Retrouvez sur ces pages toutes les notices des livres mentionnés dans la rubrique "A lire" du Petit Catalaunien Illustré.

Venez découvrir la Catalaunie
son histoire bimillénaireles Châlonnais célèbresson patrimoine

à lire sur la Catalaunie

Les notices sur :

Les notices publiées en :

Le patrimoine

la culture

1999 - 2000

2001 - 2002

2003 - 2004

2005 - 2006

l'histoire

découverte

2007 - 2008-2009

2010-2011

2012-2013

2014 - 2015

2016  2020

Les livres publiés par les éditions du Petit Catalaunien Illustré

 

n° 106 -  printemps 2019


Études marnaises - tome CXXXIII - année 2018.
Des nécropoles celtiques de Troissy et de Mareuil-le-Port par Jean-Jacques Charpy aux biographie et bibliographie de Jean-Paul Barbier par Bruno Malthet et Dominique Tronquoy, cette nouvelle édition des Études Marnaises de la SACSAM est égale aux précédentes, mêlant érudition et diversité avec :
- Les seigneurs et château de Sainte-Menehould par Jackie Lusse ;

 
- Le trésor monétaire de la seconde moitié du XVIe s. de Saint-Etienne-au-Temple par Christophe Adam ;- Philippe Valentin Bertin du Rochelet (1693-1762) lieutenant-criminel, négociant en vins, etc, par Francis Leroy ;
- Les relations de Frère Luc et Jean Talon par Sabine et Bruno Bourg-Broc ;
- Antoine Chezy (1718-1798), un Châlonnais premier major de la toute nouvelle École royale des Ponts et Chaussées, par Jean-Marie Dérouard ;
- Hommes et loups dans la Marne, 2e partie, par Michel Chossenot, Guy Venault et Dominique Tronquoy ;
Un gadzart aéorostier - 1914-1918, par Sylvette Guilbert ;
- Chemins de fer, supports de guerre en 1915 par Fernand Maillot ;
- L’engagement des femmes marnaises dans la Résistance par Elisabeth Lecuyer-Glasser ;
- Châlons, crénom de noms ! par Bruno Malthet.
Édité par la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, 2018, 382 pages, 34 €

 

Cathédrale Saint-Etienne - La rose et les vitraux de la façade nord, par Jacques Wersinger. La cathédrale Saint-Etienne de Châlons, dont les parties les plus anciennes remontent au début du XIIe siècle, date pour la majeure partie du XIIIe siècle. L’édifice, parfois méconnu, recèle des éléments de belle qualité, qui font régulièrement l’objet de publications dans le bulletin des Amis de la Cathédrale. Le réseau et la vitrerie de la façade nord méritent une attention particulière. Si leur originalité a été maintes fois relevée, nous ne disposions d’aucune étude approfondie quant au sens des scènes représentées. Ce livre permettra de mieux comprendre la logique et les convictions des concepteurs de la cathédrale Saint-Etienne.
Edité par les Amis de la Cathédrale de Châlons-en-Champagne, 2018, 124 pages, 13,50 €

Auto-édition, 2018, 198 pages, 30€
Les souterrains de la Marne - un patrimoine exceptionnel, de Jean-Paul Batteux. Le département de la Marne regorge de nombreuses cavités souterraines. Cet ouvrage nous emmène dans un univers souvent mal connu, étrange, laissant rêver et fabuler. Il a pour but de nous faire découvrir ce monde souterrain difficilement visitable où les accès sont privés et le plus souvent gardés secrets, certains sont même très dangereux compte tenu de leur vétusté. Deux grandes familles de cavités sont présentes sur le département, la première comprend les cavités naturelles, la seconde les cavités anthropiques (réalisées par la main de l’homme), comme les crayères de Reims, Epernay et Châlons .

 

 

n° 105 - hiver 2018-2019


 

« Petite Histoire de Champagne des origines au début du XXe siècle » de René Crozet. Largement étalées de la Brie à la Lorraine et de la Picardie à la Bourgogne, les plaines champenoises présentent une incontestable unité. Partout où elle s’étend en surface et en profondeur, la craie champenoise détermine des aspects originaux qui se reproduisent sur de vastes espaces. Mais la Champagne historique présente une bien plus grande diversité. Là, les sociétés humaines se sont développées dans des cadres qui concordent mal avec les limites naturelles.

 

Domaines imprécis des civilisations préhistoriques et des peuplades gauloises, provinces romaines, royaumes barbares, comté de Champagne et domaines ecclésiastiques de Reims, Châlons et Langres, intendances et gouvernements des temps modernes, départements des temps contemporains, se sont superposés, créant un enchevêtrement de limites déconcertant au premier abord. Mais, en dépit de cette confusion apparente la notion d’une Champagne historique s’impose. Elle résulte tout d’abord de l’existence d’une forte organisation féodale, le comté de Champagne. Il a perdu, plus tôt que d’autres, son existence autonome pour se fondre dans l’unité française identifiée avec le domaine royal. D’autre part, la notion d’une Champagne historique repose également sur un caractère essentiel que nous retrouverons à travers les principaux épisodes de l’histoire de la province. Ce caractère s’exprime en un seul mot : carrefour. La Champagne occupe, en effet, un croisement de routes traditionnelles dont la fréquentation est aussi ancienne que les plus précoces développements de la civilisation humaine (extrait de l’Avant-propos, édition de 1933).
Editions des Régionalismes, Arremouludas, réédition, 2018, 19,95 €

 

n° 104 - automne 2018

Louis XVI, le prisonnier de Varennes, par Jacques Hussenet, préface de Michel Bur, membre de l’Institut. Pourquoi un livre supplémentaire sur Varennes ? Parce qu’il s’agit d’un événement plus célèbre que réellement connu, plus interprété qu’étudié, bref parce que le sujet recèle encore de l’inédit. Sait-on, par exemple, que la tentative de Louis XVI a échoué de très peu et que quatre habitants de Varennes – et non un seul – avaient croisé le roi dans un passé récent ? Sait-on aussi que l’échec de Varennes ne préfigurait pas obligatoirement la chute de la monarchie et que la Constitution de septembre 1791 était viable ? Poser les bonnes questions sur la fuite à Varennes et tenter d’y répondre avec rigueur et honnêteté, ce défi, Jacques Hussenet l’a réalisé en écrivant cet ouvrage auquel il mettait la dernière main quand il est mort subitement en mars dernier, à l’âge de soixante-treize ans. Voici ce qu’il disait de ses recherches : « Écrire sur l’événement de Varennes revient à aborder un épisode historique à rebondissements, celui de la fuite d’un roi, de son arrestation et de son retour humiliant au point de départ. J’ai choisi d’en faire un récit méthodique, en évitant deux écueils : l’histoire romancée, assemblage d’anecdotes et de scènes théâtrales, et le livre à thèse, bâti sur des dogmes ou de pseudo-complots. Au fur et à mesure de mes investigations, j’ai été amené à

 modifier  la connaissance qu’on en avait, après avoir exploité des sources et des études négligées ou ignorées, en plus des archives et des livres connus de tous. Si la trame générale reste inchangée, bon nombre de ses péripéties et de ses modalités s’éclairent différemment, qu’il s’agisse du projet d’évasion, de la sortie de Paris, des circonstances de l’arrestation, de la nuit de Varennes et du contexte du retour ». Éditions Terres d’Argonne, Tour Louis XVI – 55270 Varennes-en-Argonne – couriel : terres-d-argonne@neuf.fr - 520 pages, illustrations, format A4, 45 €.

14-18 : La Terre et le Feu - Géologie et géologues sur le front occidental
L’Association des Géologues du Bassin de Paris (AGBP), le Comité Français d’Histoire de la Géologie (COFRHIGEO) et la Société Géologique du Nord (SGN) ont réalisé un ouvrage consacré aux interactions entre la géologie et les opérations militaires. La stratégie des belligérants a été marquée dès le début de la guerre par le rôle de la géomorphologie. Les auréoles concentriques du Bassin parisien, avec leurs escarpements de côtes face à l’est et défendus par les fortifications du système Séré de Rivières constituaient l’imprenable « forteresse France » que les Allemands ont dû contourner par la Belgique.
 La nature des roches a défini les conditions dans lesquelles les soldats ont creusé tranchées et galeries de mines, et l’aptitude à la circulation des troupes et des équipements lourds, notamment les chars. Les carrières souterraines des régions calcaires ont offert des abris aux combattants. La guerre de mines a été influencée, comme les autres travaux du génie, par la distribution, l’épaisseur et la structure des roches, leurs caractéristiques physiques et la présence d’eaux souterraines. Cet ouvrage de plus de 450 pages, richement illustré en quadrichromie (cartes, dessins, photographies) paraîtra à l’automne 2018 au prix de 38 € (plus frais d’emballage et d’expédition). La souscription est prolongée jusqu’au 30/11/2018 au prix de 28 €. Association des Géologues du Bassin de Paris, Tour 56 E5, 4 Place Jussieu 75 252 Paris cedex 05 - association.agbp@gmail.com

 

 

 

 

 

n° 103 - été 2018

Mon grand-père de papier, de Claude Muguet, retrace la vie d’Henri Delbrouck, le grand-père de Raphaël, l’un des personnages de son premier roman «D’amour et de silences». Ce récit traverse le temps et l’espace : de 1873 à 1957, il nous mène des Ardennes à Paris, de Bretagne en Bavière et dans le Lot-et-Garonne. Il nous plonge dans la vie des campagnes : les scènes bucoliques des moissons et des fenaisons ne suffisent pas à estomper l’âpreté et la rudesse des caractères ... Mais qui était vraiment Henri Delbrouck ? L’auteur nous livre un homme contrasté, torturé et, avec sa part d’ombre, ce qui le rend d’autant plus authentique. La dimension inspirée de son histoire familiale permet d’instaurer un climat également plus intimiste et sensible. Il met en scène une belle tranche de vie qui nous touche.

L’auteur réussit aussi à nous faire découvrir une autre facette de la Grande Guerre des civils en présentant des faits rarement abordés. Editions Amalthée, parution en août 2018, 16 €, sur commande auprès de l’éditeur avant parution, puis disponible en librairie.


Des bris de vers cent et avec aphorismes, de Pierre Devarenne. Empruntant la force à la concision, l’intrigue au paradoxe, la vivacité à l’éclair, l’aphorisme séduit à une époque où tout est questionnement, rien n’est certitude, mais où aussi le temps de la réflexion semble nous échapper. Il s’impose à nous par surprise et lorsqu’il s’invite, sa brièveté empêche de le chasser au prétexte que le temps nous manque. Pour son huitième ouvrage, Pierre Devarenne, poète châlonnais, nous offre une gerbe de cent aphorismes. Merveilleusement illustrés par le poète manceau Pierre Besson, chacun d’eux nous interpelle sur la vie avec les armes de la concision et de l’humour. Editions Persées, 2018, 120 p, 12,70 €
 
Focus Chemins de Compostelle. Notre-Dame-en-Vaux et Notre-Dame de l’Epine bénéficient du label «Patrimoine mondial de l’UNESCO». Ce focus nous fait découvrir l’histoire du pélerinage de Saint-Jacques.
Focus édité par le Service animation du Patrimoine de la ville de Châlons, 2018, 16 p, gratuit.
Focus Patrimoine religieux. De l’église Saint-Jean (XIIe s.) à la mosquée Nour-El-Islam (XXe s.), le patrimoine religieux est un témoignage précieux de l’évolution de l’architecture au cours des siècles. Ce focus nous fait découvrir les églises, le temple, la synagogue et la mosquée qui, sur les deux rives de la Marne, forment ce patrimoine. Focus édité par le Service animation du Patrimoine de la ville de Châlons, 2018, 24 p, gratuit.

 
«Année 451, la victoire de l’occident, chronique historique» par Alain Di Rocco. L’histoire contée dans ce livre retrace les événements de la bataille des champs catalauniques de l’an 451, opposant Attila à la tête de ses terrifiantes hordes hunniques aux populations du pays gallo-romain. Ce conflit se déroula en Gaule, partie intégrante de l’Empire romain alors agonisant. Pour la première fois de son histoire, elle vit combattre côte à côte sur ses terres de nouveaux peuples - francs, burgondes, wisigoths, sarmates - auprès de ses chers fils gaulois. Cette bataille sauva la Gaule, unissant des peuples de cultures différentes mais tous avec la volonté de défendre leur territoire : la future France. Editions Beaurepaire, 2018, 139 p, 18,00 €

 

n° 101 :   hiver 2017-2018

Les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons L’histoire du nom des villes se résume généralement à deux ou trois lignes. Celle de Châlons constitue une exception et se compose de deux grandes périodes s’échelonnant sur 2000 ans.

Ce numéro hors-série, abondamment illustré, sort à point nommé pour célébrer le 20e anniversaire de ce retour rendu possible par le voeu formé le 20 octobre 1977 par Roger Canard en Conseil municipal.
 De Catalaunum à Châlons : cette histoire commence au début de l’empire romain pour se terminer sous la Restauration. A cette époque, le nom officiel de la ville depuis 1801, Châlons, finit par l’emporter sur son nom médiéval, Chaalons. En tant que de besoin, il s’emploie alors avec son déterminant géographique, «sur Marne», lequel a progressivement remplacé au XVIIIe siècle l’usage médiéval «en Champagne».


De Châlons-sur-Marne à Châlons-en-Champagne : Châlons ne devient officiellement Châlons-sur-Marne que le 1er janvier 1878 et le restera 120 ans. Le 3 janvier 1998, en effet, parait le décret du 26 décembre 1997 autorisant la ville à reprendre son nom historique de Châlons-en-Champagne.

Hors-série du Petit Catalaunien Illustré, 2017, 104 ages, 25 €

page de présentation : suivre ce lien
 

Etudes Marnaises publiées par la SACSAM. Le tome CXXXII, année 2017, vient de paraître et est égal à ses aînés. L’aigle sommital en bronze doré qui illustre sa couverture est celui de « La colonne de Montmirail – Marchais-en-Brie ». Il invite le lecteur à réfléchir sur le rôle de « l’architecture comme œuvre de propagande des pouvoirs de la royauté et de l’Empire au XIXe siècle ». Le patrimoine tient une place particulière dans ce volume avec une « Nouvelle archive de Baye – le carnet de fouilles de Vert-la-Gravelle Charmont », « L’ancienne façade du XIIe siècle de la cathédrale de Châlons-en-Champagne », « Les monnaies féodales champenoises du musée des Beaux-Arts de Reims » ou encore « Une épure d’architecture inédite dans l’église de Somsois »L’histoire n’est pas en reste avec la première partie de celle des « Loups dans la Marne », avant la Révolution. Elle essaie de répondre à une question : « Si Nicolas Appert n’avait pas été Champenois, aurait-il inventé son procédé de conservation ? »,
  avant de se pencher sur « Une brève histoire de la vermicellerie Marchal à Saint-Memmie », « Epernay (Marne) une ville de l’arrière-front », puis de conclure sur « Gustave Laurent, un historien rémois (1876-1949) ». 2017, SACSAM, 288 pages, 34 €. Disponible auprès de la SACSAM, 13 rue Pasteur, Châlons-en-Champagne.
69 Gainsbourg de Lolita Roger. Cet ouvrage est un hymne à l’amour que porte Lolita à Serge Gainsbourg, disparu le 2 mars 1991, dont 69 de ses chansons (c)hantent ces pages. Lolita, son truc, c’est le dessin d’art qui vient illustrer les plus grands titres de la discographie du chanteur. Chaque illustration est l’occasion unique de s’encanailler les rétines. Un petit texte l’accompagne, plein de poésie, histoire de plonger le lecteur dans l’univers musical de l’artiste et de faire resurgir les mélodies de cette «muse divine» au fur et à mesure que l’on tourne les pages. « 69 Gainsbourg » a d’abord été une exposition itinérante avant de devenir un livre « tout en rouge, noir et blanc ». Le noir de l’anarchie, de la mélancolie, s’associe au rouge de l’amour, de la passion, de la colère, et au blanc de la pureté… Certaines chansons ont été plus difficiles à dessiner que d’autres, comme «L’ami caouette», mais le résultat est là. Ces 69 chansons de Serge Gainsbourg illustrées et plus ou moins sages sont réunies dans ce livre. 2016, non paginé, prix public : 49 €. Disponible à la librairie du Mau à Châlons et auprès de l’auteur : lecrayondelola@gmail.com

n° 100 :   automne 2017

« Châlons et les Châlonnais dans la Grande Guerre ». Publié dans la collection « Histoire d’une ville » par le service des Archives municipales et Documentation de la ville de Châlons-en-Champagne, cet ouvrage est abondamment illustré de photos, d’affiches et de documents d’archives. Il reprend la thématique de l’exposition réalisée en 2014 dans les locaux de la bibliothèque en faisant revivre le devoir de mémoire. Ville de Châlons-en-Champagne, 2014, 68 pages, 3 €. Disponible dans les bibliothèques municipales.



 
« 14-18 la vie continue ». Egalement publié dans la collection « Histoire d’une ville » par le service des Archives municipales et Documentation de la ville de Châlons-en-Champagne, cet ouvrage est le fruit du travail collectif du Conseil des Sages. Il prolonge le précédent et nous fait découvrir, sous d’autres angles, la vie quotidienne durant la Grande Guerre à Châlons, devenue capitale du front et un vaste hôpital militaire. Ville de Châlons-en-Champagne, 2016, 52 pages, 3 €. Disponible dans les bibliothèques municipales.
   

n° 99 :   été 2017

« Les champs catalauniques – 1er - 2 septembre 451 Attila vaincu devant Troyes » par Fabrice Delaître.

L’auteur ne se contente pas de remettre en cause le lieu de cette bataille, qu’il situe près de Montgueux, à une quinzaine de kilomètre de Troyes. Il en revoit également la date, que l’histoire officielle fixe au 21 juin 451.

Les surprenantes conclusions de ce colonel en retraite, administrateur du souvenir français et conférencier, prennent à contre-pied les théories élaborées jusqu’ici qu’il juge « farfelues ». Il se lance là dans ce que Maenshen-Helfen appelait le « passe-temps favori d’historiens locaux et de colonels en retraite » pour trouver la clé de cette énigme. Ce faisant, l’auteur ajoute du trouble au trouble et a pris le risque de se voir renvoyer à la chute de l’encadré de la quatrième de couverture de son ouvrage, à savoir que « tout cela au final s’avère peu convaincant, sauf à y ajouter de la logique et du bon sens...»
Historic’one Editions, 2016, 88 pages, 20 €.

 

« Les grands événements de la Marne de 1900 à nos jours» de Bruno Dehaye.

 De Reims à Châlons, d’Epernay à Vitry-le-François, c’est à cheval, en voiture, en avion, et même à bicyclette, que le lecteur est invité à parcourir ce siècle, à découvrir des personnages passionnants, des faits dramatiques, des aventures inoubliables. C’est dans ce département que les avions et hélicoptères prirent leur envol, que les guerres se firent les plus cruelles,

que les sportifs engrangèrent les plus beaux records, que les moments de la paix devinrent inoubliables...
De Borée, 2017, 336 pages, 21 €.

n° 97 :  hiver 2016-2017


Etudes marnaises, tome CXXXI, année 2016. Le 131e volume de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne s’inscrit dans la tradition érudite de ses prédécesseurs. Histoire et patrimoine se partagent le volume avec 10 sujets amenant le lecteur depuis la Villeneuve à la Neuville-au-Pont jusque sur les pas de Yolande Berthelot de Baye, une française légionnaire, en passant par les anciennes flèches de la cathédrale de Châlons-en-Champagne ou encore le petit séminaire et la caserne Duterte à Saint-Memmie. SACSAM, 2016, 352 pages, 34 €
 
1991-2016 : Histoire d’une grande aventure. Ce numéro hors-série retrace les 25 ans de l’association Nouvelle Catalaunie et du Petit Catalaunien Illustré. Il permet de (re)découvrir les actions qu’elle a menées au service de la Catalaunie, de son histoire, de son patrimoine et de son environnement. Ce bilan est illustré de nombreux extraits d’articles publiés dans le Petit Catalaunien Illustré. Hors-série, novembre 2016, 60 pages, 13,50 €
 
En flânant dans Châlons. Ces cinq récits inédits de Roger Canard nous invitent à suivre les pas d’un narrateur hors pair et à flâner dans les rues de Châlons pour y découvrir l’histoire de leur patrimoine.
- Un petit tour ban Saint-Pierre
- Place du Marché au blé
- Le quartier des Augustins
- La rue de l’Autre Monde (aujourd’hui - rue Titon)
- Rue Lochet et ses alentours
Hors-série, novembre 2016, 60 pages, 13,50 €

n° 96 :  automne 2016


« Cabu s’est échappé ! » ou «1000 dessins pour les échappées de Charlie Hebdo, 1969 - 2015 » par Cabu (dessinateur) et Bertrand Delanoë (préface). Chaque semaine, les dessinateurs de Charlie Hebdo consacrent la journée du lundi à la réalisation et au choix du dessin qui sera ensuite mis en « une » du journal. Pendant des années, tous les lundis, Cabu a été présent à la table de la salle de rédaction.
 Quand un de ses dessins était choisi, il sortait ses ciseaux, son tube de colle, coupait, collait, recoupait et recollait pour ajuster le dessin original au format de la « une ». Et pour ceux qui n’avaient pas été sélectionnés, la tradition voulait qu’ils soient publiés dans la rubrique « Les couvertures auxquelles vous avez échappé ». Des « échappées », Cabu en a réalisé des quantités prodigieuses. Beaucoup ont fait la couverture de Charlie Hebdo, certaines ont été publiées dans les pages intérieures du journal, d’autres sont retournées dans ses archives à l’abri des regards. À travers un millier de dessins originaux puisés dans ses archives, Cabu s’est échappé ! retrace plus de 45 ans d’histoire et donne la mesure de l’imagination, des convictions et de l’humour de Cabu. 2016, Charlie-Hebdo, 39 €.
« Je vous déTEXte », dessins de presse 2015-2016 de Tex. Postface de Raynald Joseph. Bien connu des lecteurs du Petit Catalaunien Illustré, autodidacte, Tex vit le dessin comme le sport son autre passion, comme un plaisir et non une obligation. L’actualité est sa source d’inspiration, qu’elle soit d’ordre publique ou privée, et il la croque à sa manière, dans un style dessin de presse. Dessin de presse qui peut vite devenir dessin de stress pour certaines personnes tombées sous son coup de crayon et se «sentant égratignées» au passage.
Se sentant, car ses dessins ne contiennent aucune animosité personnelle, ils sont juste le reflet d’un coup de gueule, d’un trait d’humour ou d’une idée chère à son coeur ou à ses convictions. Bien connu dans son giron marnais pour ses publications dans les journaux locaux ou pour ses participations à différentes manifestations (foire de Châlons, expos à Vitry le François....), il a eu également le plaisir de mettre son coup de crayon à l’oeuvre dans plusieurs jeux télévisés comme «dessinez c’est gagné».
 

Généreux et créatif, son talent s’exprime également dans la production de nombreuses affiches (Intervilles, campagne anti pollution pour la ville de Châlons...), cartes d’invitation ou événementielles. Au travers de ses dessins, Tex manie l’humour, grinçant ou non, touchant ainsi tous les publics, petits et grands. Alors entrez dans son univers Textraordinaire, et devenez tous ainsi des Texagenaires, l’humour n’ayant pas d’âge. 2016, édité à compte d’auteur, 7 €. Envoi postal : ajoutez 3 € et adressez votre règlement à l’ordre de Joël Villers à l’association Nouvelle Catalaunie qui fera suivre.

« Douces rebellitudes » de Lolita, préface de Corbier. Lolita serait-elle la fille spirituelle de Cabu ? Seule certitude : on la croirait sortie tout droit d’un de ses dessins ! Elle en a la fraîcheur, le charme et ce petit-on-ne-sait-quoi qui fleure bon le génie de l’artiste.
 Car du génie, Lolita en a à foison lorsque ses crayons dansent sur les pages de son ouvrage et y laissent ses « douces rebellitudes » pour nous faire découvrir un « univers blindé de douceur mais pas moins nuancé d’un noir un tantinet rebelle ». Pour Corbier, qui se veut « poète anthume et guitarimeur », « quand Lolita dessine, [...] Renaud à l’air en bonne santé… Cabu fait vivant… Wolinski tout autant et les petites gonzesses qui tortillent des fesses sous le maillot ne mâchent pas leurs mots ! C’est bien simple, dans les dessins de Lolita la vie cavale et va de page en page pour le plaisir des minots, des madones et des vieux beaux ! » 2016, studio FGH, 10 €. Pour commander, rendez-vous sur le blog EGOSCOPIC ou contactez Lolita par courriel : lecrayondelolita@gmail.com
« Tablettes historiques de Châlons-sur-Marne » de Pierre Michel Barbat. Publié en 1879 par Pierre-Louis Barbat, cet ouvrage propose un abrégé de l’ouvrage de son père, Louis Barbat, Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments, paru en 1855. Destiné à un plus vaste public, il le prolonge jusqu’en 1879 par petites touches anecdotiques où on apprend, entre autres, que la vente des derniers arbres du Jard et du cours d’Ormesson a lieu le 28 février 1871, l’évacuation de Châlons par les troupes allemandes le 8 novembre 1872 et l’abatage des arbres formant la promenade des Mariniers en mars 1877. « Arrivé à la fin de [sa] tâche », l’auteur confesse que « il doit y avoir certainement quelques lacunes, mais [il compte] sur des lecteurs indulgents ; si ce petit livre intéresse notre population toujours avide de connaître ce qui s’est passé dans nos murs, notre but sera rempli ».
 L’ouvrage est illustré de nombreuses illustrations, dont celle de la couverture représentant la porte Marne, dite L’hémicycle », avec ses pavillons et sa grille. Réédition 2016, collection des « Monographies des villes et villages de France », édition Le Livre d’histoire, 2016, 204 pages, 33 € TTC.

n° 95 :  été 2016

« Cabu de Châlons », signé Fabrice Minuel, retrace le parcours étonnant de Jean Cabut, le petit gars de Châlons précocement diagnostiqué allergique à l’école et à l’église, mais talentueux en dessin et caricature. Ce livre n’est pas une biographie ordinaire, c’est un hommage de tous les Châlonnais – de Georges, son ami d’enfance et complice de ses plus grands canulars, à tous ceux ayant croisé et aimé Cabu, l’enfant du pays – pour que personne n’oublie l’un des défenseurs de la liberté d’expression lâchement assassiné lors de l’attentat de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. Chaque chapitre est introduit par une parole de Châlonnais, comme celle-ci, d’Angélique Henry : «Cabu était comme son père, très simple, très humain, toujours joyeux. Et il mettait tout le monde sur le même piédestal ». Même s’il y manque les caricatures que Cabu avait faites de ces témoins de sa vie châlonnaise, sa famille n’ayant pas donné son accord pour leur publication, ce livre est incontournable pour tous les orphelins du plus Châlonnais des

Parisiens, père du grand Duduche et du beauf, entre autres, des personnages issus du terroir châlonnais. Son auteur, Fabrice Minuel, est journaliste, ancien de l’Union où il a publié de nombreux article suite à ses rencontres régulières avec le caricaturiste dont il était proche. Un deuxième tirage de cet ouvrage est actuellement disponible. Publié à compte d’auteur, disponible en librairie, avril 2016, 136 pages, 15 €.

15 ans d’acquisitions des musées de Châlons-en-Champagne, collectif d’auteurs. Cet ouvrage constitue une étude des acquisitions des musées de Châlons-en-Champagne depuis les années 2000. Il montre ces œuvres qui font toute la richesse des collections dont une grande partie n’est pas visible, faute de place dans les salles d’exposition. Il met en lumière la façon dont le bien a été acquis, que ce soit à titre onéreux ou à titre gratuit, avec, le cas échéant, l’aide de l’Etat et de la Région. Au total, ce sont pas moins de 32 œuvres qui sont présentées, depuis cette  épée du Xe siècle entrée dans les collections en 2001 par donation reçue par Jean-Pierre Ravaux, alors conservateur musées, jusqu’au Ecce Homo de Simon de Chaalons, acheté en 2015 chez Christie’s Londres, en passant par une terre cuite de Gustave Navlet, datée de 1887, acquise auprès d’un particulier en 2011 et représentant le projet de fronton du musée municipal de Châlons. Parmi les donateurs figure en bonne place la Société des Amis des Musées avec 7 oeuvres figurant dans cet ouvrage. Il met judicieusement en relation les acquisitions présentées avec d’autres pièces des collections qu’elles viennent enrichir. Si, comme le dit l’adage, un musée qui ne s’enrichit pas est un musée qui meurt, alors cet ouvrage démontre, si besoin est, la vitalité que, depuis 15 ans, les conservateurs successifs du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons (Jean-Pierre Ravaux, Philippe Pagnotta et Virginia Verardi) ont développé pour l’enrichir. Sans mention d’éditeur, disponible dans les musées de Châlons ; février 2016, 144 pages, 20 €.
Guide de visite du Cloître de Notre-Dame-en-Vaux, texte de Claude Lafauche, publié sous la direction de Virginia Verardi, conservatrice des musées de Châlons-en-Champagne. Ce guide est le fruit d’un long travail réalisé par Claude Lafauche, longtemps en charge de ce musée où il a été présent dès les premières heures. Il s’est chargé de le faire vivre, avec son épouse Michèle, jusqu’à leurs départs à la retraite. Ce cloître, redécouvert par Léon Pressouyre dans les années 1960, est un ensemble exceptionnel du XIIe siècle et unique en son genre. Les milliers de fragments sculptés, représentant eviron 80% du monument, ont constitué un immense puzzle qui, au final, a fait renaître 60 staues-colonnes et plus de 50 chapiteaux historiés. Musée d’Etat, puis municipal depuis 2007, Cloître, bien que trop méconnu de nos contemporains, a acquis une renommée internationale. Un 1er guide, aujourd’hui introuvable, a le  édité en 1980 par Sylvia et Léon Pressouyre. Ce nouveau guide, truffé d’anecdotes, est solidement commenté et abondamment illustré. De quoi rendre la visite encore plus riche et plus belle. Sans mention d’éditeur, disponible dans les musées de Châlons ; février 2016, 72 pages, 10 €.

n° 94 : printemps 2016

Vignoble de Champagne de Roland Irolla. Cet ouvrage d’art dessiné et peint par l’artiste se compose de 150 aquarelles, peintures, pastels, dessins, compositions diverses, montrant des lieux pittoresques, des sites connus, des coteaux, des panoramas, des paysages, des caves, des villages, des églises et divers trésors peu connus ou parfois ignorés.
Il est consacré au prestigieux et célèbre vignoble de Champagne, un lieu unique qui mérite d’être mis en valeur et montré sous son aspect le plus noble, le plus pittoresque et le plus intéressant.
On y découvre les paysages variés avec la grande diversité des vignes et des coteaux toujours remarquablement alignés, les vastes panoramas tels ceux dominant la Vallée de la Marne et les multiples facettes de sites exceptionnels. La magie de la couleur enrichit et met en valeur chaque détail et rehausse la beauté de ces vues souvent surprenantes. Ecoutons Roland Irolla : « Conquis par la richesse de ces lieux, j’ai voulu laisser un témoignage de cette beauté, séduit par les petits villages aperçus au détour d’une route, avec leurs clochers et leurs maisons dominant les vignes. Le livre dévoile également certains trésors parfois ignorés ou des curiosités régionales, des scènes de vendanges avec d’autres détails concernant la production de ce prodigieux breuvage. Le Monde entier célèbre et admire cet incomparable nectar et il est rare qu’un grand événement ne soit pas fêté en triquant avec une flûte de Champagne. Il me paraissait donc important de mettre à l’honneur ces lieux où naît ce produit renommé et tellement apprécié. Je le fais découvrir avec ma vision artistique personnelle et ma propre sensibilité. L’utilisation de la couleur, apporte la lumière, le relief et l’éclat à ce légendaire et incomparable VIGNOBLE de CHAMPAGNE. »
2016, 160 p. A commander à l’auteur (13 rue Henri de Latouche 79000 Niort). Livraison fin avril 2016. 2 séries sont encore disponibles : série spéciale numérotée de 121 à 300 avec DVD retraçant la carrière de l’artiste : 75 € ; série normale non numérotée et sans DVD : 50 €. Participation aux frais d’envoi : 10 €.

 

 

 

 
 
 
 

© 2016 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés