Chaque trimestre, Le Petit Catalaunien Illustré ouvre ses pages "société" aux réflexions et actions menées par l'association Nouvelle Catalaunie et par toute personne ou groupement de personnes visant à dessiner la Catalaunie d'aujourd'hui et de demain. Pour découvrir les principales réflexions et actions menées ou en cours de réalisation, suivez le lien d'un des onglets ci-contre.

Agir pour une nouvelle Catalaunie
défense du patrimoinecitoyenneté et droits de l'homme
vie associative
le développement durable

Pigeonniers...

...pigeons et  sondage sur les pigeons
Tri sélectif... matériel et sondage sur le tri
articles publiés dans le
Petit Catalaunien Illustré
Vatry : 3e aéroport de Paris ? Le périphérique de Châlons
Un agenda 21 à Châlons Le parc des expos sera-t-il écolo ?
Plan de prévention des risques :
cavités et inondations
 
 Des pigeonniers à
 
 Châlons-en-Champagne ?

 Pour tout savoir (ou presque) sur les pigeons de Châlons
Les pigeonniers  
Revue de presse Intervention
Avril 2003 : extrait du Petit catalaunien Illustré n° 42
Avril 2004 : extrait du Petit catalaunien Illustré n° 46
Le pigeonnier contrôlé

 Attention :
selon la ville, cette solution serait “ fantaisiste ” .

 Fantaisistes, alors toutes les communes qui l’ont déjà adopté ?

Citons :

Châtillon (92),
Montrouge (92),
Fontenay sous Bois (94), Boulogne-Billancourt (94),
Meudon la Forêt (92),
Bobigny (93),
Paris (14ème),
Saint-Tropez
et bientôt Clamart (92).

 

 

Le saviez-vous ?

Seules les villes qui ont mis en place un suivi régulier de leurs pigeonniers obtiennent des résultats positifs. La ville de Zurich en Suisse, qui a installé une trentaine de pigeonniers, a vu sa population colombine diminuer de 20% en 18 mois.

 

Avez-vous bien observé le clocher de Saint-Alpin ci-dessus et la tour Nord-Est de Notre-Dame ci-contre ? Cliquez sur les photos pour les agrandir.
C'est édifiant.

 Où implanter
des pigeonniers à Châlons ?

Pour réduire le nombre de pigeons en centre-ville, inutile de les en chasser. Il suffit de les concentrer sur des lieux spécialement aménagés. Où ? Là où la collectivité pourra ramasser régulièrement leurs oeufs et réguler ainsi leur nombre. Il ne peut donc s’agir que de lieux publics. Le jard anglais est tout désigné pour accueillir un pigeonnier contrôlé. Comme le clocher de Saint-Alpin et une des tours de Notre-Dame. Des solutions à étudier sérieusement.

 Les pigeons, qui ne peuvent plus y pénétrer du fait des filets, nichent en extérieur dans tous les interstices des pierres et contribuent à les déchausser. Quant aux sculptures et autres motifs ornementaux, ils sont devenus autant de nichoirs que les fientes viennent corroder. Bref, les déjections qui ne peuvent plus être récupérées à l'intérieur du clocher et de la tour viennent abondamment souiller nos édifices et contribuent à accroître inutilement la dégradation occasionnée par la pollution atmosphérique et automobile...

 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
 Lieu de promenade, de visites scolaires, de vie, un pigeonnier peut aussi être un plus pour le patrimoine dès lors qu'il intègre esthétisme et intégration paysagère. Ici, la Jeune Chambre Economique de Châlons-en-Champagne a positionné un pigeonnier au grand Jard.
   

 

Revue de presse
Marne-Hebdo 6/02/03 : Le Petit Catalaunien Illustré : pigeons. La rubrique "en bref" de ce journal publie un communiqué de 3 lignes qui a fait l'objet d'une mise au point de la part de l'association Nouvelle Catalaunie. Cette mise au point, adressée à Marne-Hebdo, précise que "ni notre association, ni notre journal, n'ont sollicité la publication d'un tel communiqué dont la rédaction est, par ailleurs, non conforme à l'état actuel de ce dossier tel qu'il figure sur notre site internet. Il ne peut donc avoir notre accord. En effet, la méthode qu'entend utiliser la ville de Châlons pour euthanasier les pigeons est un "caisson à vide d'air", ce qui est encore pire qu'une "chambre à gaz".
 L'Union, 09/01/03 : Les pigeons font monter la pression : relation du conseil de quartier où M. Baty, adjoint au maire en charge de la santé, a vivement réagi après avoir été été interpelé sur les pigeons. Pour lire cet article, cliquez ici. Cet article fait l'objet d'une demande de droit de réponse et a inspiré Tex.
 Le Petit Catalaunien Illustré, n° 41, hiver 2002-2003 : deux associations, Vie et Régulation des Animaux dans la Cité et Nouvelle Catalaunie, se mobilisent pour que la ville revoit sa copie et mette en place des pigeonniers contrôlés. Pour lire ces articles, cliquez ici.
 Gr@in-de-sel n° 2, décembre 2002 : sous le titre "pigeons : ça gaze", ce journal nous explique que "De 2 000 il y a dix ans, les pigeons sont aujourd’hui 10 000 à Châlons. Un échec cuisant de la politique municipale menée par BBB, lequel refuse tout pigeonnier permettant une gestion contrôlée de ces volatiles comme nous le proposions dans notre programme municipal". A lire sur www.graindesel.info
  L'Union, 10/12/2002 : "Invasion des pigeons : la guerre est déclarée", titre le quotidien régional. La ville a décrété un plan d'attaque sans précédent. Avec l'achat d'une chambre à gaz, elle se fixe pour objectif de ramener la gente colombine de 10 000 à 4 000 sujets. Pour lire cet article, cliquez ici.
 Marne-Hebdo, 21-27/11/2002 : "La pose de filets à Notre-Dame a déplacé le problème", explique Roger Canard. Et l'intéressé de demander la création de colombiers contrôlés qui pourraient devenir des lieux de promenades et d'éducation scolaire. Pour lire cet article, cliquez ici.
 L'Union, 25/05/99 : Projet de pigeonnier : caser nos indésirables amis... Stabiliser la population de pigeons, pallier aux dégradations, aménager l'espace urbain... Derrière la jeune idée d'un projet de pigeonnier, tout le monde retrouverait son compte. Compte-rendu d'une table ronde organisée par la Jeune Chambre Economique avec la VRAC. Pour lire cet article, cliquez ici.
 L'Union, 3/12/1991 : Le problème des pigeons, ça ne date pas d'hier ! En 1991, l'Union en faisait déjà état. A l'époque, Roger Canard, adjoint au Maire, dû menacer de ne pas voter le budget pour qu'une solution soit apportée. Pour lire cet article, cliquez ici.
 

Intervention
 Intervention du 06/01/03 des associations Nouvelle Catalaunie et Vie et régulation des Animaux dans la Cité auprès du Député-Maire de Châlons en Champagne

Avril 2003 :
extrait du Petit Catalaunien Illustré n° 42 
Quand le vide d’air met de l’eau dans le gaz …

La ville de Châlons a finalement opté pour un caisson à vide d’air plutôt qu’à gaz pour mettre en œuvre sa politique de lutte contre les pigeons. Loin de calmer les esprits, ce choix n’a fait que mettre un peu plus d’eau dans le gaz.

 
cliquez sur l'image pour l'agrandir

Une méthode unanimement condamnée

Deux associations nationales et quatre associations locales ont pris leur plume le 21 février 2003 pour condamner dans un communiqué de presse commun le choix de la ville de Châlons-en-Champagne d’acquérir un caisson à vide d’air pour «euthanasier» les pigeons. Retour au sommaire

Vers un pigeonnier expérimental à Châlons ?

Le 19 mars 2003 a eu lieu à la mairie de Châlons-en-Champagne une réunion de concertation avec les associations. Il en ressort que la ville s’orienterait vers la construction en 2004 d’un pigeonnier expérimental. Cette évolution positive de sa politique en appelle une autre pour réussir : l’inscrire dans une programmation pluriannuelle d’autres pigeonniers.

 
cliquez sur l'image pour l'agrandir

 Avril 2004 :
extrait du Petit Catalaunien Illustré n° 46 
 Pigeons :
bilan d’étape
Début 2003, la polémique sur les méfaits de la politique municipale en matière de pigeons battait son plein. Elle avait été suscitée par la campagne de sensibilisation conjointe des associations Vie et régulation des Animaux dans la Cité et Nouvelle Catalaunie contre l’emploi d’un caisson à vide d’air pour les euthanasier (cf Petit Catalaunien Illustré n°s 41 et 42). Un an plus tard, un bilan d’étape s’impose.

 
A Fontenay-sous-Bois (94) il existe deux pigeonniers donnant entière satisfaction à la commune.

 Des méfaits des pigeons

Comme chacun le sait, les méfaits des pigeons sont légions : fientes corrosives, bruits intempestifs, maladies transmissibles à l’homme... Ces lieux communs permettent de justifier, sans se poser de questions sur leur efficacité, les méthodes utilisées pour se débarasser et pour éloigner de nos monuments ces indésirables volatiles incapables de contrôler leurs naissances qui envahissent nos toits.

 

 
voir aussi nos pages "pigeons"

© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés