Laissez vous guider vers les combats menés par l'association Nouvelle Catalaunie pour protéger le patrimoine de Châlons et de la Catalaunie. Cliquez sur un des sujets ci-dessous.
(NB : d'autres pages sont consacrées au patrimoine).

Agir pour une nouvelle Catalaunie
développement durablevie associativecitoyenneté et droits de l'homme
 Porte Sainte-Croix Ruelle de Nau La protection  du patrimoine 
Caves médiévales CHV : surélévation

CHV : surélévation
2
/2 pages

CHV : inauguration Le PLU de 2006
Foch : M° Kanter St. Jeanne d'Arc
Château de Coolus Maison des oeuvres
Ste Pudentienne ZPPAUP
Abbaye Toussaints Haute-Mère-Dieu

Sur cette page : Comment s'est réglé le bras de fer

autre page : le bras de fer

 

CHV :

(combat mené en 2003)

La suite du bras de fer
7) Le CHV aurait-il honte de prendre de la hauteur ?
8) Revue de presse du 24 juillet 2003 au 28 septembre 2003
9) Septembre 2003 : vers une concertation ?
10) Surélévation et journée des associations du 28/09/03
11) le nouveau projet
de l'Effort Rémois du 03/11/03
12)
8 décembre 2003 : protocole d'accord et désistement

 Notre autre page : le pourquoi du comment
 1) Prélude en trois actes ou la concertation ratée
 2) L'objet du conflit : une surélévation en attique
 3) Au fait : que dit le POS ?
 4) Perspectives : la goutte d'eau qui fit déborder le vase
 5) Résultat ...
 6) En guise de conclusion provisoire

 Le CHV aurait-il honte de prendre de la hauteur ?

22 juillet 2003 : un internaute nous signale que les panneaux de chantier figurant impasse saint-Germain et quai Barbat mentionnent que l'immeuble aura une hauteur de 17 m une fois fini. Et il s'en étonne car cela ne correspond pas aux informations publiées sur notre site.

Nos informations proviennent des plans annexés au dossier. Ils laissent apparaître une hauteur de 18,89 m. On eut compris un arrondi à 18,90 m, voire à 19 m. Mais pourquoi avoir arrondi à 17 m ?

Par pure modestie ? Pour que ça paraisse moins haut ? Pour faire croire que l'on augmentait la hauteur de l'existantque de 15% , et non pas de 28% ? Pour mieux faire passer la pilule avec un misérable 1,35 m de plus plutôt que d'avouer un superbe dépassement de 4,14 m ?


Revue de presse

24 juillet 2003 : "CHV : les catalauniens jamais à cours de recours" titre l'Union qui publie une réaction du député-maire qui, tout en continuant à dénier le droit des associations de défendre le patrimoine, considère "qu'aucune association a le monopole du goût et que la délivrance des permis de construire n'est pas cogérée par M. Malthet. S'il y a un responsable, c'est la ville" avant de conclure : "le tribunal appréciera".

Dont acte. Mais avons-nous dit le contraire ? La Ville a pris ses responsabilités en signant un permis qu'elle savait illégal et de nature à se mettre à dos les défenseurs du patrimoine. Qu'elle en assume donc les conséquences.

 24 juillet 2003 : "CHV : un nouveau recours devant le Tribunal administratif" titre Marne-Hebdo qui conclut : "Evidence biblique : il serait peut-être politiquement utile d'entendre leurs [des défenseurs du patrimoine] doléances même si l'exercice est douloureux et ingrat".

C'est bien l'objet de notre proposition de réunion de concertation. Pour douloureux et ingrat qu'il soit, l'exercice vaut mieux que de laisser la justice trancher en annulant le permis délivré.

4 septembre 2003 : "Bruno Malthet : l'empêcheur d'aménager en rond". Dans une série d'articles consacrée aux hommes et femmes clé de la rentrée, Marne-Hebdo fait le point sur le dossier du CHV (affaire Effort rémois).

 25 septembre 2003 : "CHV, l'UCIA demande à B. Malthet d'arrêter le massacre" titre Marne-Hebdo. Une demande à laquelle nous ne pouvons que souscrire, puisque nous ne demandons que cela ! Mais, manifestement, Bruno Forget s'est trompé de Bruno : le massacre qu'il faut arrêter, c'est Bruno Bourg-Broc qui l'orchestre, pas Bruno Malthet qui, lui, au nom de l'association Nouvelle Catalaunie, le dénonce et a saisi la justice justement pour arrêter le massacre...
 25 septembre 2003 : "CHV, gestion locative, la SEMCHA au centre des débats", titre Marne-Hebdo en rendant compte du conseil municipal.
 25 septembre 2003 : "CHV : alerte rouge sur le centre-ville" et "L'UCIA soutient BBB" titre l'Union.
 20 septembre 2003 : "L'opération CHV menacée de capoter" titre l'Union après le conseil municipal où ce dossier a été abordé.
 28 septembre 2003 : "CHV : rien ne va plus" titre l'Union qui reprend les propos tenus par BBB lors d'une conférence de presse. On y découvre que le recours déposé serait "une chicanerie pour quelques centimètres", que l'interdiction de surélever ne concernerait que les maisons à pan de bois et qu'il sagirait "d'un chantage qui concerne des millions d'euros". Des contrevérités aussitôt démenties par Nouvelle Catalaunie dans un communiqué de presse.
29 septembre 2003 : France 3 Champagen-Ardenne devait ouvrir le dossier du CHV avec une interview de Bruno Malthet dans son 19/20. Sa diffusion a été différée pour des raisons que nous ignorons.
 

 Septembre 2003 : vers une concertation ?

Comme nous l'avions écrit le 21 juillet au député-maire, nous sommes favorables à une concertation sur le dossier du CHV avec l'ensemble des parties. Nous avons donc décidé de répondre favorablement aux initiatives susceptibles d'aller dans ce sens.

Bruno Malthet face à BBB : à l'initiative de Radio l'Epine a eu lieu dans ses studios un débat entre Bruno Malthet et BBB, débat d'une demie-heure enregistré le 3 septembre et diffusé le 9 à 15 H 30 et le 12 à 19 H 30 sur 88.06 Mhz. Les raisons du litige, les 4,14 m de dépassement de la hauteur autorisée par le POS, l'incertitude qui plane sur l'avenir du projet de l'Effort rémois, le rôle de l'architecte des bâtiments de France, les raisons du plantage de la concertation ce printemps, tous ces sujets ont été au coeur de ce débat.

Discussion avec l'Effort Rémois : à la demande de l'Effort Rémois, une rencontre a eu lieu le 5 septembre entre les représentants de l'Effort Rémois et les requérants pour échanger leurs points de vue qui, en ce concerne les requérants, font l'objet de développements sur notre la page internet consacrée à ce dossier. A l'issue de cette réunion très courtoise, les parties ont convenu de se retrouver à une date ultérieure afin d'examiner la possibilité d'apporter une réponse satisfaisante à cette affaire.

Discussion avec la SEMCHA : le principe a été arrêté d'organiser prochainement une rencontre similaire à celle ayant eu lieu avec l'Effort rémois.

10) surélévation et journée des associations du 28/09/03

 L'association Nouvelle Catalaunie a participé à la 1ère journée des associations de Châlons ce dimanche 28 septembre 2003. Avec, en "vedette" sur son stand, le volet "Effort rémois" du CHV.

 

Difficile de passer à proximité sans le voir, d'autant qu'à l'entrée du stand l'association annonçait la couleur au bout d'un tuyau de cuivre culminant à 4,14 m de haut, la hauteur de la surélévation du CHV, avec cette interrogation : "Juste une broutille" ?".

Si le public fut nombreux à être attiré et à venir se renseigner de ce qu'il pensait n'être qu'une broutille de quelques centimètres, ce ne fut pas le cas de nos élus...

 
 

 Un coup de paluche vite fait du député-maire lors de l'inauguration, pressé de fuire vers d'autres cieux, comme, du reste, nombre d'élus de sa majorité.

A noter toutefois un courageux : Jean-Marie Camus, attiré sur le stand par on ne sait quel mystère, et à qui le président Malthet dû prêter ses lunettes pour qu'il puisse constater de visu qu'il y avait bien un étage de plus et de trop.

Mais rien n'y fit : l'élu y vit là non point un étage, mais un niveau en attique ne formant aucunement surélévation bien qu'il fusse au dessus de l'existant et mesurât 4,14 m que l'esprit du POS, à défaut de la lettre, devrait nous conduire à tolérer...

 Un message, au demeurant, relayé lors de cette journée par le n° d'octobre du journal municipal Le Fil du Mau qui, sous le titre "Les permis du CHV", publie un tissus de contrevérités qui nous font nous poser de très sérieuses questions sur la déonthologie présidant à sa rédaction...  

Inlassablement, tout au long de cette journée, Bruno Malthet a donc fait preuve de pédagogie, montrant à ses visiteurs qu'il y avait bien surélévation de 4,14 m, qu'elle était interdite par la lettre et l'esprit le POS, qu'elle posait un problème de perspective sur Notre-Dame et l'Hôtel de Ville, et qu'il était hors de question de céder sur ce point capital à l'heure où :


la révision du POS en PLU entre dans sa phase active avec la mise en place d'un comité de pilotage ;
l'association demande toujours à cors et à cris la création d'une ZPPAUP (zone de protection du patrimoine) ;

 

 Châlons attend toujours d'être reconnu comme ville d'art et d'histoire
d'autres dossiers en cours d'instruction posent, à ce que l'on sache, le même problème...

 

 Une question qui revint souvent fut celle de l'avis favorable donné par l'Architecte des Bâtiments de France.
Certes, il le donna. Comme ses prédécesseurs avant lui le donnèrent pour le CHV actuel et le Centre Culturel...

Un dossier sur lequel, nous fit remarquer Bernard Barberousse, conseiller général et municipal, la majorité d'aujourd'hui aiguillonnait avant 1995 les Amis du Vieux Châlons pour qu'ils soient fermes afin de respecter le POS à la lettre et à la virgule près... Qu'en pense M. Camus ?

 
 
 Autre question posée : allons-nous faire capoter la restructuration du CHV pour, excusez du peu, 4,14 malheureux mètres ?
Argument rejeté car :
outre que notre recours n'empêche nullement les travaux de se poursuivre : 70% concernent la SEMCHA, dont le permis n'est plus contesté même si les façades rue du Gantelet ne nous plaisent pas, à savoir la totalité de la galerie commerciale, des bureaux et du parking ainsi qu'une partie des logements, ceux de la RIC.
nous avons laissé la porte ouverte à la négociation avec l'Effort Rémois qui doit nous présenter le jeudi 2 octobre un nouveau projet dans lequel il serait impensable que notre demande de supprimer l'étage sur rue ne soit ni entendue, ni prise en compte...
 
 
 
 

   CHV : un accord en vue
 

 L'Effort rémois a présenté le 3 novembre 2003 à l'association Nouvelle Catalaunie et aux autres requérants un nouveau projet globalement satisfaisant.

Il consisterait à intégrer dans le volume existant les 3 niveaux de logements projetés. Les perspectives depuis la place Foch sur Notre-Dame en seraient améliorées, l'égout du toit étant plus bas d'un mètre par rapport au CHV existant.

 
Faire table rase du passé : tel sera l'effet de l'action menée par l'association Nouvelle Catalaunie.

 Le nouveau bâtiment n'écraserait plus l'hôtel de Ville.

Et, cerise sur le gâteau, la partie du CHV concernée par ce projet serait entièrement rasée, supprimant ainsi le traumatisme subi depuis plus de 30 ans par les Châlonnais.

 

 Dès qu'elle sera officiellement informée du retrait du permis de construire signé le 23 mai 2003 par le maire de Châlons-en-Champagne, l'association Nouvelle Catalaunie se désistera en conséquence purement et simplement du recours qu'elle a déposé le 21 juillet 2003 devant le Tribunal administratif.

 Et ensuite ?

Un nouveau permis de construire pourra dès lors être déposé. Une réelle concertation devrait être mise en œuvre avec l'association Nouvelle Catalaunie qui veillera à ce que les engagements qui lui ont été présentés par l'Effort Rémois soient tenus et à ce que le nouvel immeuble tourne définitivement le dos à l'effet "caserne" du projet abandonné afin de s'intégrer harmonieusement en coeur de ville. Le CHV nouveau, tant attendu par les Châlonnais, par les milieux économiques et par l'association Nouvelle Catalaunie, pourra donc enfin sortir de terre en 2004 et contribuer pleinement à la redynamisation du Centre-Ville de Châlons.

L'association Nouvelle Catalaunie :
après avoir arrêté en 2000 le projet iconoclaste de massacrer la porte Sainte-Croix,
après avoir permis l'hiver dernier le sauvetage des caves médiévales du CHV que le projet de la SEMCHA menaçait,
après avoir obtenu par la même occasion le rétablissement du rythme des façades de la place Foch que ce même projet ignorait et un nouveau dessin des façades rues du Gantelet et des Viviers,
constate que sa détermination indéfectible au service du patrimoine de Châlons-en-Champagne va de nouveau pouvoir porter ses fruits.

Si elle ne peut que s'en féliciter, elle regrette que la solution de bon sens devant découler du nouveau projet de l'Effort Rémois n'ait pas été recherchée dès 2000 avec la mise en place d'une concertation sur le projet de restructuration du CHV.

L'association Nouvelle Catalaunie ose encore espérer que cette leçon portera ses fruits dans le dossier, non encore solutionné, de la ruelle de Nau, même si l'expérience du passé l'incite, en la matière, à la plus extrême prudence. Elle demeure plus que jamais convaincue de l'impérieuse nécessité de créer une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager à Châlons-en-Champagne. Elle y oeuvrera.

 8 décembre 2003 : protocole d'accord et désistement
 

 Extraits du protocole d'accord conclu le 3 décembre 2003 entre l'Effort rémois et l'association Nouvelle Catalaunie

L'EFFORT REMOIS s'engage à déposer sans délai une demande de retrait du permis de construire n° 051108 02 A 1054 délivré le 23 mai par le Maire de Châlons-en-Champagne afin d'obtenir le retrait pur et simple dudit permis de construire auprès de la Mairie de Châlons-en-Champagne.

 
Avec 3,29 m de hauteur en moins, le nouveau projet de l'Effort Rémois n'écrase plus et ne domine plus l'Hôtel de Ville. Il redonne en outre de la perspective sur Notre-Dame depuis la place Foch. Le CHV sera par ailleurs totalement rasé dans toute sa partie face à Notre-Dame.
"L'EFFORT REMOIS s'engage à déposer dans les plus brefs délais une nouvelle demande de permis de construire conforme aux nouveaux plans et aménagements tels qu'ils ont été mutuellement validés lors de la présentation du 2 décembre 2003"...
L'Association NOUVELLE CATALAUNIE, et ses co-requérants, s'engagent à ne pas déposer, directement ou indirectement, de recours contre le nouveau permis de démolir de L'EFFORT REMOIS et de la SEMCHA, étant tout à fait favorables à la disparition du bâtiment de marbre ne présentant absolument aucun intérêt patrimonial.

 L'Association NOUVELLE CATALAUNIE, et ses co-requérants, s'engagent à ne pas déposer, directement ou indirectement, de recours à l'encontre du permis de construire de la SEMCHA dès lors que celui-ci respectera le relevé de conclusions des réunions des 3 et 6 mars 2003, signé le 10 mars 2003 relatif à l'alignement des vitrines et accès sur les ouvertures de fenêtres.


 L'Association NOUVELLE CATALAUNIE, et ses co-requérants, s'engagent à ne pas déposer, directement ou indirectement, de recours à l'encontre du nouveau permis de construire de L'EFFORT REMOIS dès lors que celui-ci sera conforme aux engagements concertés, aux plans et perspectives validés lors de la réunion du 2 décembre 2003 et aux évolutions concertées de ces plans et perspectives.

Extrait de la lettre du 3 décembre 2003 de l'Effort Rémois  à Monsieur le député-Maire

REIMS, le 3 Décembre 2003

OBJET : PERMIS DE CONSTRUIRE C.H.V.

Monsieur le Député-Maire,

Conformément à nos différents entretiens consécutifs aux recours déposés à l'encontre de notre permis de construire sur le site du CHV, et à notre protocole d'accord de ce jour avec l'Association " Nouvelle Catalaunie " et ses co-requérants, notre projet nécessite une nouvelle demande de permis de construire en conformité avec les éléments récemment communiqués.

En conséquence, et préalablement au dépôt de cette nouvelle demande de permis de construire, nous sollicitons de vos services le retrait du permis de construire n° 051108 02 A 1054 délivré le 23 mai 2003.

Vous remerciant vivement par avance de bien vouloir procéder à ce retrait,

 Extrait de la lettre du 8 décembre 2003 de l'association Nouvelle Catalaunie  à Monsieur le Président du Tribunal administratif

Monsieur le Président,

Suite au protocole d'accord du 3 mars 2003... Cet accord étant de nature à nous garantir la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine châlonnais objet de notre recours, les requérants ...Entendent par le présent courrier vous faire connaître... leur volonté de se désister de leur recours...

Ce désistement pur et simple prendra effet dès que la plus diligente des parties adverses vous aura adressé la décision de M. le Maire de Châlons-en-Champagne retirant, conformément à la demande de l'Effort Rémois, le permis délivré.

signé : l'Association Nouvelle Catalaunie, représentée par son Président, M. Bruno MALTHET, M. Roger CANARD, Mme Danièle JACTAT, M. Jean-Pierre RAVAUX, M. Olivier RICHARD

Lors de la conférence de presse donné le 8 décembre 2003 dans les locaux de l'UCIA, le président de l'association Nouvelle Catalaunie s'est félicitée de cette sortie de crise "par le haut mais en faisant plus bas", fruit d'une excellente concertation entre elle, ses co-requérants et l'Effort Rémois. Elle a formulé le souhait que cette affaire ne "donne pas lieu à d'autres propos abusifs" comme ceux que certains élus se sont cru autorisés à formuler dans la presse locale ou municipale.
Pour connaître la suite de cette affaire, venez visiter cette page régulièrement. Nous la mettrons à jour en fonction de l'actualité.

© 2001 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés