Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 2,50 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n°47
46,
45, 44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 48

De l’occupation de Châlons à la dernière relève

Culture
Le mot mélé
L'édito : le train de l'histoire

La grande guerre
Joseph Servas face à la tourmente - Châlons occupée
Châlons libérée
- Regards sur l’occupation et la libération
de Châlons
- Le maréchal des logis de Terline
La dernière relève

La place Foch - Le pan coupé de la rue Sainte-Croix - Les métamorphoses d’une ville - 271 miniatures Inuit au Musée - Mines de riens - Willette et les Champénoués
A lire : les nouveautés du trimestre

Société

Sauvons l’habitat de la Champagne châlonnaise
Me Kanter est-il au-dessus des lois ?
Un partenariat associatif - Que la lumière soit...
Agir ensemble contre le racisme
Me Kanter : autour de la table
Comment réduire notre empreinte écologique ?
Attention aux OGM dans l’huile !

Place Foch : cherchez les erreurs.

 
L'éditorial
de Sabine Schepens, rédactrice en chef du Petit Catalaunien Illustré


Le train de l’histoire

Quand le train de l’histoire passe, il faut savoir le prendre. Et, si besoin est, savoir tirer la sonnette d’alarme pour qu’il s’arrête là où il faut. Tant pis si le garde-barrière tempête et menace parce qu’il se serait bien passé de cet arrêt-là, un arrêt obligatoire car inscrit dans le marbre municipal par son prédécesseur en 1984 et qu’il l’a lui-même confirmé en 1998 !

L’Association Nouvelle Catalaunie a donc tiré la sonnette d’alarme et saisi le juge administratif pour qu’il censure le permis délivré à Me Kanter par le maire de Châlons.

Non pour «dénigrer et tout faire pour ralentir les projets destinés à redynamiser le centre ville», comme ce dernier l’écrit dans le «Fil du Mau» où les groupes politiques de sa majorité se sont donnés le mot pour nous invectiver et nous traîner dans la boue, une fois de plus. Mais bien parce que le train de l’histoire était devant les yeux du maire, sous ses fenêtres, place Foch, et qu’il se refusait à le voir et à l’arrêter, malgré les multiples signaux que l’association lui lançait depuis plusieurs mois, dans ces colonnes et en coulisse.

En attendant donc que le train de l’histoire puisse repartir sur de bons rails, nous resterons fermes sur les principes qui nous guident, à savoir la défense du patrimoine, tout en restant ouverts, comme nous l’avons toujours été, à la discussion, la restitution du rythme des façades n’étant nullement incompatible, loin s’en faut, avec la redynamisation économique du centre-ville.

Ce train de l’histoire, le Petit Catalaunien Illustré l’a pris pour vous faire visiter la place Foch dessinée par Nicolas Durand, l’architecte de notre Hôtel-de-Ville, et Châlons pendant la première guerre mondiale, depuis sa courte occupation par l’armée allemande jusqu’à “ La dernière relève ”, ce magnifique monument aux morts érigé devant la cathédrale.

Chemin faisant, visitez également les wagons-expositions de notre train de l’histoire. Vous y découvrirez la métamorphose de Châlons, le coup de crayon d’un de ses plus grands dessinateurs ou encore les inuits qui s’installent au Musée.

Avant qu’il ne quitte la ville pour la Champagne châlonnaise, jetez un oeil sur le pan coupé de la rue Sainte-Croix, puis laissez-le vous conduire jusqu’en Afrique pour visiter l’atelier de nos amis de Yérétaso. Là, à l’ombre d’un fromager ou à la lumière d’un néon, méditez sur la proposition de la Ligue des Droits de l’Homme d’agir ensemble contre le racisme, et sur celle du WWF de réduire notre empreinte écologique.
. Retour au sommaire

Le Mau mêlé catalaunien de Lou Paté

Retrouvez les mots qui suivent dans notre Mau mêlé.
Avec les 8 lettres restantes, retrouvez le dessinateur de Pierrot et Colombine.
biseau - bloc - bois - brique - calcaire - cave - chaux - construction - craie - fenêtre - fondations - fouilles - maçon - madrier - marneux - matériaux - mètre - moellons - mur - pierre - sable - sablonneux - taillée - toiture


(extraits des articles publiés dans le n° 48 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

Joseph Servas face à la tourmente


Suite à la désertion du maire de Châlons devant l’avancée des troupes allemandes, Joseph Servas, son premier adjoint, fait face à la tourmente et prend courageusement le destin de Châlons et de ses compatriotes entre ses mains.

Joseph Servas vers 1925

(extrait de l'article publié dans le n° 48 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)
Châlons occupée
Châlons est occupée du 4 au 11 septembre 1914. Ces moments tragiques vont voir surgir deux personnalités marquantes, Joseph Servas, adjoint au maire, et Joseph-Marie Tissier, évêque de la cité. Ils font front commun face aux troupes d’occupation allemandes qui exigent de la ville une contribution de guerre exorbitante.

Châlons libérée

Au lendemain de la libération de Châlons, Le Journal de la Marne et L’Union Républicaine publièrent une série d’articles nous permettant de mieux comprendre ce que vécurent nos concitoyens plus d’une semaine durant et l’enthousiasme patriotique qui les emporta lorsque les troupes françaises reprirent la ville.

Regards sur l’occupation et la libération de Châlons

« On nous a demandé de divers côtés de faire l’historique de ce qui s’est passé dans la Marne, ces dernières semaines.

Notre Champagne, durement éprouvée en 1914, relativement épargnée en 1870... a eu la gloire d’être le principal théâtre de la guerre actuelle, de la guerre du droit, de la civilisation et de la liberté.
 

(article publié les 15 et 16 septembre 1914 dans Le Journal de la Marne sous le titre «Du 3 au 14 septembre»).

L’entrée des soldats français à Châlons le 12 septembre 1914
(photo conservée à la Bibliothèque municipale à vocation régionale)

le choix du soldat inconnu américain de la première guerre mondiale

Nos lecteurs internautes trouveront sur la page ci-après référencée une étude très complète réalisée par le Châlonnais Alain Girod sur le choix du soldat inconnu américain intervenu le 24 octobre 1921 à l’Hôtel de Ville de Châlons.

http://www.memorial-genweb.org/html/documents/doc-chalons_US-inconnu.php3

Le maréchal
des logis de Terline

“ Le rapide oubli, second linceul des morts.” Lamartine

Un temps relégué au Musée municipal, le tableau représentant le maréchal des Logis de Terline, héros de la première guerre mondiale et arrière neveu de Jeanne d'Arc qui mourut dans le ciel châlonnais, trône dans la salle du conseil municipal.
Roger Canard nous conte son histoire.

Combat aérien entre un Nieuport français (en bas) et un avion allemand (collection particulière de Roger Canard)

Joseph Servas devant un canon de la défense anti-aérienne sur le Mont Saint-Michel (Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale)
Carcasse calcinée du Nieuport de Jehan de Terline
(collection particulière de Roger Canard)
La dernière relève

“ Devant ce monument, nous faisons le pieux serment de garder toujours dans nos cœurs le souvenir de nos chers morts châlonnais qui n’oublièrent pas la belle devise de leur cité et furent parmi les plus glorieux enfants de la France héroïque, de la France immortelle1 ”.

L’inauguration du monument aux Morts. Discours de Marc Millet, maire de Châlons (photo conservée à la Bibliothèque municipale à Vocation Régionale)

«La dernière relève»
bronze de Gaston Broquet. Monument aux Morts érigé en 1926 devant la cathédrale

 

La place Foch

Place d’armes du XVIIIème siècle inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, la place Foch attend depuis vingt ans que lui soit appliqué son cahier de prescriptions architecturales prévoyant de rétablir le rythme de ses façades.

Plan des façades de la place Foch dressé par Nicolas Durand en 1768


Extrait du plan d’alignement des rues Croix des Teinturiers et Sainte-Croix (actuellement rue Carnot), dressé en 1770 à la demande de Rouillé d’Orfeuil :  il laisse apparaître que l’immeuble d’angle formait saillies sur les deux voies par rapport à l’existant actuel.

Le pan coupé de la rue Sainte-Croix

Pour Georges Clause, la façade de la maison formant l’angle de la rue Croix des Teinturiers et de la rue Carnot a été entièrement refaite au XIXème siècle afin d’élargir par un pan coupé l’angle de la route royale de Paris à Strasbourg.

Les métamorphoses d’une ville
Châlons-en-Champagne, XVIe-XVIIIe siècles

Les Archives départementales de la Marne présentent, dans leur centre de Châlons, du 18 septembre au 3 décembre 2004, une exposition intitulée “ Les métamorphoses d’une ville : Châlons-en-Champagne, XVIe-XVIIIe siècles ”.

Le projet initial de Nicolas Durand prévoyait d’intégrer le poste de guet dans le dôme
de l’Hôtel-de-Ville

271 miniatures Inuit
exposées au Musée


Du 2 octobre 2004 au 16 janvier 2005, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne vous invite à visiter une exposition exceptionnelle de 271 miniatures inuit.

les chanteuses de gorge

Mines de riens

Mine de rien, il se passe bien des choses sur le plan culturel cet automne en Champagne-Ardenne. L’association Interbibly vient en effet de réunir sous une seule exposition virtuelle un bouquet de 14 expositions d’artistes présentées simultanément dans 14 lieux différents. A visiter absolument.

Pour visiter : L’exposition virtuelle d’Interbibly : http://www.interbibly.org/mines/index.html

Willette et les Champénoués
La bibliothèque municipale de Châlons présente une lettre de Willette à Geneviève Desvignes à propos d’un prétendu «proverbe injurieux» pour les Champenois.

Sauvons l’habitat de la Champagne châlonnaise

Jean-Paul barbier lance un cri d’alarme et de désespoir : il faut sauver l’habitat de Châlons et de la Champagne châlonnaise tant qu’il est encore temps.
Me Kanter est-il au-dessus des lois ?

Pour l’Association Nouvelle Catalaunie, qui vient de déposer un recours au tribunal administratif, le permis délivré en vue de créer place Foch la Taverne de Maître Kanter est manifestement illégal et porte, une nouvelle fois, atteinte au patrimoine de Châlons.

Me Kanter : autour de la table

Le 6 octobre 2004, l’Association Nouvelle Catalaunie a rencontré la ville de Châlons, Me Kanter, son architecte et son propriétaire, ainsi que l’Architecte des Bâtiments de France. Un accord sur le rétablissement du rythme des façades est envisageable.

Un partenariat associatif

Pour répondre à l’attente de ses membres, l’association Nouvelle Catalaunie ouvre plus grandes les portes de l’espace Catalaunien sur la vie associative. Celle-ci pourra désormais également bénéficier d’un partenariat tourné vers la communication associative conclu avec Riso France.

Que la lumière soit...

“ Fiat lux ”, est-il écrit dans la Genèse. Et la lumière fut, traduit aussitôt Yérétaso qui a réussi son pari d’électrifier son atelier destiné aux handicapés de Bobo-Dioulasso.

Agir ensemble contre le racisme
La section locale de la Ligue des Droits de l’Homme livre à notre réflexion la tribune de son président, Michel Tubiana, parue dans Libération daté du vendredi 16 juillet 2004 sous le titre «Agir ensemble contre le racisme».

Comment réduire notre empreinte écologique ?


De nos jours, plus qu’il y 50 ans ou 100 ans, le passage de notre vie laisse des traces, des traces de destruction. Nous laissons une empreinte écologique sur la terre et elle est néfaste au futur de nos enfants.

 

 

Attention aux OGM dans l’huile !
Les détectives OGM de Greenpeace ont découvert 2 huiles de soja génétiquement modifiées. Greenpeace a en conséquence décontaminé les rayons des supermarchés concernés.


Gravure de Jean-Baptiste Lallemand, qui décora les salons de l’Hôtel-de-Ville, publiée par le bulletin municipal «Au fil du Mau». Cliquez dessus pour l'agrandir et rechercher les erreurs.

Place Foch :
cherchez les erreurs


Et si la place Foch n’était pas ce que croient nos édiles ? Ceux-ci sont allés chercher une gravure truffée d’erreurs pour pouvoir enterrer le cahier des prescriptions architecturales de la place causant tant de soucis à Me Kanter.

(extraits des articles publiés dans le n° 48 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer gratuitement ce numéro, profitez de notre offre découverte)

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE

© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés