Laissez vous guider vers les combats menés par l'association Nouvelle Catalaunie pour protéger le patrimoine de Châlons et de la Catalaunie. Cliquez sur un des sujets ci-dessous.
(NB : d'autres pages sont consacrées au patrimoine).

Agir pour une nouvelle Catalaunie
développement durablevie associativecitoyenneté et droits de l'homme
 Porte Sainte-Croix Ruelle de Nau La protection  du patrimoine 
Caves médiévales CHV : surélévation

La Porte sainte-Croix

CHV : inauguration Le PLU de 2006
Foch : M° Kanter St. Jeanne d'Arc
Château de Coolus Maison des oeuvres
Ste Pudentienne ZPPAUP
Abbaye Toussaints Haute-Mère-Dieu
 

La Porte Sainte-Croix
est sauvée et restera comme ça :

(combat mené en 2001)

Le sauvetage : article paru dans le n° 36 du Petit Catalaunien Illustré
Au fil du Non : article paru dans le n° 36 du Petit Catalaunien Illustré

Les archives du massacre

 La contre consultation des associations
 extrait d'une lettre de l'association Nouvelle Catalaunie pour arrêter le massacre
Le conseil municipal du 10 mai 2001
 Le tract diffusé aux élus
L'action des internautes 
Les projets présentés
La porte Sainte-Croix ne sera pas décorée.
Une sage décision qui nous satisfait pleinement.
articles parus dans le n° 36 du Petit Catalaunien Illustré (automne 2001)

Le “ jury ” devant se prononcer sur le sort de la porte Sainte-Croix s’est réuni le 28 juin. Chacun de ses membres avait en main le dernier Petit Catalaunien Illustré qui consacrait tout un dossier à ce sujet. Quel poids pesa-t-il dans la décision finale prise par M. le Député-Maire de retirer son projet de décoration ? Nous ne le saurons sans doute jamais et ce n’est pas l’essentiel.

L’histoire retiendra sans doute que ce retrait est une sage décision où la raison l’a emporté sur toute autre considération. Une décision qui nous satisfait pleinement.

Le jury, et M. Bourg Broc avec lui, a compris qu’il ne servait à rien de vouloir incorporer une œuvre contemporaine dans un monument historique si cette œuvre n’était pas incontestable. Il a sans doute aussi reconnu, comme nous l’écrivions, que la porte Sainte-Croix était un monument achevé dont la face nue avait une grande qualité esthétique ne justifiant pas qu’on la masque.

Pour autant, nous souhaitons profondément que ce retrait ne soit pas un point final à ce dossier. Nous nous en sommes de nouveau ouverts auprès de M. Bourg Broc lors de l’inauguration du forum des associations. Son idée de départ était bonne et il nous parait nécessaire d’y revenir, quitte à la redéfinir : créer une œuvre d’art pour marquer le passage dans le troisième millénaire. Mais chat échaudé craint l’eau froide et M. Bourg Broc n’était pas alors disposé à la reprendre à son compte.

Mais ce n’est que partie remise et nous y reviendrons, d’autant qu’en la matière, les idées ne manquent pas.

Au fil du Non

Le journal municipal “ Au fil du Mau ”, dans sa nouvelle formule tabloïd mensuelle, se fait l’écho de la consultation organisée et de son résultat de façon bien édulcorée.

Sur 538 personnes ayant participé à la consultation, 274 se seraient déclarées favorables à ce que la porte soit décorée, soit 51%. Un score qui sauve l’honneur d’une consultation que les sondages réguliers effectués dans la corbeille recueillant les avis donnaient largement défavorable.

Un score qui surtout ne tient aucun compte de la pétition déposée par l’association Nouvelle Catalaunie et les Amis du Vieux Châlons avec quelques 261 signatures recueillies. Ni des courriers électroniques adressés à la ville de Châlons par les internautes qui ont répondu à l’appel des deux associations de défense du patrimoine.

Mais sans doute cette pétition fut-elle un épiphénomène sans intérêt et sans réelles conséquences sur la suite des événements, à moins encore qu’elle n’ai jamais existé, puisque le journal municipal n’y fait même pas allusion.

articles extraits du Petit Catalaunien lllustré, n° 36, automne 2001

Les archives du massacre

La contre-consultation des associations
Pour soutenir l’action des associations Nouvelle Catalaunie et des Amis du Vieux Châlons, participez à la consultation engagée par la ville de Châlons-en-Champagne en lui envoyant un Mel reproduisant le texte ci-après et en invitant tous vos amis internautes à en faire autant :

 Monsieur le Député-Maire,

J'ai pris connaissance de votre consultation sur ce que vous appelez pudiquement la "décoration" de la Porte Sainte-Croix.

A la question posée :
« Que pensez-vous des projets de décoration de la façade nord de la porte Sainte-Croix ? »,


Inutile de cliquer, le massacre est fini !

voici ma réponse : L’enfer du patrimoine châlonnais est malheureusement peuplé des « bonnes » intentions de nos élus. Souvenez-vous du massacre du quartier Saint-Dominique et de notre théâtre à l’italienne, la salle Barbat, dans les années 70. Regardez les blockhaus du CHV et du Centre Culturel qui défigurent l’ensemble architectural de Notre-Dame-en-Vaux et de l’Hôtel de Ville. Arrêtons le massacre.

A la question posée : « Quelles remarques vous suggèrent les quatorze projets d’artistes ? », voici ma réponse pour chacun des 14 projets :
Cette « œuvre » contemporaine n’a rien à faire sur la porte Sainte-Croix, monument emblématique de Châlons inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Elle constituerait une intolérable violation de la charte de Venise adoptée en 1964 par la France, charte qui s’impose à tous nos élus.

Aussi, après avoir pris connaissance de votre projet de « décoration » de la Porte Sainte-Croix, je soutiens l’action des associations Nouvelle Catalaunie et des Amis du Vieux Châlons et je vous demande en conséquence d’abandonner purement et simplement ce projet de nouveau massacre du patrimoine châlonnais.

le mel était à envoyer à : mairie@chalons-en-champagne.net  

Arrêtons le massacre !

Extrait d'une lettre de l'Association Nouvelle Catalaunie
publiée dans le n° 34 du Petit Catalaunien Illustré
à Monsieur Bruno Bourg-Broc
Député-Maire de Châlons-en-Champagne

Châlons, le 17 avril 2001
Monsieur le Député-Maire,


Les Châlonnais viennent de vous confier un deuxième mandat au cours duquel vous aurez à vous pencher de nouveau sur les dossiers patrimoniaux. Deux retiennent particulièrement notre attention : le blockhaus du centre culturel, qui était totalement absent de votre programme municipal, et la " décoration " de la porte Sainte-Croix, pour laquelle votre programme prévoit de consulter les Châlonnais par voie référendaire.
1) le centre culturel ...(cf Petit Catalaunien Illustré n°
34)
2) la porte Sainte-Croix
Vous avez en projet de faire graver la face intérieure de la Porte Sainte-Croix.
Si un tel dessein avait bien été prévu lors de la construction de l'édifice, seuls les carrés supérieurs ont été sculptés avec, à gauche, Minerve tenant le portrait de Marie-Antoinette et, à droite, Mars présentant celui du dauphin, le futur Louis XVI. Ils furent martelés à la Révolution. Par contre, les grandes tables inférieures sont toujours restées vides. A la fin du XIXème siècle, Pierre Bourdon, maire de 1884 à 1900, proposa bien à Gustave Navlet d'achever la porte en gravant sa face intérieure, sur le thème des arts de la paix, mais ce projet n'eut pas de suite.
Nous estimons qu'il doit en être de même pour votre projet de " décoration ", pour reprendre l'expression de votre programme municipal, de la porte Sainte-Croix.
Autant nous pourrions admettre qu'il soit procédé à une restauration des deux tables supérieures, autant nous ne comprenons pas que l'on puisse vouloir dépasser une simple restauration et aller totalement à l'encontre de la charte de Venise de 1964 qui, dans son article 9, précise que " La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s'arrête là où commence l'hypothèse".

Or, en la matière, les artistes, ou réputés tels, qui paraissent avoir planché sur ce dossier semblent avoir été au delà même des hypothèses, puisque certaines des oeuvres proposées et présentées dans la presse locale constituent des élucubrations mosaïcales !

La nudité de la face intérieure de la Porte Sainte-Croix n'a rien de choquante, bien au contraire. Elle contraste avec l'ouvrage externe. Loin d'être austère, son dépouillement nous appelle au calme et à la méditation en élevant sa majesté vers l'harmonie toute classique qui s'en dégage et qui caractérise les principaux monuments civils de la ville.
Il ne viendrait aujourd'hui à personne l'idée saugrenue de vouloir graver les pyramides d'Egypte au motif que leur nudité serait une atteinte à l'esthétisme du IIIème millénaire naissant. Ni de " restaurer " le tympan du portail de la cathédrale de Châlons en remplaçant la lapidation de saint Etienne par la représentation d'une scène contemporaine, ou encore de remplacer les statues du portail sud de Notre-Dame-en-Vaux par les idoles de music-hall qui marquèrent le XXème siècle.
Ou, si tel était le cas, vous diriez sans aucun doute qu'il s'agirait d'un crime contre le patrimoine, et vous auriez raison.
Mais comment croyez-vous donc que l'on qualifiera votre projet de graver la Porte Sainte-Croix ?
Parce que nous pensons qu'il appartient à nos élus d'être quelque peu sérieux et respectueux du patrimoine que l'histoire nous a légué, nous vous demandons de renoncer au projet iconoclaste de faire graver des oeuvres contemporaines sur la Porte Sainte-Croix et de mettre en réserve les crédits allouer à cette opération de prestige afin de financer les travaux nécessaires à réparer l'outrage au patrimoine qu'est le blockhaus du Centre culturel.
Nous vous prions de croire, Monsieur le Député-Maire, à l'assurance de nos sentiments les plus catalauniens.
Le président
Bruno Malthet

   
 Inutile de cliquer, le massacre est fini !

Le Conseil Municipal du 10/5/01
Le massacre de la porte Sainte-Croix était à l'ordre du jour du conseil municipal du 10 mai 2001. Nos élus devaient en effet examiner une délibération accordant la gratuité du Musée municipal pendant l'exposition des projets des " oeuvres " destinées à décorer la Porte Sainte-Croix.
Nous publions ci-dessous le tract que nous avons diffusé à l'entrée du conseil municipal aux 41 élus républicains de cette assemblée et à la presse.
Une partie des élus municipaux a relayé et soutenu notre combat, rappelant au passage que le programme municipal 2001-2007 de M. Bourg Broc prévoyait un référendum d'initiative local sur ce sujet et que la greffe projetée trahit l'esprit du monument.
A une exception près, la majorité municipale a préféré jouer profil bas en votant cette délibération et en feignant de n'y voir que l'aspect de la gratuité du musée.
Allez voir cette exposition, elle est édifiante. Vous comprendrez combien, quel que puisse être le jugement esthétique et artistique que l'on porte sur elles, ces " oeuvres " n'ont rien à faire sur la porte Sainte-Croix.
Arrêtons le massacre. Le soutien à l'art contemporain ne doit pas servir de prétexte pour défigurer notre patrimoine.

Ou alors, tout un chacun pourra demain sans aucun complexe badigeonner et/ou modifier à sa guise sa façade, ou encore taguer les édifices publics, en soutenant réaliser une " œuvre " et en invoquant le précédant de la Porte Sainte-Croix. A quoi serviront alors les prescriptions du plan d'occupation des sols ? Et la charte de Venise signée par la France ?


tract diffusé aux élus le 10 mai 2001

Porte Sainte-Croix : arrêtez le massacre !

 

L'enfer du patrimoine châlonnais est malheureusement peuplé de vos bonnes intentions, Mesdames et Messieurs les élu(e)s.
Souvenez-vous du quartier Saint-Dominique et de la salle Barbat. Regardez les blockhaus du CHV et du Centre culturel.
N'en rajoutez pas une louche avec la Porte Sainte-Croix.

La France a signé la charte de Venise de 1964. Celle-ci précise dans son article 9 que " La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s'arrête là où commence l'hypothèse ".
Votre projet de " décoration " de la porte Sainte-Croix ne répond pas à cette définition. Ni de loin, ni de près.
Si un tel dessein avait bien été prévu lors de la construction de l'édifice, aucune des " œuvres " dont les maquettes seront exposées au Musée ne se fonde sur des documents historiques. Il s'agit de pures fictions, d'élucubrations.
Le projet de " décoration " de la porte Sainte-Croix n'a donc strictement rien à voir avec une restauration et il est totalement contraire à la charte de Venise de 1964. Il constitue un crime contre notre patrimoine.
Parce que nous pensons qu'il appartient à nos élus d'être quelque peu sérieux et respectueux du patrimoine que l'histoire nous a légué, nous vous demandons de renoncer au projet iconoclaste de faire apposer des oeuvres contemporaines sur la Porte Sainte-Croix.
Avec les crédits prévus pour cette opération de prestige, faites oeuvre utile pour le patrimoine châlonnais :
réparez l'outrage au patrimoine qu'est le blockhaus du Centre culturel.

Châlons, le 10 mai 2001

Bruno Malthet,
Président de l'association
Nouvelle Catalaunie

Olivier Richard,
Président de l'association
des Amis du Vieux Châlons

(dessin de Tex publié dans le n° 34 du Petit Catalaunien Illustré)

Arrêtons le massacre via internet !
Pour soutenir l'action des associations Nouvelle Catalaunie et des Amis du Vieux Châlons, les internautes ont été invités à participer à la consultation engagée par la ville de Châlons-en-Champagne en lui envoyant un Mel reproduisant le texte ci-après et en invitant tous leurs amis internautes à en faire autant :

Monsieur le Député-Maire,
J'ai pris connaissance de votre consultation sur ce que vous appelez pudiquement la "décoration" de la Porte Sainte-Croix.

A la question posée :
" Que pensez-vous des projets de décoration de la façade nord de la porte Sainte-Croix ? ", voici ma réponse : L'enfer du patrimoine châlonnais est malheureusement peuplé des " bonnes " intentions de nos élus. Souvenez-vous du massacre du quartier Saint-Dominique et de notre théâtre à l'italienne, la salle Barbat, dans les années 70. Regardez les blockhaus du CHV et du Centre Culturel qui défigurent l'ensemble architectural de Notre-Dame-en-Vaux et de l'Hôtel de Ville. Arrêtons le massacre.

A la question posée : " Quelles remarques vous suggèrent les quatorze projets d'artistes ? ", voici ma réponse pour chacun des 14 projets :
Cette " œuvre " contemporaine n'a rien à faire sur la porte Sainte-Croix, monument emblématique de Châlons inscrit à l'inventaire des monuments historiques. Elle constituerait une intolérable violation de la charte de Venise adoptée en 1964 par la France, charte qui s'impose à tous nos élus.

Aussi, après avoir pris connaissance de votre projet de " décoration " de la Porte Sainte-Croix, je soutiens l'action des associations Nouvelle Catalaunie et des Amis du Vieux Châlons et je vous demande en conséquence d'abandonner purement et simplement ce projet de nouveau massacre du patrimoine châlonnais.
Les Mel étaient à envoyer à :
mairie@chalons-en-champagne.net
en n'oubliant pas d'en transmettre une copie à :
catalaunien@voila.fr
amis-du-vieux-chalons@wanadoo.fr

Les projets présentés

13 des 14 œuvres ayant fait l'objet du "concours" ont été présentés dans le dossier de presse réalisé par la ville de Châlons. Toutes ont été exposées au Musée municipal du 12 au 28 mai 2001. Nous vous les présentons ici pour vous faire une idée. Attention : il ne s'agit pas de dénigrer le travail des artistes les ayant réalisé, mais seulement de permettre à chacun de comprendre combien ces œuvres d'art n'avaient strictement rien à faire sur la Porte Sainte-Croix et combien le combat que nous avons mené avec les Amis du Vieux Châlons était justifié.

1. LABEJOF 2. VOIRET

5. SAULTERRE

6. CUAU
7. JUMEAU
9. ROUCKA
13. HARADA 14. AESCHLIMANN
15. HANNECART 17. ANDRE 18. SKUBICH 19. CHARBONNEAU

 

Conformément à l’article L 121-4 du Code de la propriété intellectuelle, « Nonobstant la cession de son droit d'exploitation, l'auteur, même postérieurement à la publication de son oeuvre, jouit d'un droit de repentir ou de retrait vis-à-vis du cessionnaire ». M. Georges Saulterre a entendu jouir de ce droit. Par suite, l’ensemble des 13 œuvres présentées a été supprimé.

 

21. KITO

© 2001-2012 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés