de carême-prenant
ou carnaval à Châlons, en 1508 et plus tard

Aujourd’hui, bonhomme carnaval, tout de paille conçu, après avoir parcouru les rues de Châlons sur un charriot, est jugé sur les marches de l’Hôtel de Ville et condamné à périr par les flammes dans un des bassins du grand Jard.
Son ancêtre du Moyen-Âge, lui, était enterré le jour des cendres après qu’une messe de Requiem ait été célébrée en la cathédrale.
Retour au sommaire

 
 

 M’dame, z’aviez bien dit « porte charretière » ?
Entre une porte de garage et une porte charretière, quelle différence faites-vous ? L’une ne se POSe pas devant un passage piéton, l’autre si...

Imaginez que vous ayiez une maison sans garage donnant sur une rue très passante de l’hyper-centre...Mais qu’il y ait un passage piéton juste devant cet ancien local... Pour résoudre ce problème cornélien, créez d’abord une voie charretière permettant d’accéder à votre cour intérieure... Et n’oubliez pas de préciser que vous souhaitez fermer sa sortie, côté rue. Avec une porte charretière, surtout. Mais posez une vulgaire porte de garage... De préférence juste devant le passage pour piétons.

Et attendez bien sagement les réactions... Si les associations patrimoniales ralent, rappelez bien que les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Maintenant pensez bien, lorsque vous la croiserez dans la rue, à remercier M’dame l’adjointe au maire chargée de l’urbanisme.... Et plaignez-la d’avoir à subir constamment la charge des associations...

Soyez aussi assuré que votre dur combat n’aura pas été inutile... Grâce à vous, la loi de la jungle a enfin droit de Cité en Champagne...

A l’occasion, demandez donc la médaille de la ville. Vous l’avez vraiment bien méritée. Assurément, nous vous soutiendrons !...
Le Grand Catalaunien
Retour au sommaire


Une porte charretière de style XXIème siècle dont l'esthétisme méritait d'être montré en exemple et justifierait d'être récompensé par la ville


En face, la porte charretière de l'immeuble Léon Bourgeois dont on se demande toujours pourquoi elle n'est encore pas relookée.
 Que dit le cahier des charges du site inscrit annexé au Plan d'occupation des sols à propos des garages? Au chapitre C "dispositions concernant l'architecture", le point 1.2 f relatif aux transformations précise que "l'aménagement d'un garage au rez-de-chaussée peut être autorisé à condition d'utiliser un porche existant". Et, un peu plus loin, le point 2.4 c relatif aux percements ajoute que "les portes de garage doivent être réalisées au fond de porches avec un recul de 1 mètre par rapport au nu de la façade". Mais, Dieu merci, il ne dit strictement rien sur les portes charretières. Alors...

 ZPPAUP :
Un sigle pour protéger intelligemment son patrimoine
La ville doit accompagner son plan local d’urbanisme d’un projet d’aménagement et de développement durable. La zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager constitue un des outils permettant de le compléter.
ZPPAUP, PLU, PADD : autant de sigles abscons qui nécessitent un décryptage afin de bien appréhender leurs tenants et aboutissants.
Retour au sommaire

 ZPPAUP et ruelle de Nau

La Renaissance Immobilière Châlonnaise (RIC) veut acheter à la ville la ruelle de Nau. Elle longe l’immeuble du 9-11 rue Herbillon pour lequel la RIC a déposé un permis de démolir auquel sont opposées les associations patrimoniales (cf le Petit Catalaunien Illustré n° 40, p 20).

Sur cette cession, qui nécessite le déclassement de la voirie, le compte-rendu du bureau municipal du 9 décembre 2002 précise que “ la Commission d’Urbanisme est d’accord. Accord de principe du Bureau, même si le Bureau a conscience que ces ruelles inaccessibles actuellement, constituent un patrimoine architectural intéressant, mais qu’hélas la Ville n’a pas les moyens d’entretenir ”.

Si la ville n’a réellement pas les moyens d’entretenir ces ruelles, qui sont fermées au public, malgré leur “intérêt architectural intéressant”, il y a vraiment de quoi s’inquiéter pour le devenir de notre patrimoine architectural.

Avec une telle conception de sa défense, il ne restera en effet bientôt plus rien du bâti ancien de Châlons. Il suffira désormais d’évoquer la jurisprudence de la ruelle du Nau pour pouvoir raser tel immeuble du XVIème et, pourquoi pas, nos édifices civils et religieux dont l’entretien est fort coûteux pour les finances communales.

L’intérêt architectural de nos dernières ruelles médiévales, épargnées par le saccage des années soixante-dix, est certain. Il devrait conduire, dans le cadre d’une ZPPAUP et du PLU, à réfléchir sur leur avenir. Celui-ci passe indubitablement par leur mise en valeur et leur intégration dans un circuit touristique pédestre. Retour au sommaire Voir vaussi notre page spéciale "ruelle de Nau"

La RIC veut démolir cet immeuble du 9-11 rue Herbillon ...

 

et annexer cette ruelle qui la borde...



dénommée ruelle du Nau, fermée au public et reconnue comme "patrimoine architectural intéressant" par la ville de Châlons

 Pigeons

Non au pigeoncide


Pour faire face à la prolifération des pigeons en Centre-Ville, la ville de Châlons entend systématiser l'euthanasie en achetant un caisson à gaz. Un tel investissement pose problèmes. Investir dans un caisson à gaz implique la volonté politique d’institutionnaliser un procédé terrifiant. Cela justifierait, pour le moins, un débat en conseil municipal. Car c’est bien un véritable «pigeoncide» que la ville veut perpétrer en se drapant de toutes ces bonnes intentions dont l’enfer est pavé. La ville doit revoir sa copie.
Retour au sommaire

voir aussi notre page spéciale pigeons

Données du problème : A raison de 10 000 individus actuellement, de 6 couvées de 2 oeufs par an, et d’une capacité de reproduction possible à partir de 4 semaines, combien y aura-t-il de pigeons demain à Châlons ?

Résultat : En prenant un taux de renouvellement de 1,2 à chaque ponte, nous aurions dans 2 ans 45000 pigeons et 140 000 l’année suivante ! Mais l’énorme taux de mortalité de ces volatiles limite leur croissance exponentielle très en deça de ces chiffres.

 

 

Les dégats occasionnés par les pigeons aux particuliers sont patants. Un vieux mâle se suicide en traversant le carreau d'un grenier inhabité pour permettre à sa colonie de s'y installer. Ces situations se sont multipliées depuis que la ville a mis des filets protecteurs sur Notre-Dame. Roger Canard, victime de ce type de phénomène, a demandé à la ville un tel filet pour se protéger. Tex a imaginé la réponse...

 Un pigeonnier dans la ville

Créer un pigeonnier pour réguler la population colombine serait fantaisiste selon la municipalité. Cette solution est pourtant la seule à avoir démontré son efficacité, ainsi que nous l’explique l’association Vie et Régulation des Animaux dans la Cité.
Retour au sommaire

 

Combien ça coûte ?

En 2003, la ville de Châlons va dépenser 18 200 euros TTC (120 000 F) pour s’offrir une chambre à gaz.

A cette coquette somme il faut ajouter le prix des captures, effectuées par une société spécialisée, le traitement du fonctionnaire municipal chargé d'effectuer cette sale besogne, les frais de fonctionnement de la chambre à gaz et l'équarissage des cadavres. Soit environ 60 000 euros supplémentaires (400 000 F) par an.

Le saviez-vous ?

Seules les villes qui ont mis en place un suivi régulier de leurs pigeonniers obtiennent des résultats positifs. La ville de Zurich en Suisse, qui a installé une trentaine de pigeonniers, a vu sa population colombine diminuer de 20% en 18 mois.


 Pour tout savoir (ou presque) sur les pigeons de Châlons 
 Les pigeonniers  
Revue de presse

 Ni ici, ni ailleurs

Le projet de construction d’un incinérateur sur le site de La Veuve mobilise contre lui les riverains mais pas vraiment les associations de défense de l’environnement. Pourtant, l’incinération est tout sauf une bonne solution pour l’environnement et pour notre santé. Elle transforme en effet la nature et nos corps en décharges.

L’incinération parvient peut-être à écarter de notre vue le problème des déchets mais elle ne l’écarte pas de nos poumons, de notre environnement, ni de la chaîne alimentaire. Retour au sommaire

 
Pour en savoir plus sur les incinérateurs, nous vous conseillons la visite de deux sites internet : celui de greenpeace et un site marseillais
 

 Un plan si parfait...

Le Préfet de Région a approuvé par arrêté du 27 mai 2002 le Plan Régional de Qualité de l’Air présenté dans notre numéro 38 (printemps 2002). En annexe figurent les observations enregistrées, dont celles de l’Association Nouvelle Catataunie. Elles ont toutes reçu la même réponse : non à toute modification du plan. Nous en avons extrait la synthèse de nos observations et la réponse apportée. Retour au sommaire
 Conclusion apportée : « Nécessité de modifier le projet : non ».Cette conclusion très laconique est commune aux 7 observations présentées par le monde associatif et aux 16 avis recueillis auprès des institutions régionales. On finirait donc par croire que le projet présenté était d’emblée si parfait que cela eût justifié que l’on ne consultât pas les Champardennais. Retour au sommaire

 

Le plan régional et sa synthèse sont consultables sur le site internet de la DRIRE Champagne-Ardenne : www.champagne-ardenne.drire.gouv.fr

 Un toit pour Yérétaso

L’atelier financé à Bobo-Dioulasso par l’association Nouvelle Catalaunie vient d’être inauguré. Désormais, les handicapés de l’association Yérétaso vont pouvoir devenir les artisans de leur intégration sociale dans leur maison de l’indépendance.
Voir également notre page coopération avec Yèrètaso et son reportage photo
Retour au sommaire

 

 Ces drames qui secouent le Burkina

Sida : un mot encore trop souvent tabou qui fait des ravages en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Burkina Faso. Pas un jour sans que l’on apprenne la disparition à Bobo d’un voisin, d’un ami, d’un frère, victime de cette terrible maladie face à laquelle l’Afrique est terriblement impuissante. Il n’est plus rare aujourd’hui de voir des jeunes de 14 ans se retrouver chargés de famille, avec de nombreux petits frères et sœurs à nourrir, après que le sida ait emporté leurs parents dans la tombe.

Conflit ivoirien : les combats fratricides qui secouent le Nord de la Côte d’Ivoire ont des effets économiques et sociaux sur tout le Burkina Faso et plus particulièrement à Bobo. Le train Ouagadougou - Abidjan ne circulant plus, les cheminots sont au chômage depuis de longs mois et ne touchent aucune indemnité. Le trafic routier de toute l’Afrique de l’Ouest vers la Côte d’Ivoire passe désormais par Bobo pour rejoindre Abidjan via le Ghana, défonçant au passage pistes et voiries.

Plus grave, des milliers de réfugiés affluent tous les jours vers Bobo et viennent s’entasser dans les quartiers périphériques. Ils font partie de cette diaspora de 5 millions de burkinabès qui travaillaient dans les riches plantations de Côte d’Ivoire et leur assuraient 70% de leur main-d’œuvre. Dans ce conflit, ils ont souvent tout perdu : familles décimées, filles et femmes violées, habitations brûlées, biens et économies volées…

Des maux auxquels l’économie du Burkina, déjà gravement atteinte par les effets de la sécheresse de cette année, ne pourra pas faire face sans l’aide internationale.Retour au sommaire

 Lutter contre la pauvreté, pas contre les pauvres !

Sitôt connu, le projet de loi sur la sécurité intérieure a fait l’objet d’une volée de bois vert. Le Petit Catalaunien Illustré s’était fait l’écho de celle de la section de Châlons de la Ligue des Droits de l’Homme. Nous avons souhaité approfondir ce dossier qui crée un clivage entre les associations de défense des droits de l’Homme. Retour au sommaire


Mendicité agressive :
6 mois de prison et 7 500 euros d’amende

 Un « Collectif Paix » à Châlons

«Non à la guerre contre l’Irak et à toutes les guerres, oui à un monde de justice, de paix et de démocratie ». Tel est le sens de l’appel lancé par le «collectif Paix» de Châlons.

Organisations châlonnaises signataires de l’appel : ANACR, ATTAC, CGT, LDH, LICRA, LSR, Mission Ouvrière, Mouvement de la Paix, PCF, PS, Les Verts.

Contact : Mouvement de la Paix - 61 route de Montmirail
51510 FAGNIERES - Tél. : 03.26.65.63.3
Retour au sommaire

 
manifestation du 16-11-2002 place de la République à l'appel du Comité Paix de Châlons.
Cliquez sur les photos pour les agrandir

  A lire Retour au sommaire
 

 Consultation des sommaires des numéros

 000 à 6
 7 à 14

15 à 22
 23 à 30

31 et svts 
 Hors séries

Comment se les procurer ?
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés