Laissez vous guider, au gré de vos envies, vers les notices abrégées tirées des articles publiés par le Petit Catalaunien illustré  sur les Châlonnais célèbres. Venez découvrir la Catalaunieson histoire bimillénaireson patrimoineA lire sur la région
les Châlonnais célèbres

Léon Bourgeois, apôtre de la paix

Dans le Petit Catalaunien Les Châlonnais de A à Ba Les Châlonnais de Bl à De Les Châlonnais de De à L
Les Châlonnais de M à O Les Châlonnais de P à R Les Châlonnais de S à Z  
Léon Bourgeois, châlonnais célèbre (1851-1925)

 Léon Bourgeois dans le Petit Catalaunien Illustré
Le
Châlonnais célèbre : Léon Bourgeois, doctrinaire de la Solidarité et Apôtre de la Paix, n° 2, hiver 92-93, p 11
Léon Bourgeois, sculpteur, suivi de Visite de l’atelier de Léon Bourgeois, n° 15, printemps 1996, p 6 et 7
L’hommage à Léon Bourgeois lors de l’inauguration de sa statue le 28 mai 1933, n° 21, automne 1997, p 14 et 15
Hommages à Léon Bourgeois - Léon Bourgeois reçoit son prix Nobel -
L'exposition Léon Bourgeois, n° 37, hiver 01-02, p 6-7
 Parisien, Châlonnais d'adoption, Léon Bourgeois reste une des grandes figures politiques de la croisée des XIXe et XXe siècles. Elu député de la Marne en 1888, puis de Châlons en 1889, puis sénateur sans interruption jusqu'à sa mort. Radical socialiste, il sera 12 fois ministres, président du Conseil, de la chambre des députés puis du Sénat. Son oeuvre politique repose sur les principes de solidarité et de paix. Il présidera la première réunion de la société des nations et y recevra, le 10/12/1920, le prix Nobel de la Paix. Le monument érigé en sa mémoire en 1933 à Châlons sera abattu par les Allemands durant la deuxième guerre mondiale et sa statue de bronze fondue en canon. Le Petit Catalaunien Illustré, n°2, hiver 92-93, pages 10-11

 
stèle de Léon Bourgeois érigée devant la Préfecture et Archives départementales de la Marne à Châlons-en-Champagne
 Musée : les oeuvres de Léon Bourgeois
Au delà de ses qualités d’homme politique et d’apôtre de la paix, la personnalité de Léon Bourgeois s’exprimait au travers de ses talents de sculpteur que le Musée Schiller-Goethe nous invite à découvrir.
Le Petit Catalaunien Illustré n° 15, p 5-6

 Hommages à Léon Bourgeois

Le 10 décembre 1920, Léon Bourgeois (1851-1925), le plus illustre de nos Châlonnais, recevait le prix Nobel de la Paix. A l’occasion du 150ème anniversaire de sa naissance, Châlons lui a rendu plusieurs hommages.

Hommages publics
Pour honorer la mémoire de ce grand Châlonnais, l’association Nouvelle Catalaunie a invité tous les Catalauniens à se rendre le dimanche 9 décembre 2001 au cimetière de l’Ouest où une partie de ses cendres fut dispersée. Cette cérémonie fut suivie du dépôt d’une gerbe où figure la mention : A Léon Bourgeois, l’humaniste. La Catalaunie (voir photo ci-contre).
Georges Clause a rédigé une plaquette de 52 pages sur la vie et l’oeuvre de Léon Bourgeois, plaquette publiée dans la collection "Mémoire d’une ville"(*) (voir photo ci-contre).
La Bibliothèque municipale, en collaboration avec les Archives municipales et départementales et le Musée municipal, consacre à Léon Bourgeois une exposition inaugurée le 15 décembre et visible jusqu’au 31 janvier 2002. On y découvre notamment le diplôme du prix Nobel décerné à Léon Bourgeois (voir photo ci-contre et
aperçu ci-après).
Le 16 décembre a enfin été marqué par la pose d’une plaque commémorative au 5 rue Carnot où résidait ce grand Châlonnais.

(*) ouvrage disponible gratuitement sur l’exposition. A signaler également la sortie dans la collection La Documentation Républicaine de l’ouvrage consacré par le Châlonnais Denis Demko à "Léon Bourgeois Philosophe de la solidarité" (éditions edimaf, 10 euros, photo ci-contre).

 

  Hommages maçonniques
En marge de ces hommages publics, la ville de Châlons-en-Champagne, la loge maçonnique "la bienfaisance châlonnaise" et le Grand Orient de France ont tenu le 16 décembre 2001 un colloque Léon Bourgeois pour honorer ce grand franc-maçon.
Initialement ouverte à quelques initiés sur présentation d’un carton d’invitation où ne figurent que les armes maçonniques, cette manifestation écartait sans raison apparente des élus et des associations comme la nôtre dont l’attachement au rayonnement des idées humanistes de Léon Bourgeois n’est pourtant un mystère pour personne. Le malaise qu’a suscité cet ostracisme a conduit la Ville à déplacer le colloque de l’Hôtel de Ville vers l’ENSAM puis à annoncer, à la dernière minute lors de l’inauguration de l’exposition de la Bibliothèque, son élargissement à tous. Au centre de cette exposition ont été intégrés les principaux objets maçonniques détenus par la loge du Grand Orient de France la bienfaisance châlonnaise, également visibles sur son site internet qui, bizarrement, n’annonce ni le colloque, ni l’exposition.

 petit aperçu de L'expo Léon Bourgeois à la BVMR
  Affiche électorale de Léon Bourgeois législatives partielles de 1889(Archives Départementales de la Marne)

 
Le diplome du Prix Nobel de Léon Bourgeois (Musée Schiller et Goethe de Châlons)

 
L'ange de la paix, caricature (Archives Départementales de la Marne, IC 240/32)

 
L'image pour rire, caricature (Archives Départementales de la Marne, IC 240/42)

 
Cordons de Maîtres maçonniques (Musée de la Franc-Maçonnerie, donation Léon Bourgeois, dons de M. Guy Sourin)

 
Portrait de Léon Bourgeois (Musée Schiller et Goethe à Châlons)

 10 décembre 1920  

Léon Bourgeois reçoit le Prix Nobel de la Paix

Si un Châlonnais recevait aujourd’hui le prix Nobel de la Paix, tous les médias du monde convergeraient sur Châlons-en-Champagne et la presse locale consacrerait à l’événement cinq colonnes à la une. Le Petit Catalaunien Illustré est allé rechercher comment le journal de Léon Bourgeois, l’Union Républicaine, avait annoncé l’événement. Que la nouvelle n’ait pas fait les gros titres et ne figure qu’en page intérieure n’a rien d’étonnant : la presse de l’époque ne donnait pas comme aujourd’hui dans le sensationnel et la cérémonie des Nobel n’avait pas encore acquis la notoriété qu’elle a aujourd’hui. L’information n’en est que plus intéressante.


Statue en bronze de Léon Bourgeois due au sculpteur Horace Daillon, érigée en 1933 rue Juliette Récamier(*), abattue et fondue par les Allemands en 1942. Son socle de pierre a été démoli en 1969 pour créer un parking et déposé au V 120 de l’hôpital. Ce socle attend d’être reconstitué et redressé sur un autre site pour recevoir une nouvelle statue de Léon Bourgeois. Quand ?
(*) son érection était initialement prévue place de la République, à la place de la fontaine qui s'élevait devant "Le Renard".

Pour continuer votre visite des "Châlonnais célèbres",
cliquez sur une des pages alphabétiques suivantes

  A à Ba
 Be à Dé

 Di à L

 M à O

 P à R

 S à Z

 
© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés