Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 2,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

 Au sommaire du n° 43

Culture

Le mau mêlé catalaunien
L'édito
Le
portail classique de la cathédrale de Châlons
Un évêque en
béton
Le
musée fait peau neuve
Jérome Chalette, historien de la vie quotidienne
Y’a plus d’saison
Les
orages dévastateurs de 1826
Les belles
Châlonnaises
Vive le bon
pain !
Chaussures ou sabots
La
fille sauvage
Pourquoi
protéger la ruelle de Nau
Protection ou casus belli
Un
circuit pédestre médiéval inédit
ZPPAUP : un des coins du voile
CHV : satisfactions et désaccords.
Circulez, y a rien à voir
A lire :
les nouveautés du trimestre

Société
La journée des
associations
Nouvelle Catalaunie
toilette ses statuts
Jeanne d’Arc victime du FN
Le
chercheur solitaire
Comment
téléphoner solidaire
Les projets partenaires
Saison d’été
Rejoindre le Petit Catalaunien Illustré
infos associatives en bref

 
L'éditorial
de Sabine Schepens, rédactrice en chef du Petit Catalaunien Illustré

 La patine
du temps
 La cathédrale de Châlons deviendra-t-elle célèbre malgré elle ? Si on en juge par ce numéro, on finira par le croire.

Elle est en effet la seule cathédrale de France à être constamment fermée au public, en dehors de juillet et août (sauf le lundi), des rares offices qui s’y déroulent et des visites organisées par l’Office de Tourisme. Profitez-en donc cet été. Mais inutile de vouloir y découvrir le tableau de sa consécration : il attend toujours d’être remis en place. Elle est également la seule cathédrale au monde à disposer d’un évêque en béton, celui justement qui participa à sa consécration et qui est désormais son plus solide soutien.

Elle est enfin la seule cathédrale autour de laquelle, malgré le lourd tribu qu’elle paya à la Révolution et alors qu’elle se croyait quitte à tout jamais, des barbares iconoclastes rodent encore, sévissent, ravagent et éructent sitôt qu’on les identifie.

Comment en effet désigner autrement ces prétendus idolâtres de Jeanne d’Arc qui s’en sont pris de manière cuisante à son épiderme patrimonial, ont détruit sa patine protectrice et en ont fait un arlequin de carnaval, une écorchée vive, une pestiférée passée du vert de gris au brun des chemises fascites ? Plutôt que de faire acte de contrition et d’adopter un profil bas, ces massacreurs de patrimoine s’en sont pris très violemment à notre association, qui a eu le courage de les dénoncer, à nos amis burkinabé de Yérétaso, qui nous apportaient leur soutien, et à tous ceux qui ont eu l’outrecuidance de dénoncer leurs turpitudes.

Après restauration, faudra-t-il replacer cette statue au Musée municipal qui fait actuellement peau neuve ? Pour dédommager le contribuable châlonnais qui va devoir payer pour eux, ses massacreurs prendront-ils exemple sur ces Marnais dont Jérome Chalette, dans sa “ Statistique du Département de la Marne ”, nous dit qu’ils couraient devant le percepteur pour s’acquitter de leurs impôts ? Ou bien, comme la fille sauvage dont Buirette de Verrières nous raconte l’histoire, chercheront-ils à riposter par un coup de butoir sur Jeanne d’Arc qui cette fois-ci la fera “ rouge ” ?

Non, décidément, notre patrimoine n’a pas eu de chance ce printemps au moment où nous demandions le renforcement de sa protection, où le Petit Catalaunien cherchait à le redécouvrir en empruntant un circuit touristique pédestre inédit au cœur du Châlons médiéval, et où le dossier du CHV donnait lieu à des points de satisfaction et de désaccord avec la Ville.

Nos inventeurs n’ont pas eu plus de chance. La découverte de Marius Perrier, très prometteuse pour l’environnement, dort toujours dans on ne sait quel carton. Espérons que l’idée de «téléphoner solidaire» aura plus de succès ! Et que, grâce aux conseils de l’amie Cricri, vous aurez désormais la main verte.

En attendant de vous rencontrer lors de la journée des associations, passez un bon été à la découverte de cette patine dont le temps a recouvert le patrimoine et les gens d’ici ou d’ailleurs. Retour au sommaire

 Le portail classique
de la cathédrale de Châlons

Achevée en 1734, la façade occidentale de la cathédrale de Châlons est injustement mal aimée. Mutilée durant la Révolution, mal fondée, elle menaçait de tomber. Aujourd’hui hors de danger, ce portail classique attend sa réhabilitation morale.

 

 
gravure de Pierre-Quentin Chedel, milieu du XVIIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France.

De part et d’autre, deux niches vides la flanquent. Jusqu’à la Révolution, elles contenaient les statues de Saint Vincent et de Saint Étienne.
 
Le fronton cintré domine la place et laisse encore apercevoir les pieds de quatre statues recouvertes de lourdes draperies. Elles représentaient les quatre évangélistes mis à bas par quelques révolutionnaires iconoclastes
 
Ce bas relief représentait le martyre de Saint Étienne, patron de l’église, bien visible sur la gravure qu’en fit au XVIIIème siècle Pierre-Quentin Chedel. Aujourd’hui, on distingue encore la silhouette du saint diacre, agenouillé, les bras élevés vers le ciel qui s’entrouvre à ses yeux et celles de ses bourreaux qui le lapident ; dans le fond, Jérusalem et le monogramme du sculpteur.

Retour au sommaire

Un évêque en béton

Châlons-en-Champagne peut désormais s’enorgueillir d’avoir le privilège universel d’abriter au pied de sa cathédrale, ad vitam aeternam,
le premier évêque en béton que la Chrétienté ait connu.


Tableau de la consécration de la cathédrale de Châlons-en-Champagne
le 26 octobre 1147 par le pape Eugène III .
Peinture sur bois réalisée vers 1470

C’est sous le bref épiscopat de Barthélemy de Senlis, 54ème évêque de Châlons-en-Champagne, que fût consacré la Cathédrale de Châlons par le pape Eugène III (cf Le Petit Catalaunien Illustré, n° 21). Les restes mortels de Barthélémy de Senlis sont désormais indissolublement liés à l’édifice. C’est en effet la façon extrêmement originale qu’a choisi par un petit matin gris de décembre 2001 la République française pour célébrer, dans la plus grande discrétion, le 850ème anniversaire de son inhumation. Elle lui donna une extrême onction d’un genre nouveau qui lui vaut désormais d’être coulé « ad vitam aeternam » dans le béton injecté au pied de la façade occidentale de la cathédrale pour la supporter.

.Retour au sommaire

De source non autorisée, nous croyons savoir que les autorités n’envisagent pas encore de dresser à proximité immédiate des lieux la nouvelle dalle funéraire de Barthélémy de Senlis dont cette même source nous a fait parvenir le cliché ci-contre et sur laquelle nous pouvons lire l’épitaphe qui suit :

CI - GIT
Barthélémy de Senlis
54ème évêque de Châlons
(1147-1151)

Eugène III sa cathédrale consacra
Durant son bref apostolat.
Comme l’Eglise point ne le canonisa,
Ni son épitaphe ne grava sur place
Avec sa devise latine : « In beto veritas »,
La République pour l’éternité le bétonna
Au pied de sa fière cathédrale
Qu’il thurifère désormais tel le Saint-Graal.

 

 Le Musée fait
peau neuve

Réaménagé, le Musée municipal attend son nouveau conservateur et se donne pour ambition de réaliser un cycle pérenne d’expositions temporaires.

Ci-contre : Faune dansant.
Bronze de Jules Blanchard, 1873. Dépôt de l’Etat. Musée municipal de Châlons-en-Champagne

 


 Jérome Chalette, historien de la vie quotidienne
Jérome Chalette (1775-1850), géomètre du cadastre à Châlons, entreprit d’établir une statistique générale du département de la Marne. Elle constitue une source précieuse de renseignements pour qui veut étudier les conditions de vie de nos ancêtres durant la première moitié du XIXème siècle.
 
Y’a plus d’saison
On se plaint toujours du temps qui est détraqué en faisant référence au bon vieux temps. A lire l’ouvrage de Jérome Chalette, cette ritournelle paraît être une constante du genre humain.

Les orages dévastateurs de 1826

L'été 1826 fut marqué dans notre Champagne Châlonnaise par des orages dévastateurs.

Les belles Châlonnaises

Le climat influence-t-il le développement physique de l’homme ? Si oui, celui de Châlons a assurément une influence positive sur la beauté des Châlonnaises.

Vive le bon pain !

Le pain était traditionnellement l’aliment de base de nos ancêtres. Mais ce n’était pas toujours du bon pain.

Chaussures ou sabots ?

Selon qu’il réside à la campagne ou à la ville, l’ouvrier se chausse différemment. Quant aux jeunes filles, elles ont le sabot coquet !

Retour au sommaire

La fille sauvage
Dans ses Annales historiques de la ville et comté-pairie de Châlons-sur-Marne, Buirette de Verrierres nous raconte l’histoire d’une fille sauvage découverte en 1731 dans les bois près du château de Sarry, propriété de l’évêque-comte de Châlons.
Retour au sommaire


 

 fauteuil Louis XV provenant du château de Sarry dont les tapisseries représentent des scènes tirées des fables de La Fontaine. (Musée municipal de Châlons-en-Champagne).

Ci-dessus : Les grenouilles demandent un roi, fable de La Fontaine

. Retour au sommaire 

Pourquoi protéger la ruelle de Nau

Selon la ville, la ruelle de Nau constitue un « patrimoine architectural intéressant » justifiant de « conserver son authenticité historique ». Ces belles paroles ne demandent qu’à se concrétiser en actes. Et, en la matière, ne serait-il ps plus efficace de prévenir plutôt que de devoir guérir ?
Protection ou casus belli
Les associations de défense du patrimoine de Châlons viennent d’écrire au maire pour qu’il crée enfin une ZPPAUP et, sans attendre, qu’il préserve l’authenticité de la ruelle de Nau en refusant d’accorder un permis de démolir.

   Empruntez un circuit pédestre médiéval inédit au coeur de Châlons
Nous vous invitons à parcourir ce qui pourrait devenir, si nos élus mettaient en valeur ce qu’ils appellent pudiquement un «patrimoine architectural intéressant», un circuit touristique pédestre empruntant nos dernières ruelles médiévales.

Retour au sommaire  

Un des coins du voile


L’assemblée générale des Amis du Vieux Châlons a - enfin ! - été l’occasion de lever un des coins du voile qui recouvre le dossier de la Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager demandée à cor et à cris depuis 18 mois par les associations de protection du patrimoine. L’indécision demeure de rigueur.
Retour au sommaire

CHV :
Satisfactions et désaccords

Les modifications apportées au projet du CHV ne donnent pas entière satisfaction aux associations de défense du patrimoine qui l’ont écrit à Bruno Bourg-Broc. Elles attendent de lui qu’il saisisse la chance historique de faire oublier au Châlonnais le traumatisme né du saccage de tout notre centre ancien. Nous en publions de larges extraits.

Circulez, y’a rien à voir

Le 17 juin 2003, le Député-Maire de Châlons a adressé une fin de non recevoir, postée le 23, aux associations de défense du patrimoine. Voir également notre page spéciale CHV-Effort Rémois

 La journée des associations

La journée des associations se tiendra le dimanche 28 septembre 2003 au hall des Expositions. Objectif affiché : favoriser la promotion de la vie associative en invitant les associations à entrer en piste. Le Petit Catalaunien Illustré vous y donne rendez-vous avec une surprise : la présentation d'un nouveau livre de Jean-Paul Barbier.

 Nouvelle Catalaunie toilette ses statuts

La restructuration de l’objet de l’association autour de 4 axes directeurs et la disparition du Club Catalaunien en tant que section autonome seront à l’ordre du jour d’une assemblée générale extraordinaire de l’association Nouvelle Catalaunie qui se tiendra en septembre 2003.

Les 4 axes directeurs :

1. la culture, l’histoire et le patrimoine architectural, urbain et paysager de la Catalaunie, y compris dans ses aspects couverts par le droit de l’urbanisme ;

2. l’environnement, le cadre et la qualité de vie naturel, animal, végétal et minéral de l’homme ;

3. la vie associative, le rayonnement et le développement durable, équilibré et harmonieux de la Catalaunie ;

4. l’humanisme, les droits de l’homme, du citoyen et de l’enfant, le soutien et l’aide à tous ceux qui souffrent en France et dans le monde de faim, de froid, du sous-développement etc..



Jeanne d’Arc victime du FN

 Confondant bien public et propriété privé, nettoyage et décapage, le Front national vient de vandaliser la statue de Jeanne d’Arc située derrière la cathédrale de Châlons. Devant l’ampleur des dégâts, l’association Nouvelle Catalaunie a déposé plainte.
Retour au sommaire

 

voir aussi nos pages spéciales sur cette affaire

Le chercheur solitaire
   

En 1970, un Châlonnais mettait au point un procédé permettant de transformer l’oxyde de carbone émis par les véhicules en gaz carbonique. Un procédé promis à un brillant... souvenir ! Son invention n’équipe en effet toujours pas nos véhicules, malgré tout l’intérêt qu’elle suscita à l’époque.

Comment téléphoner solidaire

Comment, sans augmenter le coût de ses communications, faire un don à une association à chaque appel téléphonique ? C’est ce que propose un opérateur téléphonique, Equitel, en inventant la téléphonie solidaire au service de projets associatifs. Site internet : www.equitel.fr
Les projets partenaires
Equitel propose à ses clients de soutenir dix projets portés par des associations.
Aide et action www.aide-et-action.org
Fondation de France www.fdf.org
WWF www.wwf.fr
Frère des Hommes www.France-fdh.org
Sidaction www.sidaction.org
Fédération française de cardiologie www.fedecardio.com
Solidarité laïque www.solidarite-laique.asso.fr
Action contre la faim www.acf-fr.org
Terre des Hommes France www.terredeshommes.asso.fr  


Retour au sommaire



Saison d’été

L’été est la plus belle saison du jardinier où la contemplation est à son comble, résultat du travail printanier. L’été est également la période pour préparer l’année suivante et ceci à moindre coût. L’amie Cricri nous livre quelques “recettes” économiques.

 
 Pour en savoir plus, visitez le site de l’amie Cricri : http://perso.wanadoo.fr/cricri/

 Consultation des sommaires des numéros

 000 à 6
 7 à 14

15 à 22
 23 à 30

31 et svts 
 Hors séries

Comment se les procurer ?
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés