Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 2,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

 Au sommaire du n° 44

Culture

L'édito : un automne sous pression
Visites de papes à Châlons
Ils sont passés à Châlons
Morceaux choisis
Du gothique à l’attique
Un projet patrimonialement incorrect
Délit de concertation
Mise au point pour quelques mètres de trop
Questions de perspectives
Retour à la case départ
Joseph Chevron : médecin poète
Joseph Chevron : un patriote oublié

A lire : les nouveautés du trimestre

Société
Bilan de la journée des associations
Laïcité : pourquoi vouloir légiférer ?
ANC : De la cornette au foulard
LDH : Liberté, égalité, fraternité, laïcité
LICRA : De la défensive à l’offensive
EPR : Entre mensonges et précipitation
Tous à vos bêches !
L’épineux problème du stationnement à Châlons
Rejoindre le Petit Catalaunien Illustré
infos associatives en bref :
le jeu de piste des amis du vieux Chalons

 
L'éditorial
de Sabine Schepens, rédactrice en chef du Petit Catalaunien Illustré

 Un automne sous pression
 L’été fut plus chaud à Châlons-en-Champagne qu’ailleurs. Non pas du fait de la canicule, mais par son actualité patrimoniale. Le Petit Catalaunien a dû monter aux créneaux alors que nous avions prévu de passer un été tranquille, à relire le manuscrit du nouveau livre de Jean-Paul Barbier et à rechercher l’iconographie devant l’illustrer.

Après sa biographie des Châlonnais célèbres, Jean-Paul Barbier poursuit en effet sur sa lancée et nous fait découvrir les illustres personnages de l’histoire de France, de l’Europe et du monde qui passèrent par Châlons depuis la nuit des temps, ou presque. Être prêt pour la journée des associations et y présenter ce nouveau livre : le défit à relever se suffisait à lui-même sans qu’il y ait besoin d’en rajouter.

Mais patatras : le CHV nous est de nouveau tombé dessus ! Et tout ça, pour une concertation ratée, tronquée, où la Ville de Châlons tenta de jouer la montre avant les vacances quand d’autres, ou les mêmes, faisaient diversion autour de la démission du président des Amis du vieux Châlons en voulant en faire porter le chapeau à notre président.

Rien de tel pour l’inciter à aller mettre son nez dans les dossiers qu’on aimerait bien qu’il n’ouvre pas ! Et de mettre le doigt sur un sujet qui fâche : la surélévation, interdite, du CHV. Pouvions-nous passer ça sous silence, à l’heure où, avec les autres associations patrimoniales, nous nous battons pour la création d’une zone de protection du patrimoine, où la révision du plan d’occupation des sols en plan local d’urbanisme entre dans sa phase active ? Assurément non, sauf à ouvrir une brèche dans laquelle les tenants de l’hyper densification du centre-ville auraient tôt fait de s’engouffrer.

La mèche allumée, l’été ne pouvait donc qu’être chaud et l’automne sous pression ! Les membres actifs de l’association, prochainement réunis en assemblée générale extraordinaire pour la réforme de nos statuts, auront l’occasion d’en débattre en toute connaissance de cause.

Qu’aurait pensé de tout cela le docteur Chevron, cet amoureux de Châlons qui, sa vie durant, en voulut à Victor Hugo d’avoir traité de “ toutous ” les lions de l’Hôtel de Ville ? Je ne sais pas. Mais ce “ médecin des morts ”, dont Roger Canard nous livre la biographie, nous a laissé une œuvre littéraire fort riche où il aima par dessus tout mettre sa muse au service de sa passion pour sa ville natale. Il ne la quitta jamais, même durant les deux guerres mondiales, alors que la plupart de ses compatriotes avait pris le chemin de l’exode, préférant la servir et faire face à l’adversité.

Autre sujet sous haute pression cet automne : le débat autour de la laïcité et du port de signes religieux ostentatoires à l’école, un débat en fait exclusivement dirigé contre le voile islamique. Avec, en toile de fond, une question : est-il vraiment nécessaire, au risque d’allumer une nouvelle guerre de religion, de vouloir légiférer sur ce sujet ?

Ce numéro se devait aussi de dénoncer une autre pression : celle du lobby de l’atome qui entend faire passer aux forceps la construction de surgénérateurs nucléaires. Une folie qui nous coûtera très cher. Economiquement et surtout en terme d’environnement.. Retour au sommaire

 Visites de papes à Châlons

Trois papes sont venus à Châlons aux XIIème siècle et un futur pape a suivi leur trace huit siècles plus tard. Jean-Paul Barbier nous retrace leurs passages extraits de son nouveau livre.

 
 Eugène III détail du tableau de la consécration de la cathédrale, illustration extraite du livre
«Ils sont passés à Châlons»

 Ils sont passés à Châlons

Après la publication en 2000 de la biographie de 382 Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, les éditions du Petit Catalaunien Illustré publient cet automne un nouveau livre de Jean-Paul Barbier.

 

 Voir notre présentation
 Morceaux choisis
Extraits de l’ouvrage que Jean-Paul Barbier consacre à la venue à Châlons de personnages célèbres illustres et mémorables.
 

 Pour lire ces morceaux choisis

 Du gothique à l’attique

Alléluia ! Un nouveau style architectural nous est né : l’attique. Séparé du gothique par le fil du Mau, il est typiquement châlonnais et ce numéro vous en conte l’histoire.
 

 Le style attique

à gauche : rue de Chastillon

à droite : rue des Martyrs de la Résistance

 

voir également nos pages CHV-Effort Rémois

 Un projet patrimonialement incorrect

Le blockhaus du CHV présente trois défauts majeurs au regard du patrimoine : son marbre, son volume et son toit terrasse. Aujourd’hui, on a tendance à ne voir que le premier, accessoirement le dernier, mais jamais le second. C’est pourtant bien ce volume qui donne au CHV une domination qu’il n’aurait jamais dû avoir sur l’Hôtel de Ville.

 
 A gauche, la situation actuelle du CHV :
un cube sans toit semi-dominant.
  A droite, le permis délivré : un cube surélevé avec un toit écrasant l’Hôtel de Ville.

voir également nos pages CHV-Effort Rémois

 Délit de concertation

L’affaire du CHV met en lumière une réalité : à Châlons-en-Champagne, la concertation en amont des projets patrimoniaux est considérée comme un délit.
Et la critique un crime de lèse-majesté.

 

 Mise au point

Suite à l’article paru dans l’Union du 29 septembre, une mise au point s’imposait.

M. Bruno Bourg-Broc y énonce toute une série de contrevérités sur le CHV et sur le recours introduit contre le permis de construire qu’il a délivré à l’Effort Rémois.

Au lieu de nous tirer dessus à boulets rouges, son rôle de premier magistrat de la cité ne serait-il pas plutôt de calmer le jeu en admettant, une fois pour toute, que nous sommes dans notre rôle en défendant le patrimoine et en reconnaissant qu’il serait dans le sien de nous écouter ?.

 Pour quelques
mètres de trop...


Comment, face à une surélévation de 4,14 m du CHV, le député-maire de Châlons peut-il soutenir que nous lui ferions «une chicanerie pour quelques centimètres» ?

Comment, face à une telle surélévation, qui ne peut pas être contestée, le député-maire de Châlons a-t-il pu soutenir dans la presse locale que nous lui faisions “ une chicanerie pour quelques centimètres ” ? Ne saurait-il pas lire un plan ou y aurait-il pris ses mesures en oubliant de les convertir en fonction de l’échelle retenue par le dessinateur ?

 voir également nos pages CHV-Effort Rémois

Question de perspectives

Loin de réintroduire les perspectives perdues sur Notre-Dame, le projet de l’Effort Rémois vient les boucher encore plus. Le cahier des charges du site inscrit, dans lequel l'îlot du CHV est inclus, donne un exemple graphique de ce qu’il faut faire et ne pas faire.

 
     
Ci-dessus : place Foch et rue de l'Hôtel de Ville au XIXème siècle. Les maisons rue de l'Hôtel-de-Ville ont des façades similaires à celles de la place, mais des toits moins pentus, et laissent intacte la perspective sur Notre-Dame.

   Ci-dessus : place Foch et rue de l'Hôtel de Ville vers 1938. Les premières maisons rue de l'Hôtel-de-Ville ont été rasées pour construire Le Grand bazar de la Marne. Seul subsiste, en fond de rue, le Café des Oiseaux. La perspective sur Notre-Dame est déjà partiellement brisée.

 

   

 Ci-dessus : après la métamorphose du grand bazar de la Marne, le projet de l’Effort Rémois, s’il était réalisé, viendrait détruire encore un peu plus, au lieu de les rétablir, les perspectives sur Notre-Dame depuis la place Foch.

voir également nos pages CHV-Effort Rémois

 Retour à la case départ

Comment, sans attendre les calendes grecques, respecter le plan d’occupation des sols, protéger l’environnement patrimonial, équilibrer l’opération de restructuration du CHV et revitaliser le centre-ville ? En revenant dès maintenant à la case départ. Avec un atout comme joker : la concertation.

 

 La proposition de l’Effort Rémois, consistant à remplacer l’attique par un toit mansardé, a été rejetée tant par l’association Nouvelle Catalaunie et les autres requérants que par l’Architecte des Bâtiments de France.

voir également nos pages CHV-Effort Rémois

 Joseph Chevron, médecin - poète

Se promenant dans l’ancien ban Saint-Pierre, Roger Canard y a croisé le docteur Joseph Chevron, médecin et poète qui présida, au début du XXème siècle, l’Académie de Châlons.

En tant que médecin, le docteur Chevron donna la pleine mesure de son serment d’Hypocrate au cours des deux conflits mondiaux qu’il vécut à secourir ses prochains. Mort au lendemain de la seconde guerre, ce poête patriote est aujourd’hui oublié.

   
 Le docteur Chevron

 et ses condisciples rémois

Le château du marché : ode du docteur Chevron 

« Dès longtemps l’échauguette érige son toit bleu
Et porte avec orgueil, sous les armes de France
Un lys, hommage ému d’un peuple en sa souffrance
Au nom cher du seul Roi qui sut l’aimer un peu.

Midi le frappe au front qu’il mord de tout son feu,
Le Nau le sape au pied, et superbe endurance,
Le mur armorié garde fière apparence
Malgré le rude assaut de l’ondine et du Dieu.

Et c’est Châlons fervent qui veut, dans sa tendresse,
Rendre aux yeux du passant la vieille forteresse
Digne de receler l’ombre du Vert Galant

Il a pu lui donner le cadre désirable :
Un parc et sa futaie, et la moire admirable
D’un canal où paresse un cygne nonchalant. »

 

 Bilan de la journée des associations
du 28 septembre 2003

Nombreux fut le public attiré sur le stand de l’association Nouvelle Catalaunie par la présence d’un mat visible depuis l’entrée où figurait, à 4,14 m de haut, la mention : «CHV : 4,14 m de trop. Une broutille ?». Les questions ne manquèrent pas, les explications non plus. Tout aussi nombreux furent les encouragements à continuer ce combat pour la défense du patrimoine sur ce que beaucoup qualifièrent de «scandale», de «honteux».

Par contre, beaucoup d’élus municipaux, bizarrement, passèrent devant le stand sans s’arrêter. A noter toutefois un coup de paluche vite fait du député-maire lors de l’inauguration, pressé comme ses élus de fuir vers d’autres cieux…

   

Le débat sur la laïcité
voir aussi notre page spéciale "Laïcité"

 Laïcité : pourquoi vouloir légiférer ?

Relancée ce printemps, la question de la laïcité a amené plusieurs ministres à s’interroger sur l’opportunité de légiférer sur les signes religieux, et plus spécifiquement sur le port du foulard islamique, notamment à l’école.

 De la cornette
au foulard

Faut-il légiférer sur le port du foulard islamique ou, au contraire, comme pour la cornette, laisser du temps au temps afin qu’il tombe de lui-même ? Retrouvez la réflexion de l’association Nouvelle Catalaunie sur notre page spéciale laïcité.

 

 

 Liberté, égalité, fraternité, laïcité

Le débat sur le foulard islamique, lancé au printemps par le Ministre de l’Intérieur, a fait l’objet lors du 82ème congrès de la Ligue des droits de l’Homme d’une résolution que nous a transmise sa section de Châlons.
 Laïcité : de la défensive à l’offensive
La section de Châlons de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme nous a livré l’analyse de Patrick Gaubert, son président national, sur la laïcité ainsi que son communiqué sur le port d’insignes religieux à l’école.

 EPR :
Entre mensonges et précipitation

Greenpeace ne décolère pas face à la malhonnêteté de la Ministre déléguée à l’Industrie Nicole Fontaine qui vient de demander au Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, de «choisir» le réacteur nucléaire EPR.
http://www.greenpeace.fr

 Tous à vos bêches !
A l’automne, les racines préparent le printemps… Alors tous à vos bêches ! 
Il n’existe pas de meilleur moment que le mois de novembre pour planter arbres, arbustes d’ornement, rosiers et bulbes.

Pour en savoir plus, visitez le site de l’amie Cricri : http://perso.wanadoo.fr/cricri/

 L’épineux problème du stationnement à Châlons

Malgré la restructuration du parking du CHV, il va manquer plus de 400 places de stationnement en centre-ville. Il y a désormais urgence
à créer de tels équipements structurant.

 


à suivre :
Le jeu de piste des Amis du Vieux Châlons
Le travail réalisé par l’Association des Amis du vieux Châlons s’inscrit parfaitement dans ce que proposent les nouveaux programmes de l’école élémentaire.
La promenade dans Châlons-en-Champagne, l’observation des maisons, leur repérage sur le plan va, en classe, susciter un ensemble de questions. Quand ces maisons ont-elles été construites ? Comment ? Avec quels matériaux ? Qui y habitait ? Comment était la ville de Châlons-en-Champagne à l’époque de ces maisons ? Y avait-il d’autres maisons comme celles-ci ? Pourquoi n’ont-elles pas été conservées ? etc...

Dans le cadre d’activités pluridisciplinaires, trois grands thèmes pourront être étudiés, avec l’apport d’une documentation complémentaire, afin de resituer ces maisons dans leur contexte et leur donner tout leur sens : les maisons à pans de bois - Châlons-en-Champagne au temps des rois : sa physionomie, la vie économique et sociale - la conservation du patrimoine puis mis en relation avec d’autres types de constructions, avec l’histoire de la région et de la France, avec d’autres visages du patrimoine à sauvegarder.

Cette démarche de va et vient passé-présent permet aux élèves de Cycle II de s’initier à l’histoire et aux élèves de Cycle III d’appréhender le travail de l’historien.

Jeu de piste illustré de dessins de Raymond Launoy disponible auprès de l’association, maison Clémangis, rue Nicolas Durand ou par tel au 03.26.64.43.71
Prix : 15 euros

 Consultation des sommaires des numéros

 000 à 6
 7 à 14

15 à 22
 23 à 30

31 et svts 
 Hors séries

Comment se les procurer ?
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés