Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 2,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n°
44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 45

Culture

L'édito
Le puits d’amour
Le vinaigre des quatre voleurs
L’abbé Henriet, victime du choléra
Quand le monstre tueur attend sa proie
Un combat implacable jusqu’à la fin des temps
CHV : faire table rase du passé
CHV : le protocole qui met fin au litige
CHV : l’exécution du protocole
Le bêtisier du CHV
Que faire de la façade de l’ancien théâtre ?
Notre-Dame bientôt restaurée ?
L’art de déconstruire Coolus
Jean talon et Léon Bourgeois
Musée : une façade en noir et blanc
A lire : les nouveautés du trimestre

Société
La dispersion de l’âme africaine
Gens du voyage et droits de l’Homme
Une oasis au sein d’un désert fertile
A quand la collecte sélective en centre-ville ?
Préparer le réveil des plantes vertes
Rejoindre le Petit Catalaunien Illustré
Nouvelle Catalaunie enrichit son objet

 
L'éditorial
de Sabine Schepens, rédactrice en chef du Petit Catalaunien Illustré

 Catalaunien, et fier de l’être

On peut mesurer, à l’aube de cette nouvelle année, le travail accompli par notre association en faveur du patrimoine en 2003 à l’aune du titre d’ «Homme de l’année» que Marne-Hebdo vient de décerner à notre président.

Lorsque notre association est entrée deux fois de suite en conflit ouvert avec la ville de Châlons-en-Champagne sur le dossier du CHV, en janvier puis en juillet derniers, il s’est trouvé des Châlonnais pour ne pas comprendre le sens de notre action qui leur passait alors au-dessus de la tête.

Ni nos adhérents, ni les Châlonnais, n’auront à rougir des résultats de la concertation engagée avec l’Effort Rémois, bien au contraire. Ils les mesureront pleinement lorsque, la restructuration du CHV terminée, ils profiteront de la fraîcheur des caves médiévales sauvegardées et restaurées, de l’harmonie retrouvée des façades de la place Foch et des perspectives sur Notre-Dame. Avant, ils auront assisté avec satisfaction à la démolition totale du mausolée de marbre qui faisait de l’ombre au patrimoine du site inscrit.

La défense du patrimoine passe aussi, ce trimestre, par le château de Coolus, que la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne veut « déconstruire » ( !), par la façade du Musée qui s’affiche en noir et blanc, par celle de l’ancien petit théâtre qui attend d’être redressée, ou encore par la restauration de Notre-Dame-en-Vaux dont l’étude vient d’être lancée.

L’abbé Henriet ne vit pas la première restauration de cette collégiale entreprise au XIXème siècle. Il fut emporté en 1832 par l’épidémie de choléra, en soignant ses compatriotes qui en étaient victimes, avant que l’abbé Paul Champenois n’entreprenne en 1840 de faire classer son église et de lui redonner une partie de sa magnificence passée.

L’abbé Henriet connut, par contre, quelques uns des puits publics de Châlons dont Roger Canard nous raconte l’histoire.

Ce tour d’horizon du Petit Catalaunien Illustré ne serait pas complet sans notre rubrique environnementale. Ce trimestre, il met l’accent sur la nouvelle charte pour l’environnement de la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne, qui devrait prochainement être signée, et dresse un bilan, très mitigé, de la précédente.

Avec 2004 revient la tradition des voeux. Une année que nous souhaitons bonne et heureuse à chacun d’entre vous. Une année où nous formons aussi des voeux pour Châlons : qu’elle soit celle de la création, dans le cadre d’une concertation paisible, d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager.

. Retour au sommaire

 Le puits d’amour

Les puits publics tenaient une place importante dans la vie sociale jusqu’à l’installation de l’eau courante. Roger Canard nous conte l’histoire des puits publics de Châlons.

Chaque quartier de la Cité avait son puits public, impérieuse nécessité car il était l’unique source d’eau potable pour les habitants.

Situés dans les lieux les plus fréquentés, au centre des places, aux carrefours des rues ou dans une populeuse cour commune, les puits devinrent très vite des lieux de rencontre et de rendez-vous.

(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 
Puits d’une cour intérieure rue Saint-Loup (aujourd’hui, des Martyrs de la Résistance) à la fin du XIXème siècle
   L’imagination populaire donna très tôt libre cours pour entourer les puits d’un certain mystère. Ces trous sombres s’enfonçant dans les entrailles du sol inspiraient une certaine crainte. Une coutume voulait que la jeune fille se penchant une nuit de pleine lune au-dessus de la margelle pouvait apercevoir les traits de son futur mari.
 Puits public d’une cour commune rue Saint-Loup (aujourd’hui, des Martyrs de la Résistance) au début du XXème siècle  Pour découvrir l'intégralité de la nouvelle de roger Canard en fichier pdf, cliquez ici. (102 ko)
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Microphobie :
Le vinaigre
des quatre voleurs


De tout temps, les épidémies ont effrayé les populations qui y voyaient l’oeuvre de Dieu ou la main du diable. Prières, dévotions, remèdes de bonne femme : tout était bon pour tenter de se protéger du mal. Roger Canard nous conte l’histoire de la microphobie châlonnaise, qui gagna jusqu’à sa famille et lui valut de découvrir, pour son plus grand bien, le vinaigre des quatre voleurs.

 
"Brusquement, dans un bruyant bruissement d’ailes une volée de pigeons affamés vint s’abattre à nos pieds. La colère du vieux militaire ne connut plus de borne.“ Et voilà les pillards, les pourrisseurs, les rats ailés, ces assassins ”, rugit-il en portant vivement à son nez son mouchoir abondamment imprégné du liquide contenu dans son petit flacon...
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Microphobie :
L’abbé Henriet,
victime du choléra

C’est en soignant les Châlonnais victimes du choléra que l’abbé Henriet l’attrapa et en mourut en 1832. Dans sa nouvelle consacrée à la «microphobie», Roger Canard nous en raconte l’histoire.

Ci-contre : la tombe de l’abbé Henriet au cimetiière de Saint-Memmie : on peut y lire la lettre qu’il adressa à Jules Garinet, maire de Châlons, pour soigner les cholériques.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Microphobie :
Quand le monstre tueur attend sa proie

Châlons eut encore à faire face à quelques alertes, notamment en 1854, la maladie restant toujours a l’état endémique, mais les cas isolés recensés ne furent en rien comparables à la terrible épidémie de 1832. Cependant le “ monstre tueur ” n’en avait pas encore terminé avec la population Châlonnaise à laquelle il enleva en 1865, dans des circonstances dramatiques, le fils de l’une de ses meilleures familles : Eugène Jacquesson, fils de l’illustre et célèbre négociant en Champagne Châlonnais.

 
Le “ château ” Jacquesson porte sur sa façade principale les lettres J.P., initiales de ses propriétaires qui ne l’habitèrent jamais.
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Microphobie :
Un combat implacable
jusqu’à la fin des temps

Dans son “ Elégie ” le chanoine Hubert ne manque pas de fustiger les inconscients qui, au lieu de lutter contre le fléau,
s’étourdissent dans les plaisirs.

Pour découvrir la recette du vinaigre des 4 voleurs, lire l'intégralité de la nouvelle de roger Canard en fichier pdf, cliquez ici. (115 ko)

 "Aussi, tout bien considéré, je vais faire comme le vieux militaire et je me permets de vous conseiller d’en faire autant. Partout où vous irez, surtout dans les endroits où il y a des rassemblements, dans les moyens de transports, dans les hôtels, dans les rues de la ville infectées par les déjections canines et les fientes des pigeons, dans les hôpitaux et cliniques, les usines, les écoles… n’omettez jamais d’emporter avec vous le petit flacon purificateur. (Vente en pharmacies). Il peut vous éviter bien des ennuis.

Roger Canard
novembre 2003

(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Faire table rase du passé

Si l’ensemble immobilier que va construire l’Effort Rémois aura des airs de ressemblance avec le projet combattu par l’association Nouvelle Catalaunie, il en diffère pourtant profondément tant dans sa conception que dans son approche patrimoniale qui fait table rase du passé.

 
Le mausolée de marbre, tant décrié depuis 30 ans, va être rasé grâce à l’action menée par l’association Nouvelle Catalaunie :
qui s’en plaindra ?
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Le protocole d’accord
qui met fin au litige

Le 3 décembre 2003, l’association Nouvelle Catalaunie et l’Effort Rémois ont signé un protocole d’accord mettant un terme au litige les opposant. L’association avait en effet demandé au Tribunal administratif d’annuler le permis de construire délivré par le Maire de Châlons-en-Champagne au motif qu’il autorisait une surélévation du CHV de 4,14 m interdite par le plan d’occupation des sols (cf Le Petit Catalaunien Illustré n° 44, automne 2003). Nous publions l’intégralité de ce protocole.

 L’exécution du protocole

En exécution du protocole d’accord prévoyant la construction d’un nouvel immeuble conforme aux intérêts du patrimoine et au plan d’ocupation des sols, l’Effort rémois a demandé et obtenu le retrait du permis litigieux. L’association Nouvelle Catalaunie et ses co-requérants ont en conséquence retiré leur recours.

 
L’égout de toit du projet abandonné surplombait celui de l’Hôtel de Ville de 3,29 m et venait écraser cet édifice.
 
L’égout de toit du nouveau projet sera au même niveau que celui de l’Hôtel de Ville qui demeurera dominant.

 

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Le bêtisier
du CHV

Le recours de l’association Nouvelle Catalaunie contre le permis de construire délivré à l’Effort Rémois a fait couler beaucoup de salive chez nos élus. De quoi constituer un bêtisier.

 

voir également nos pages CHV-Effort Rémois

 « Quelques mètres de plus ou de moins ne remettent pas en cause le fait que les flèches de Notre-Dame soient visibles ». Gérard Berthiot dans l'Union du 23/10/03.

Des propos aussi édifiants ne peuvent que nous inquiéter sur le peu d’intérêt que cet élu, qui prétendait en 2001devenir le premier magistrat de notre ville, paraît porter à la défense du patrimoine et au respect des règles d’urbanisme.Ceux qui, dans les années soixante, décidèrent de construire le CHV disaient en effet la même chose, tant ils se moquaient éperdument de boucher les perspectives sur Notre-Dame et d’écraser l’Hôtel de Ville avec leur mausolée de marbre.

 Dans l’Union du 12 novembre 2003, faisant part de sa réaction après la conclusion de l’accord avec l’Effort Rémois, M. Doucet conclut en souhaitant « qu’il n’y ait plus aucun recours abusif vis-à-vis de l’Effort Rémois ». Ce qui laisse ouvertement entendre que le recours de l’association Nouvelle Catalaunie et des ses co-requérants était abusif.

Nous n’attendions certes pas du premier adjoint, ni du maire, une reconnaissance des erreurs de la Ville de Châlons-en-Champagne dans la gestion de ce dossier. Mais de là à tenir de tels propos, non ! Ils sont inadmissibles et inacceptables. L’insinuation qu’ils contiennent est de surcroît diffamatoire.

(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Que faut-il faire de la façade de l’ancien petit théâtre ?

Lors de la destruction en 1972 du petit théâtre dit “ salle Barbat ”, sa façade a été démontée et stockée afin de permettre, un jour, qu’elle soit remontée. A l’annonce de son prochain démantèlement, l’association Nouvelle Catalaunie est intervenue pour s’y opposer et suggérer un réemploi.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Patrimoine :
Notre-Dame bientôt restaurée ?

La restauration de Notre-Dame fera bientôt l’objet d’une étude. Avec un oubli de taille : ses deux flèches manquantes. Aussi l’association Nouvelle Catalaunie a-t-elle interrogé le Député-Maire de Châlons-en-Champagne afin de savoir si la Ville entendait prochainement saisir les services de L’État d’une demande d’étude complémentaire allant dans ce sens.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 L’art de déconstruire Coolus

Le projet de nouvelle charte pour l’environnement prévoit de «déconstruire» le château de Coolus. L’association Nouvelle Catalaunie a vivement réagi contre cette destruction programmée.

A l’heure où nous publions cette page, cette lettre n’a pas encore obtenu de réponse. Sans doute parce qu’elle mérite une nouvelle réflexion de la part de nos élus communautaires afin de trouver les moyens de sauver le château de Coolus.

Pour l’alimenter, voici une suggestion : qu’ils demandent l’inscription du château de Coolus à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La communauté d’agglomération devrait ainsi obtenir plus facilement des subventions de l’Etat pour procéder à sa restauration.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Après Nicolas Appert :
Jean Talon
et Léon Bourgeois

Au détour d’une délibération portant sur l’implantation de la statue de Jean Talon, on découvre que l’édification d’une nouvelle statue à la gloire de
Léon Bourgeois est envisagée. Le Petit Catalaunien Illustré s’en fera l’écho sitôt que la Bienfaisance Châlonnaise, qu’il a sollicitée en ce sens, dévoilera son projet et invitera les Châlonnais à s’y associer.

Ci contre : monument Léon Bourgeois et son bronze de Daillion fondu en 1942 par les Allemands

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

Une façade en
noir et blanc

Le ravalement d’une partie seulement de la façade du Musée lui donne un drôle d’aspect qui ne passe pas inaperçu. L’association Nouvelle Catalaunie est intervenue pour qu’il y soit rapidement remédié. Il faudra, hélas, attendre 2005.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

La dispersion
de l’âme africaine

De passage à Châlons, Lassina Millogo, conservateur adjoint du musée de Bobo, nous a confié la préoccupation de sa quête culturelle. En transformant des objets cultuels en objets d’art, notre société occidentale a dispersé l’âme africaine.

 
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Gens du voyage
et droits de l’Homme

La Ligue des Droits de l’Homme de Champagne-Ardenne a organisé à Châlons en Champagne en décembre dernier une conférence-débat. Animée par Malik Salembour, responsable de la commission nationale de la LDH, elle portait sur un sujet qui interpelle fortement : les gens du voyage et les droits de l’Homme.

Parler de gens du voyage réveille souvent de vieux fantasmes entretenus par tout un monde d’incompréhensions.

L’exemple de la ville de Tavergny dans le Val d’Oise est, à cet égard, intéressant. La commune a édité un petit guide, «Les gens du Voyage sans détour», où le maire de la commune annonce clairement la couleur à ses administrés :

 
«Nomades, Manouches, Gitans, tsiganes... on ignore tout de leur ‘‘monde’’ qui croise régulièrement notre ‘‘monde’’. Ecrivons-le clairement : cette rencontre pose des problèmes... En 25 questions et 25 réponses, levons les tabous et faisons connaissance. Sans détour». Ce que la Ligue des Droits de l’Homme nous invite à faire à notre tour.
(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 Une oasis au sein
d’un désert fertile

Le 14 novembre 2003 s’est tenue une réunion de présentation de l’actualisation par la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne de la charte pour l’environnement adoptée en 1998. L’association Nouvelle Catalaunie y participait et publie son compte-rendu.

 

Signée le 5 juin 1998 pour une durée de 5 ans, la précédente charte s’était fixée 3 axes de développement, 6 plans d’action et 35 actions. Le bilan dressé par la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne est très mitigé.

Globalement, seulement 53% des mesures envisagées en 1998 ont été réalisés ou sont en cours de l’être, sans que l’on puisse déterminer, au demeurant, où se trouve la frontière entre les actions entièrement réalisées et celles en cours ni, pour ces dernières, leur niveau de réalisation

 

(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 A quand la collecte sélective en centre-ville ?

«Je trie, moi non plus» : tel pourrait être le credo environnemental du centre-ville. Cette absence de tri sélectif est un véritable gâchis écologique, surtout quand il touche les administrations, grandes productrices de papiers.

 Préparer le réveil de vos plantes vertes

Janvier est le mois du renouveau. Celui d’une année et celui de la nature endormie. L’amie Cricri nous invite à préparer le réveil de nos plantes d’appartement.

(extrait de l'article publié dans le n° 45 du Petit Catalaunien Illustré. Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 

 Consultation des sommaires des numéros

 000 à 6
 7 à 14

15 à 22
 23 à 30

31 et svts 
 Hors séries

Comment se les procurer ?
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés