Chaque trimestre, Le Petit Catalaunien Illustré ouvre ses pages "société" aux réflexions et actions menées par l'association Nouvelle Catalaunie et par toute personne ou groupement de personnes visant à dessiner la Catalaunie d'aujourd'hui et de demain. Pour découvrir les principales réflexions et actions menées ou en cours de réalisation, suivez le lien d'un des onglets ci-contre.

Agir pour une nouvelle Catalaunie
défense du patrimoinecitoyenneté et droits de l'homme
vie associative
le développement durable

Pigeonniers...

...pigeons et  sondage sur les pigeons
Tri sélectif... matériel et sondage sur le tri
articles publiés dans le
Petit Catalaunien Illustré
Vatry :
3e aéroport de Paris ?
Le périphérique de Châlons
Un agenda 21 à Châlons Le parc des expos sera-t-il écolo ?
Plan de prévention des risques :
cavités et inondations
 

 

(les débats de 2001)

Vatry, nous
et les autres
Le plan d'exposition au bruit de Vatry synthèse du débat de Vatry
cartes des nuisances la contre-expertise les autres sites en concurrence
le site des grandes loges le débat des grandes loges sites internets à visiter

 

Le site de Vatry n’a pas été retenu pour devenir le 3ème aéroport parisien. Mais il devrait bénéficier de mesures tendant à y transférer une partie du fret de nuit de Roissy. Faut-il s’en réjouir ?

A toute chose, malheur est bon, dit-on. C’est ce que l’on pourrait conclure de cette affaire, si l’on en croit les indiscrétions du Ministre de l’environnement Yves Cochet rapportées par l’Union du 20/11/01.

Le choix du 3ème aéroport parisien se serait en effet joué entre Bazancourt et Chaulnes. Or le choix du premier de ces sites eut été une catastrophe, non seulement pour Vatry, mais également pour Châlons-en-Champagne, car le développement durable de la Catalaunie aurait été brutalement stoppée.

Pire, à terme plus ou moins rapproché, c’eut été la perte programmée des fonctions de capitale régionale de Châlons-en-Champagne au profit de Reims. Celle-ci aurait pu alors escompter devenir la mégapole de 350 à 500 000 habitants rêvée à haute voix par sa chambre de commerce et d’industrie quand elle proposa de liquider Vatry en présentant les candidatures de Bazancourt et, en guise de leurre, des Grandes Loges.

Dans ce contexte, le choix de Chaulnes fait figure de moindre mal, d’autant qu’il apporte par ailleurs une solution pérenne à Vatry qui devrait bénéficier du transfert d’une partie du fret de nuit de Roissy.

Mais, loin de régler les problèmes environnementaux soulevés par l’association Nouvelle Catalaunie lors du débat de la DUCSAI, ce transfert va les amplifier et les compliquer. L’Europort de Vatry dispose en effet de toutes les autorisations administratives pour absorber, dès demain, tout le fret de Roissy, sans avoir à procéder à une nouvelle enquête publique et sans devoir réviser son plan d’exposition au bruit, ce qui n’aurait pas été le cas s’il avait été retenu pour devenir le 3ème aéroport.

Or, Vatry a été dimensionné pour accueillir 33 000 mouvements par an à l’horizon 2015, soit une moyenne journalière de 90, correspondant à environ 600 000 tonnes de fret avec un trafic réparti à 40,90% sur les gros porteurs, 26,40% sur les moyens porteurs et 32,70% sur les petits porteurs. Le plan d’exposition au bruit précise qu’un tiers du trafic des moyens et gros porteurs s’effectuerait de nuit. Ce qui se traduirait, en moyenne, par 20 mouvements d’avion entre 22 H et 6 H, soit un avion toutes les 24 mn, contre un toutes les 14 mn de jour.

Sans devoir atteindre l’enfer que subissent les riverains de Roissy et Orly, les objectifs de départ assignés à Vatry n’en sont pas moins incompatibles avec la qualité de vie des habitants des villages environnants, quand bien même ils ne seraient que 6 au km2;. Aussi les éléments de réponse que nous avons exprimées lors du débat de la DUCSAI, en proposant différents niveaux de neutralisation des zones de nuisances sonores, sont-elles toujours de mise.
Ces propositions étaient sans doute politiquement incorrectes, mais elles demeurent environnementalement adaptées à la situation, alors même que Vatry demeurerait cantonné à son rôle premier d’aéroport de fret après les présidentielles de 2002.
Beaucoup de chemin reste à faire en ce domaine si nous voulons voir émerger une véritable prise de conscience environnementale. Celle-ci a fait défaut dans le dossier de candidature de Vatry comme troisième aéroport dont le débat a été biaisé, et continue à l’être, par les intérêts économiques et politiques.
extrait du Petit Catalaunien Illustré, n° 37, hiver 01-01, p 27

Vatry :

faut-il en avoir peur ?
L'Europort de Vatry est candidat pour devenir le 3ème aéroport parisien. Faut-il en avoir peur ? L'association Nouvelle Catalaunie a ouvert le dossier dans son numéro 36 (automne 2001) et participe au débat public.

24 septembre 2001 - complexe agricole du Mont-Bernard à Châlons-en-Champagne
Tout sur le débat de la DUCSAI autour de Vatry

 L'intervention de l'association Nouvelle Catalaunie

 Notre analyse du débat

La synthèse du débat

  Le plan d'exposition au bruit de Vatry
 téléchargez les dossiers de candidature du Département de la Marne et de la CCI de Reims en format PDF publiés sur le site DUCSAI

 les autres sites internet

visitez nos pages sur
Les Grandes-Loges et les autres sites proposés

Mis à part les malheureux riverains de Vatry, personne ne s’oppose vraiment à Vatry. Pas même les écologistes marnais. Les Châlonnais, que l’axe de la piste et les 25 km les séparant de Vatry mettent en principe à l’abri des nuisances sonores, sont soit indifférents, soit intéressés par les retombées économiques que certains attendent de la construction du troisième aéroport à Vatry. Celui-ci ne serait pourtant pas sans effet sur l’environnement et la qualité de vie de la Catalaunie.


Intervention du président de l'association Nouvelle Catalaunie lors du débat public DUCSAI (1) de Châlons-en-Champagne du 24 septembre 2001
NB : cette intervention résume l'analyse de l'association dans le n°36 du Petit Catalauniern Illustré sous le titre de "Faut-il avoir peur de Vatry ?"


Nous avons lu le dossier du département et écouté attentivement le débat de ce soir. Pour nous, il est évident que Vatry est candidat pour devenir un nouveau Roissy. Contrairement aux autres projets, Vatry existe. Si nous ne pouvons ignorer cette réalité, nous ne pouvons pas pour autant donner un chèque en blanc à ceux qui décideront peut-être demain d'en faire le 3ème aéroport parisien.


Au total, ce sont près de 30 000 habitants qui, à des degrés divers, devront subir une dégradation de leur qualité de vie et de leur santé si le site de Vatry devait être retenu. Sur cette population, 2 000 vivront un enfer au quotidien et en continu.


Vatry ne doit surtout pas devenir un nouveau Roissy, quel que soit l'intérêt qu'il présente en terme de développement économique pour asseoir durablement le rôle de capitale régionale de Châlons-en-Champagne, auquel nous sommes très attachés, quelle que soit également l'urgence environnementale qu'il y ait à désengorger Roissy et Orly.


Mais
aujourd'hui, les outils juridiques pour éviter une gestion de l'espace aussi hasardeuse et désastreuse que celle qui a prévalu autour de Roissy n'existent pas.


Pour que la transformation de Vatry en 3ème aéroport parisien soit acceptable sur le plan environnemental et du cadre de vie,
nous attendons donc de nombreuses réponses politiques.


1. Une interdiction générale des vols de nuit en Europe et un plafonnement des mouvements sont des mesures incontournables.


2. Une révision du plan d'exposition au bruit s'impose tout autant avec une nouvelle réglementation stricte des zones d'exposition au bruit permettant de supprimer progressivement tout habitat jusque dans la zone C élargie, comme ce fut le cas lors de la création du lac du Der. Cette solution est de loin préférable au leurre que constituerait l'aide apportée aux populations concernées pour isoler leur habitat.


3. Cette isolation devrait par contre être obligatoire et financièrement prise en charge par les pouvoirs publics dans la future zone D où il conviendrait d'interdire dès aujourd'hui toute urbanisation nouvelle.


4. Ces réponses passent aussi par une révision du schéma directeur de Châlons-en-Champagne arrêté en 1998 et des plans d'occupation des sols afin notamment de définir, et de permettre leur maîtrise foncière, les nouveaux espaces urbains indispensables pour anticiper l'accueil du flux migratoire que générera Vatry.


5. Ce grand chantier nécessitera que se poursuive et que soit approfondie, tant au niveau national que local, la transparence ayant prévalu durant la mission DUCSAI. Il nécessitera, bien évidemment, d'y associer pleinement les associations de riverains, de protection de l'environnement et du cadre de vie.


Alors, et alors seulement, la peur légitime que suscite Vatry pourra laisser la place à une adhésion pleine et entière à un projet qui, sur le plan économique, mérite d'être entrepris et soutenu.

.

Bruno Malthet
président de l’association Nouvelle Catalaunie

1 DUCSAI : Démarche d’Utilité Concertée pour un Site Aéroportuaire International ayant pour mission d’éclairer le choix du gouvernement. Un compte-rendu de tous les débats organisés par la mission DUCSAI et les dossiers correspondants sont accessibles sur son site internet à l’adresse http ://www.ducsai.org

Notre analyse du débat

Son existence et la contrainte environnementale qui pèse sur Roissy et Orly sont les deux atouts majeurs de Vatry face aux 7 autres sites proposés qui ne sont que des projets à peine sortis des cartons. Le débat public de Châlons-en-Champagne organisé par la DUCSAI devait être l'occasion de valoriser ces atouts tout en apportant une réponse aux légitimes craintes et oppositions des riverains.


Au lieu de cela, M. Vecten président du Conseil Général de la Marne, père spirituel de Vatry, et Charles Amédée de Courson, qui se présente comme le député de " Vatry ", ont embrouillé le débat. Le premier
en jouant sur les mots pour mieux (mais très mal) se défendre de vouloir implanter non pas le 3ème aéroport à Vatry, mais une plate-forme complémentaire... qui y ressemble étrangement. Le second en jouant sur le registre du " non, je n'ai pas changé " pour tenter de faire prendre aux riverains de Vatry et à l'assistance des vessies pour des lanternes et en se payant le culot de jurer, la main sur le cœur, que le dossier déposé n'avait que pour objet d'attirer le fret de Roissy-Orly sur Vatry.


Face à ce comportement d'élus irresponsables et incapables d'assumer leur choix en appelant un chat un chat, les partisans du 3ème aéroport n'ont pas su, ou pu, développer pleinement les arguments qui permettront d'emporter l'adhésion si ce n'est des opposants, du moins du gouvernement. Or, d'ici la fin octobre, s'il tient son calendrier, il aura un choix à faire qui sera crucial pour Vatry. Soit il choisit d'anticiper de 7 ans le démarrage du 3ème aéroport en retenant Vatry, et il se donne les moyens politiques de desserrer la contrainte environnementale que font peser sur lui les Franciliens excédés par les nuisances de Roissy-Orly. Soit il retient un autre site qui ne pourra pas commencer à être opérationnel avant 7 ans et il enterre dès maintenant le milliard et demi de francs (225 millions d'€) investi à Vatry par les contribuables marnais.

Face à cette inquiétude, nous avons tenté lors du débat public si ce n'est d'y répondre, du moins d'y apporter des éléments de réponse en proposant différents niveaux de neutralisation des zones de nuisances sonores. Ces propositions sont sans doute politiquement incorrectes, mais elles sont environnementalement adaptées à la situation. Dans ses conclusions au débat public, le président Zémor les a en partie validés en précisant qu'il avait proposé au gouvernement de déposer un projet de loi allant dans ce sens. Notre contribution au débat public avec notre " oui mais " à Vatry n'en prendra que plus de poids si demain Vatry devait être désigné pour devenir le 3ème aéroport.

La synthèse du débat
Cette synthèse, réalisée par l'association Nouvelle Catalaunie, ne prétend pas à l'exhaustivité, mais à une stricte neutralité, à défaut d'objectivité.
Elle suit l'ordre des interventions.

 Intervention liminaire de MM Vecten et Essig
 réactions de M. Prot, maire de Busy Lettrée et réponse de M. Vecten
 réactions de M. Foy, président de l'ADRAC et réponse de M. Vecten
 soutien de la CGT à une candidature de Vatry comme 3ème aéroport
 soutien de M. Bourg Broc à cette même candidature
 intervention de M. de Courson sur l'air de "Je n'ai pas changé"
 intervention de M. Cravoisier, pdt CCI de Reims et rép. de M. Vecten
 intervention du délégué régional de Réseau Ferré de France
 intervention de M. Notat, président FDSEA de la Marne
 interventions des présidents CCI Châlons et CRCI de Champ-Ardenne

 intervention de Bruno Malthet, président de l'ass Nouvelle Catalaunie
 intervention de M. Etienne, président de la Région Champagne-Ardenne
intervention de M. Yousef Sabeh, président de la SEVE
 intervention de M. Roullot, maire de Haussimont
 intervention de M. Adnot, président du Conseil général de l'Aube
 conclusion de M. Vecten, président du Conseil Général de la Marne
 conclusions de M. Zémor, président du débat public

Le plan d'exposition au bruit de Vatry

 
dossier soumis à enquête publique


 Cliquez sur la carte du PEB pour l'agrandir

Le Plan d'Exposition au Bruit de Vatry a été le 3 mars 1999 après enquête publique réalisée du 30 novembre 1998 au 7 janvier 1999. 54 observations ont été portées lors de l'enquête.

Observations générales des habitants
L'isolation des constructions (murs, fenêtres, toits) a été évoquée par 34 personnes, contre 8 fois pour la climatisation, 7 fois pour l'aide financière et la perte de valeur des constructions. 11 observations portent sur le rachat de l'habitat par le département, 15 sur la perte de qualité de vie, mais seulement 5 sur la pollution. Les compensations financières pour les préjudices subis sont présentes dans 25 observations, contre 2 pour les compensations fiscales à apporter aux communes qui seraitent délaissées par les habitants. Seules 4 observations ont manifesté une opposition totale au projet.

Observations sur l'indice psophique
L'indice proposé au plan d'exposition au bruit est de 72 décibels (dBA). Une seule observation visait à le réduire à 69 dB(A). Mal motivée, elle a été écartée.

Hypothèse d'étude du PEB
L'étude a porté sur l'hypothèse d'une piste de 3 860 m de longueur. pouvant accueillir 33 000 mouvements par an, soit une moyenne journalière de 90, correspondant à environ 600 000 tonnes de fret. Le trafic serait réparti à 40,90% sur les gros porteurs, 26,40% sur les moyens porteurs et 32,70% sur les petits porteurs. L'étude précise qu'un tiers du trafic des moyens et gros porteurs s'effectuerait de nuit, soit 7403 mouvements annuels (soit 20 avions entre 22 H et 6 H).

Avis des communes
A l'exception de Sommesous, qui a donné un avis dévavorable sans motivation, toutes les communes et le Syndicat Mixte de Révision du Schéma Directeur de Châlona-en-Champagne ont donné soit un avis favorable express (Ecury le Repos, Val des Maris et Fère-Champenoise), soit réputé favorable par défaut de délibération (Syndicat Mixte, Bussy Lettrée, Dommartin-Letrée, Faux-Vésigneul, Haussimont, Lenharrée, Sommesous, Soudé). Pour avoir le détail, cliquez ici.

L'exposition au bruit des populations
Moins de 400 habitants sont concernés par le Plan d’Exposition au Bruit allant de Dommartin Lettrée à l’Est à Normée à l’Ouest et touchant Lenharrée au Sud-Ouest (cf plan ci-dessus).

Ils sont environ 2000 dans un premier rectangle de 40 x 8 km orienté en suivant l’axe de la piste, et 25 000 (7 000 en suivant la procédure d’approche) dans un deuxième de 70 x 10 km. Ces rectangles servent à définir le périmètre des gênes environnementales et de leurs effets cliniques affectant le cadre et la qualité de vie des riverains des grands aéroports.

Situé à 25 km au sud du centre de l’agglomération châlonnaise, orienté sur un axe Est-Ouest, l'Europort de Vatry ne représente pas a priori pour elle une source de nuisances majeures.

Les contraintes urbanistiques
Applicables dans les zones de bruit, elles varient selon que l'on se trouve en zone A, B ou C et qu'il s'agit de constructions nouvelles, d'opérations de rénovation et de réhabilitation ou d'amélioration et extension de l'existant. Pour voir le tableau annexé au PEB, cliquez ici.

 retour à l'accueil

© 2009 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés