Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 3,00 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n°53, 52, 51, 50, 49, 48, 47, 46, 45, 44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 54

L'éditorial : Déconcertant !

Culture


Le mau mélé de Lou Paté
Deux Châlonnais «maire» de Paris
Un sculpteur et écrivain d’art méconnu
Le joli jeu de Biribi
Saute paillasse !
Henri Galeron, illustrateur
La tuile châlonnaise
Histoire de l’orgue de choeur de la cathédrale de Châlons-en-Champagne
A lire

Société

Fin d’une polémique ?
Que sont devenues les autres caves médiévales de Châlons ?
La maison des oeuvres
Sauvons-la
ZPPAUP : c’est (mal) parti !
ZPPAUP : à prendre ou à laisser

Petite chronique de la protection du patrimoine châlonnais
Le tri, mon chien et moi...
La propreté de Châlons au XVIIème siècle
Le tri en question
Comment réduire le coût du tri
Fichage des associations
Pigeons bien pour mieux les réguler !
Une quinzaine équitable
 

Encart : réAGIR : stop le tout plastok 

 
L'éditorial
de Bruno Malthet, président de
l'association Nouvelle Catalaunie

Déconcertant
Châlons a des atouts dont le patrimoine est la pierre angulaire. Ce numéro est une nouvelle fois l’occasion de le vérifier. Il suffit de lever les yeux pour découvrir dans tous les vieux quartiers de très nombreux immeubles présentant un intérêt certain. Comme, par exemple, l’ancienne chapelle Sainte-Pudentienne, rue Jules Lobet. Il faut aussi savoir pousser une porte pour les découvrir. Beaucoup de ces trésors sont à l’intérieur, comme l’orgue de chœur de la cathédrale, ou sous nos pieds, comme les caves médiévales que nous avons sauvées de la destruction. Elles sont désormais restaurées et visitables par le public. Quant à nos musées, ils regorgent d’œuvres d’art dont certaines sont plutôt inattendues, comme ces sculptures dues à Léon Bourgeois, artiste et écrivain d’art méconnu.

Bref, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes s’il n’y avait pas quelques déconcertants petits grains de sable qui trouvent toujours malice à se glisser dans une mécanique très mal huilée mais aussi efficace qu’un rouleau compresseur.

Prenez l’étude préalable à la mise en œuvre d’une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, la ZPPAUP. La décision prise de l’engager devrait nous satisfaire, ce qui est le cas. Mais pourquoi diable a-t-il été décidé d’écarter les associations de défense du patrimoine de toute concertation avant et pendant sa réalisation ?

Cette concertation, si elle avait eu lieu comme prévue s’agissant des caves médiévales, aurait sans doute permis d’éviter que leur mauvaise ventilation soit source d’humidité et de moisissures. Est-ce pour cela qu’on nous refuse toujours et encore toute visite technique de ces caves ?

Tout aussi déconcertant est le sort qui s’acharne sur le patrimoine architectural intéressant dont l’évêché de Châlons est propriétaire et qu’il est contraint de vendre afin d’équilibrer ses comptes. Après la Maison des œuvres, c’est au tour de l’ancienne chapelle Sainte-Pudentienne d’être menacée, son nouveau propriétaire voulant la raser. Pourquoi donc n’est-elle pas inscrite dans le périmètre de la ZPPAUP ?

L’environnement et le cadre de vie n’échappent pas aux effets dévastateurs de l’absence de concertation. Le nouveau tri sélectif nous en donne un exemple significatif dans un domaine où, pourtant, la charte de l’environnement a prévu un comité de suivi auquel l’Association Nouvelle Catalaunie participe.

Quant aux pigeons, c’est le summum ! Plutôt que d’admettre l’échec de la politique qu’elle mène en la matière, la municipalité a fait le choix de l’amplifier avec une méthode unanimement condamnée et dont elle reconnaît ouvertement la cruauté, mais pas encore l’inefficacité.

Oui, décidément, tout cela est vraiment déconcertant, pour ne pas dire plus, et ressemble à s’y méprendre à la méthode Coué. Si par hasard vous en doutiez, dites vous que tous les jours et à tout point de vue, ça va vraiment de mieux en mieux sans qu’il n’y ait besoin de concertation. Pourquoi donc, dans ces conditions, nos édiles perdraient-ils leur temps ?

.
. Retour au sommaire

Le Mau mêlé catalaunien de Lou Paté

Retrouvez les mots qui suivent dans notre Mau mêlé. Avec les 7 lettres restantes, retrouvez celui à qui nous devons l’orgue de chœur de la cathédrale inauguré en 1882.

anche - bois - bourdon - buffet - claviers - console - cor - doublette - facteur - flûte - fonds - gambe - laye - octaviante - orgues - plein-jeu - principal - quinte - récit - salicional - sommier - tierce - tirasse - trompettes - 

Deux Châlonnais « Maire » de Paris

Deux Châlonnais furent « maire » de Paris au début du XXème siècle. En fait à cette époque il n’y a pas de maire de Paris, mais un président du Conseil municipal, c’est en 1977 qu’un maire sera à nouveau élu dans la capitale.
Le premier sera connu sous le nom de Henri Galli alors que son nom à l’état civil est Louis, Henri, Désiré Galichet. Né à Châlons le 16 novembre 1853.

Paul, Auguste, Pierre-Marie Chassaigne-Goyon est né à Châlons le 2 août 1855. Il est le fils du préfet de la Marne Alexandre Chassaigne-Goyon qui présida à la création du camp militaire de Châlons sous l’Empereur Napoléon III et qui fut préfet à Châlons du 4 mars 1853 au 24 juin 1864.

Léon Bourgeois :
Un sculpteur et écrivain d’art méconnu


En Léon Bourgeois, chacun voit tour à tour le politique, l’homme d’Etat, le prix Nobel de la Paix et, plus rarement, l’artiste et le critique d’art. Pourtant, ces deux facettes sont indissociables de la personnalité de cet homme hors du commun.
 

Femme allongée. Terre cuite de Léon Bourgeois. Musée Schiller et Goethe
 
Léon Bourgeois par Roll. Musée Schiller et Goethe : “ il a peint pour l’avenir non seulement notre terre et notre ciel, mais notre pensée et notre âme ”.

Le joli jeu de Biribi

Dans « Le barbier Jodet », Louis Grignon nous fait découvrir le « joli jeu de Biribi » qui avait alors cours en Champagne et que l’on aimait à jouer dans les auberges de Châlons. Il consiste à frapper sur une enclume très particulière avec son mouchoir noué en guise de marteau. Un amusement que le barbier Jodet ne trouva pas longtemps à son goût…
Un mot peut en cacher un autre…
Saute paillasse !

Ou comment un coquin et une coquine bernèrent un pauvre mari dans une couverture pour le trousser...
exposition
Henri Galeron, illustrateur



Présentation jusqu’au dimanche 20 mai 2006 dans la salle d’exposition au rez-de-chaussée du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, place Godart à Châlons
 
La tuile châlonnaise


Plate ou creuse, la tuile traditionnelle châlonnaise est une espèce en voie de disparition sur nos toits. Elle est victime des restrictions budgétaires et de l’absence de politique de conservation des particularismes régionaux.
 
Histoire de l’orgue de chœur de la cathédrale de Châlons-en-Champagne

par Sylvain Mikus
Après plusieurs tentatives malheureuses, entre 1833 et 1839 (1), la cathédrale de Châlons fut dotée d’un orgue de chœur à titre permanent à partir de 1852. La résolution en fut prise par le conseil de fabrique le 21 mars 1852, alors qu’une commission était constituée à cet effet. L’affaire fut promptement menée à bien, puisque le nouvel instrument, sorti des ateliers parisiens de Jean-Baptiste Stoltz, fut reçu le 12 octobre 1852 après avoir été testé par l’organiste Louis Müller (1808-1886), titulaire de l’orgue de tribune : “ il ne laisse rien à désirer ni pour le mécanisme, ni pour la qualité des sons et la perfection des accords ”. En attendant que soit résolue la question du style à donner pour les hauts dossiers des stalles, une façade provisoire en bois blanc avait été installée.
Fin d’une polémique ?
France 3 Champagne-Ardenne a consacré le 26 janvier 2006 un reportage aux caves médiévales de la GHV qui, selon le présentateur, devait mettre un terme aux polémiques. L’association Nouvelle Catalaunie, à l’origine de leur sauvegarde et de leur restauration, n’était pas invitée à cette visite. Pas plus qu’à celle organisée, huit jours plus tard, pour le journal l’Union avec l’Office de Tourisme. Si la restauration entreprise donne globalement satisfaction, la présence d’une forte humidité est inquiétante.
Que sont devenues les autres caves médiévales de Châlons ?

Châlons possédait encore, il y a une vingtaine d’années, un patrimoine architectural médiéval souterrain important. En 2006, qu’en reste-t-il ? Si l’action de l’Association Nouvelle Catalaunie a permis de sauver celles du CHV, comment préserver les autres qui subsistent ?

(extraits des articles publiés dans le n° 50 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer ce numéro, profitez de notre offre découverte)

Sauvons-la

L’ancienne chapelle Sainte-Pudentienne, «sainte Pupu» pour les anciens du quartier, est menacée par un projet immobilier. Rachetée par un promoteur, elle sera rasée si ses habitants ne se mobilisent pas pour la sauver et la transformer en salle de réunions et de spectacles.
Voir aussi notre page spéciale

ZPPAUP
C’est (mal) parti !


La zone de protection du patrimoine architecturale, urbain et paysager de Châlons-en-Champagne vient d’être lancée sans aucune concertation passée, présente et à venir.
ZPPAUP
A prendre ou à laisser


Le cahier des charges de la ZPPAUP définit une méthode d’élaboration de son périmètre et de son règlement où la transparence est exclue laissant déjà apparaître de larges mailles dans un filet sensé protéger le patrimoine. Faute de concertation, son résultat, attendu dans 18 mois, sera à prendre ou à laisser.

 
Le tri, mon chien et moi…

La mise en place du nouveau tri sélectif a suscité une levée de boucliers. S’il ne séduit pas vraiment les habitants de la communauté d’agglomération, il en va différemment du chien d’un de nos abonnés qui nous livre son analyse.

La propreté de Châlons au XVIIème siècle

"La ville avait déjà pris un air de fête, une animation inaccoutumée. Les préparatifs duraient depuis une quinzaine de jours. […]. Puis on avait publié, selon la coutume usitée en pareille circonstance, l’ordre de nettoyer les rues, de “ oster tous pourceaux, oies, canards, estant en la clôture de la ville de Chaalons, et pareillement oster tous fiens qui sont ès rues et aux coins d’icelles ”.

Extrait de “ La dame de Trosnay ” in “ Les chausses de Jehan de Soudron ”, recueil de nouvelles de Louis Grignon, éditions du Petit Catalaunien Illustré, 1995.
 
(extrait des articles publiés dans le n° 50 du Petit Catalaunien Illustré.
Pour vous procurer ce numéro, profitez de notre offre découverte)
Le tri en question
Sans concertation préalable, la communauté d’agglomération a mis en place son nouveau tri sélectif. Sa décision, très contreversée, a donné lieu à un forum de discussion et un sondage sur internet, deux reportages et des courriers adressés à la communauté d’agglomération et aux hypermarchés.
Comment réduire le coût du tri

Répondant au Président la Communauté d’agglomération sur le nouveau tri sélectif, l’association Nouvelle Catalaunie l’a invité à l’imiter en diffusant l’encart de l’association “Agir pour l’environnement” joint à ce numéro et à se lancer dans l’opération “ stop-pub ”. Avec, à la clé, une économie estimée à 100 000 € minimum rien que sur le papier.
Fichage des associations

Le 15 février 2006, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a répondu à l’Association Nouvelle Catalaunie suite à sa plainte contre le fichage des membres des associations envisagé par “ Les acteurs du Centre Ville ” (cf Le Petit Catalaunien Illustré n° 52). On y apprend que la CNIL a rappelé à cette association “ que la collecte d’informations devait être loyale et ajouté que, pour ce faire, une information individuelle des personnes concernées par le traitement automatisé de données à caractère personnel devait être réalisée préalablement à sa mise en œuvre en application de l’article 32 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée en août 2004 ”. Elle ajoute que “ la Commission avait émis une réserve sur les modalités de la collecte des données et indiqué que les dispositions de l’article 34 de la loi […] interdisaient aux responsables des traitements automatisés mis en œuvre par les associations de communiquer le fichier de gestion de leurs adhérents ”.
 
Pigeons bien pour mieux les réguler !

La guerre que la ville de Châlons livre aux pigeons depuis des années va-t-elle enfin tourner à son avantage ? Privés de silos, et donc de grains, chassés par des buses, les pigeons devraient rapidement fondre comme neige au soleil. L’efficacité de la méthode est pourtant loin d’être garantie et est contestée par un sondage mis en ligne sur internet.
Une quinzaine équitable
A l’occasion de la quinzaine du commerce équitable, Artisans du Monde organise une animation place Foch les 5 et 6 mai prochain. Le commerce équitable atteint désormais la grande distribution et la restauration collective châlonnaise.
 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE

© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés