Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 3,00 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n° 52, 51, 50, 49, 48, 47, 46, 45, 44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 53

L'éditorial : le troisième oeil...

Culture


Le mau mélé de Lou Paté
Bientôt une stèle pour les cavaliers dalmates de Châlons ?
Just Berland, des archives à l’histoire locale
L’Hôtel des Intendants de Champagne
L’étrange meute
La lente reconstruction du collège de Châlons
Pourquoi le patrimoine a-t-il tout à craindre du plan local d’urbanisme
La maison des basses oeuvres du diable
Dura lex, sed lex ?
Les caves médiévales du CHV
A lire ce trimestre

Société
Pub : une politique très sélective
Les faucons planent sur la ville
Par quelle feinte les pigeons trompent-ils les faucons ?
Quelle eau aurons-nous en 2015 ?
Un collectif pour soutenir les droits économiques, sociaux et culturels
Droits de vote des étrangers
Quand les ufologues ne sont pas toujours loufoques
Idea, le service à la personne

 

 
L'éditorial
de Bruno Malthet, président de
l'association Nouvelle Catalaunie

Le troisième oeil
Ça y est ! Le Petit Catalaunien Illustré fait peau neuve avec ce numéro qui ouvre la quinzième année de son existence. Entre un voyage à Turin et un autre à Miami, Marysue, une jeune artiste châlonnaise, a achevé la réalisation de son nouveau logo. Elle l’a voulu lucide, résolument ouvert sur les réalités et toujours tout autant décidé à le faire savoir. Pour accompagner ce changement, la maquette générale du journal a été revue afin de le rendre encore plus attractif tout en conservant sa structure et ses rubriques.

2005 marqua le centenaire de la lente reconstruction du collège de Châlons, devenu entre temps son lycée. Sylvain Mikus nous en livre l’histoire où, chemin faisant, on découvre que cet intéressant patrimoine architectural a été construit aux dépends d’un non moins autre patrimoine intéressant, sa chapelle, laquelle illustre notre couverture. En 100 ans, la conscience collective de la nécessité de préserver le patrimoine a-t-elle évolué ? Oui, sans aucun doute, même si cette protection reste encore et toujours asservie aux exigences urbanistiques des élus et financières des promoteurs dans lesquelles elle n’est pas soluble. On peut en mesurer les résultats dans le projet de plan local d’urbanisme qui ignore superbement le fait que tout le centre ancien de Châlons est un site inscrit justifiant des mesures de protection particulières.

Y verra-t-on, demain, toute une meute de chiens s’y engouffrer et tout dévaster comme celle dont Roger Canard nous raconte le bien étrange passage ? Ou bien encore des hordes barbares comme celles dont nous protégeaient les cavaliers dalmates au IIIème siècle ? Ou alors y trouverons-nous Just Berland revenir pour achever ses travaux érudits sur l’histoire du patrimoine de Châlons ?

Notre patrimoine disparaît ou se transforme au gré des bonnes ou basses oeuvres des uns et des autres. Pour obtenir quelques résultats, il nous faut crier très fort, comme avec les caves médiévales du CHV autour desquelles la ville entretient toujours un méprisant silence. Seule certitude : ce n’est pas pour les protéger qu’elle a fait le choix d’utiliser les services de faucons dont l’efficacité reste toujours à démontrer !

Ce trimestre, la Ligue des Droits de l’Homme nous invite à réfléchir sur le droit de vote des étrangers, une réflexion que nous vous invitons à pousser également sur les droits économiques, sociaux et culturels dont chacun de nous doit pouvoir bénéficier à côté de ses droits civils et politiques. L’environnement n’est pas absent de ce numéro qui ouvre le dossier sur l’eau que nous devrions avoir en 2015 et qui s’interroge sur la politique très sélective de la Communauté d’agglomération en ce qui concerne le dossier des publicités qui envahissent nos boîtes aux lettres.

Bref, vous l’aurez compris : à l’aube de cette nouvelle année, qu’il vous souhaite bonne et heureuse, Le Petit Catalaunien Illustré nouvelle formule a toujours les yeux ouverts sur les réalités.

.
. Retour au sommaire

Le Mau mêlé catalaunien de Lou Paté

Retrouvez les mots qui suivent dans notre Mau mêlé.
Avec les 7 lettres restantes,  saluez ce Gardien des temples de Chine
qui excelle à la chasse aux sangliers !

aboiements - airedale - beagle - bouledogue - boxer - braque - bull - cagne - croc - épagneul - esquimau - groenendael - jappement - king charles - labrador - levrette - loulou - saint bernard - samoyede - terreneuve -  teckel
 

 
Bientôt une stèle pour les cavaliers dalmates de Châlons ?
Les plus anciens habitants de Châlons dont les noms nous sont connus s’appellent Furius Antoninus et Plaianus. Ils sont gravés sur leurs stèles funéraires découvertes à la fin du XIXème siècle et reléguées depuis dans les réserves des musées de la Ville. Celle-ci vient d’être saisie d’une requête afin qu’une stèle rappelant le souvenir de ses vaillants défenseurs de la Catalaunie gallo-romaine soit érigée place Saint-Etienne.

ci-contre : face latérale gauche de la stèle de Furius Antoninus Musée de Châlons

stèle du couple, Musée de Châlons

ci-contre : face principale de la stèle de Furius Antoninus avec son inscription, Musée de Châlons

Stèle de Plaianus, Musée de Châlons
Just Berland
des archives à l’histoire locale


Secrétaire de la Société académique, Just Berland fut un archiviste très actif. Il apporta une importante contribution à l’histoire locale qu’il servit d’une plume au style empli de charme et d’esprit.

Just Berland dans les rayonnages des Archives départementales

L’Hôtel de l’Intendance
de Champagne


“ Jusqu’à ce jour, aucun historien ne s’est laissé tenter par la beauté de l’Hôtel des intendants de Champagne, ni par l’éclat des fêtes ou l’importance des événements qui s’y déroulèrent.
L’étrange meute
A la fin du XIXème siècle, une immense et étrange meute de chiens traversa Châlons. Le vieux libraire qui, enfant, vécut cet événement le rapporta à Roger Canard qui nous rappelle dans cette nouvelle que ce cas n’est pas isolé dans l’histoire de la Catalaunie.
Sculpture décorant le tombeau de Jovin. On y voit le Général Romain s’apprêtant à transpercer de sa lance un lion qui s’attaque à un de ses serviteurs gisant sur le sol.
La lente reconstruction
du collège de Châlons


Le lycée Pierre Bayen vient de fêter les 100 ans de son achèvement. Sylvain Mikus nous raconte l’histoire de la lente reconstruction, qui s’étala de 1872 à 1905, de ce qui était alors le collège de Châlons.
Une partie des bâtiments de l’ancien Collège de Châlons, quelques années avant sa démolition. La façade baroque de la chapelle était fort remarquable. Il n’en reste que deux médaillons, déposés dans le jardin de l’Hôtel du Vidamé (13, rue Pasteur). Cliché sur papier albuminé de Georges Durand, coll. de l’auteur.
Le bâtiment Vagny (Petit-Collège, 1872-1873), prolongé par Chalmandrier et surélevé d’un étage par Piquart (1897-1905)
Vue générale de l’aile Chalmandrier (1887-1891) photo de l’auteur
Enfin terminé ! Le Collège peu après 1905 (carte postale, coll. de l’auteur

(extraits des articles publiés dans le n° 50 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer ce numéro, profitez de notre offre découverte)

Pourquoi le patrimoine a-t-il tout à craindre du plan local d’urbanisme

 
Le projet de plan local d’urbanisme (PLU) vient d’être voté par le conseil municipal de Châlons et va être soumis à enquête publique avant d’être définitivement adopté, en l’état ou après amendement, en juin prochain. Les associations Nouvelle Catalaunie et des Augustins tirent la sonnette d’alarme et entendent participer activement à une réécriture de ce projet dans lequel le patrimoine est toujours une contrainte et moins que jamais une priorité.
La maison des basses œuvres du diable

A Châlons, le diable se laisse facilement tenté sitôt qu’il s’agit de jouer un vilain tour au patrimoine. En témoignent les rénovations des anciennes “ maison des œuvres ” et “ Adoration Réparatrice ”.
 
Dura lex, sed lex (*) ?
(*)La loi est dure, mais c’est la loi

Nous pensions que cette maxime latine était (re)devenue la loi d’airain de la ville de Châlons depuis qu’elle l’avait appliquée dans toute son extrême rigueur, en avril dernier, au propriétaire de l’espace Catalaunien.

Celui-ci avait commis le crime de demander l’autorisation de prolonger sa grille séculaire dont les pointes excédent de 5 cm la hauteur autorisée par le plan d’occupation des sols (POS). L’autorisation lui fut aussitôt refusée.

Il évoquait pourtant à cet effet la jurisprudence locale ayant profité (notamment) à l’établissement dirigé par le 1er adjoint au maire dont la grille excède de près de 3 m la hauteur autorisée.



 

Un fait récent nous montre que, dans notre bonne ville, il n’en est PLU rien. Ou, plutôt, que l’antique jurisprudence locale est de nouveau applicable.

Tant mieux pour les heureux bénéficiaires, et tant pis pour le principe d’égalité devant la loi qui désormais est dure pour les uns et souple pour les autres.
Les caves médiévales du CHV

L’année 2006 devrait voir l’organisation de visites guidées des caves médiévales du CHV. Auraient-elles été restaurées comme prévu ? Pour l’heure, rien ne permet de l’affirmer avec certitude.
L’accès à l’ancienne galerie Saint-Germain ne nécessitait qu’une petite marche. Les plans du permis de construire attaqué par l’Association Nouvelle Catalaunie prévoyaient un accès de plain-pied. Pourquoi, dans ce cas, faut-il gravir 4 marches rue de Marne avant d’accéder à la galerie de l’Hôtel de Ville ? Ne serait-ce pas, par hasard, parce que, entre temps, il a bien fallu protéger les caves médiévales en faisant passer la dalle au dessus ?
Pub : une politique très sélective
La publicité envahit vos boîtes aux lettres et vous souhaiteriez la mise en œuvre d’une politique communautaire pour y remédier ? Elle n’est pas à l’ordre du jour vient de répondre le président de la communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne à l’Association Nouvelle Catalaunie. Une réponse pour le moins surprenante de la part d’une collectivité fière d’avoir signé une charte de l’environnement prévoyant la réduction des déchets à la source.
Les faucons planent sur la ville

La dernière trouvaille de la ville de Châlons pour lutter contre la prolifération des pigeons consiste à utiliser les services d’un fauconnier. S’agit-il d’une solution efficace susceptible de la réconcilier avec les amis de la nature qui avaient décrié en 2003 l’usage d’un étouffoir ? Rien n’est moins sûr...
 
(extrait des articles publiés dans le n° 50 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer ce numéro, profitez de notre offre découverte)
Quelle eau aurons-nous en 2015 ?
Une vaste consultation sur l’eau a été engagée de mai à novembre 2005. Elle s’est fixée pour ambition de recenser les défis à relever devant donner lieu à l’établissement d’un plan d’action en 2008 en vue d’atteindre un bon état écologique de l’eau en 2015. L’Association Nouvelle Catalaunie y a participé.
Un collectif pour soutenir les droits économiques, sociaux et culturels

Des associations et syndicats français viennent de fonder un Collectif français de soutien à l’adoption d’un Protocole additionnel facultatif au Pacte des Nations Unies relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (DESC) pour que les DESC puissent faire l’objet de recours judiciaires, y compris au niveau international.
 
Droits de vote
des étrangers

Pourquoi les résidents étrangers n’ont-ils pas en France le droit de vote et d’éligibilité aux élections locales ? Cette situation, dénoncée par la Ligue des Droits de l’Homme, repose sur des arguments obsolètes et contraires à la déclaration universelle des doits de l’Homme de 1948.
 
Quand les ufologues ne sont pas toujours loufoques
L’ufologie, qui se veut une science à part entière, avait rendez-vous l’automne dernier à Châlons-en-Champagne pour les premières rencontres ufologiques européennes réunissant plus de 200 scientifiques et spécialistes du phénomène OVNI. Sceptiques et convaincus ont ainsi pu découvrir le monde des petits gris qui, au pays de Pierre Dac, paraît parfois quelque peu loufoque.

   
IDEA

Alliant simplicité et rapidité, l’association IDEA propose depuis novembre dernier la solution facile à domicile : le service à la personne, aux particuliers.
Association IDEA
Service à la personne
CSC du Verbeau
Rue Georges Barbier
51000 Châlons en Champagne
06 15 80 34 91 ou 03 26 68 64 86
   
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés